The Holy See
back up
Search
riga

 MESSE POUR L’INAUGURATION DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 
DES UNIVERSITÉS ECCLÉSIASTIQUES ROMAINES

Vendredi 19 octobre 2001

HOMÉLIE DU PAPE JEAN PAUL II


1. "Abraham crut à Dieu, et ce lui fut compté comme justice" (Rm 4, 3). Les paroles adressées par saint Paul à la communauté chrétienne de Rome, reproposées dans la liturgie de ce soir, nous aident à vivre encore plus intensément la rencontre traditionnelle d'aujourd'hui, qui réunit autour de la Table eucharistique la communauté des Universités ecclésiastiques de l'Urbs, au début de la nouvelle année académique.

Dans son Epître aux Romains, après avoir tracé le tableau sombre et plein de désolation d'une humanité finie sous le poids du péché et incapable de se sauver par elle-même, l'Apôtre Paul proclame l'Evangile de la justification, offerte par Dieu à tous les hommes dans le Christ. Pour mieux exprimer le contenu de cette annonce, il propose l'exemple de la foi d'Abraham, père de tous les croyants. Nous sommes ainsi conduits au coeur du message chrétien, qui proclame la réalisation du salut dans la rencontre entre l'initiative gratuite de Dieu et la réponse nécessaire de l'homme, qui accueille le don de Dieu à travers la foi.

La réflexion approfondie et articulée de Paul sur le mystère chrétien constitue une invitation pour tous les disciples du Seigneur à une compréhension toujours plus adéquate des contenus de la foi. Cette invitation vaut en particulier pour les théologiens, dont la mission dans l'Eglise, accomplie en communion avec les Pasteurs légitimes de Dieu, est précisément celle de contribuer, à travers leur travail, à l'approfondissement du contenu de la Révélation et de l'exprimer dans un langage compréhensible aux hommes de leur temps. Il s'adresse également aux professeurs des diverses disciplines ecclésiastiques, appelés à soutenir la communication de la foi et à promouvoir la recherche de la vérité.


2. A travers les paroles de l'Apôtre, qui invitent à imiter l'exemple de foi d'Abraham, je suis heureux de souhaiter une cordiale bienvenue à chacun de vous, qui participez à cette célébration solennelle. Je salue avant tout le Cardinal Zenon Grocholewski, Préfet de la Congrégation pour l'Education catholique, qui préside la Liturgie eucharistique. J'adresse également une pensée reconnaissante aux Recteurs des Universités ecclésiastiques, aux membres du Corps enseignant et aux Recteurs des séminaires et des Collèges, ainsi qu'à tous ceux qui, sous diverses formes, offrent leur collaboration active à la formation spirituelle, culturelle et humaine des étudiants, et qui sont présents ici ce soir. Je vous embrasse enfin tous, très chers jeunes, qui avez le privilège d'approfondir auprès du Siège de Pierre votre formation culturelle et spirituelle. Je désire adresser une parole particulière d'affection et d'encouragement à tous ceux qui commencent cette année leur itinéraire dans la communauté universitaire romaine. Soyez conscients que l'engagement et les efforts de cette période consacrée à l'étude, à la lumière et avec le soutien de la grâce de Dieu, écoutée et suivie de façon généreuse, portera des fruits abondants de bien, non seulement pour vous, mais également pour tous ceux que vous rencontrerez dans les engagements et dans les responsabilités auxquels vous serez appelés.

A vous tous, - étudiants, professeurs, formateurs et responsables académiques, - je désire exprimer ma profonde estime et ma reconnaissance pour l'engagement pris dans le milieu académique et didactique. Je souhaite de tout coeur que l'année, inaugurée aujourd'hui de façon solennelle, contribue à produire en tous des fruits abondants de sagesse et de grâce.


3. Le Concile Vatican II a souligné avec force que l'Eglise est "mystère de communion", dérivant de l'unité du Père, du Fils et du Saint-Esprit (cf. Lumen gentium, n. 4; Unitatis redintegratio, n. 2). Cette communion doit être entendue comme une cohésion harmonieuse de divers ministères, charismes et dons, animés par le même Esprit, au service de la même mission et orientés vers la même fin. Dans cette vision organique de l'unité de l'Eglise, le savoir théologique, en accord avec ses hypothèses, doit être pleinement inséré dans le cadre vital de la communion ecclésiale. En effet, la réflexion théologique répond essentiellement au dynamisme même de la foi, et, par conséquent, fait partie intégrante de l'évangélisation. Le théologien est appelé à offrir sa contribution de recherche et d'approfondissement de la vérité révélée afin que l'Evangile du salut soit mieux compris et communiqué plus facilement à tous les hommes.

C'est pourquoi le théologien, dans la recherche comme dans l'enseignement, doit toujours être conscient de la vocation ecclésiale intrinsèque de son activité. De la même façon, les professeurs des autres disciplines ecclésiastiques seront soutenus par une forte passion pour la vérité et par une volonté cohérente de servir la mission évangélisatrice de l'Eglise.


4. C'est pourquoi, très chers professeurs et étudiants des Universités ecclésiastiques romaines, je vous invite à prendre une conscience toujours plus claire de l'importance et de la délicatesse de votre devoir. Ayez surtout la con-science d'accomplir votre travail avec l'Eglise, dans l'Eglise et pour l'Eglise. Cela exige une confrontation permanente avec le sensus fidei du Peuple de Dieu et une profonde harmonie avec le Magistère de l'Eglise, qui a précisément le devoir d'être le garant de la foi confiée par le Christ aux Apôtres et à leurs successeurs.

Je vous exhorte, en particulier, vous, étudiants, à profiter des occasions qui vous sont offertes par la Ville et le diocèse de Rome. En effet, ici, outre les amples possibilités de choix entre les enseignements universitaires, on rencontre également une foule de représentants d'une extraordinaire variété de cultures et de traditions. Tout cela doit favoriser une confrontation sereine et constructive, qui encourage chacun dans l'engagement à la recherche de la vérité à laquelle tous doivent tendre.


5. Je souhaite de tout coeur que l'expérience d'études à Rome aide chacun à approfondir le sens d'appartenance à l'Eglise et l'expérience de sa "catholicité". A travers le mystère de la passion, de la mort et de la résurrection du Christ, Dieu rassemble de toutes les nations de la terre un Peuple nouveau, afin qu'il proclame dans le monde ses merveilles et annonce à tout homme la joie du salut. En effet, la béatitude qui nous a été reproposée dans le Psaume responsorial - "Bienheureux l'homme auquel tu donnes le salut" - est destinée au monde entier.

Il s'agit d'une annonce joyeuse qui attend d'être proclamée "au grand jour" et de résonner "sur les toits" (cf. Lc 12, 3), comme Jésus nous l'a rappelé dans l'Evangile, afin que chaque homme et chaque femme puisse le connaître et l'accueillir dans sa vie.

L'étude de la théologie et des disciplines ecclésiastiques est orientée vers l'évangélisation. Sachez donc acquérir une méthode rigoureuse, en affrontant avec courage et générosité la difficulté de la recherche, pour faire ensuite l'expérience en première personne de la rencontre féconde entre foi et raison. A travers ces deux "ailes", vous pourrez vous approcher toujours plus de la contemplation de la vérité (cf. Fides et ratio, Introduction) et devenir d'heureux compagnons de voyage pour les hommes de notre temps, souvent déboussolés et égarés sur les routes du monde.


6. "Soyez sans crainte, vous valez mieux qu'une multitude de passereaux" (Lc 12, 7). Les paroles de Jésus, qui concluent le passage évangélique d'aujourd'hui, contiennent un message d'encouragement et de réconfort avant tout pour les disciples, qui les entendirent directement de la bouche du Maître en se préparant à affronter une mission de témoignage de l'Evangile difficile et risquée. Puissent-elles également vous soutenir tous, chers jeunes, au moment où vous commencez une nouvelle période de préparation à la mission que le Seigneur vous confiera.

Que la protection maternelle de la Vierge Marie, Siège de la Sagesse, vous accompagne tous, professeurs et étudiants, au cours de cette année universitaire et enseigne à chacun de vous à conserver et à méditer avec un coeur pur et disponible l'annonce de l'Evangile (cf. Lc 2, 19.51).

Que Marie, Vierge de l'accueil et de l'écoute, Mère du Verbe fait chair, guide et protège toujours votre chemin vers la pleine et parfaite compréhension de la vérité.


Au terme de l'homélie, le Saint-Père a prononcé les paroles suivantes: 

Permettez-moi de rappeler l'époque où j'étais Evêque de Cracovie. Aujourd'hui et demain, nous fêtons saint Jean Cantius qui, au Moyen Age, était professeur à l'Université de Cracovie. Ce jour-là, le 20 octobre, est le jour de l'inauguration de l'année académique des écoles de cette ville; surtout de la célèbre Université jagellonne. En rappelant ce jour de l'inauguration à Cracovie et en partant de l'inauguration que nous célébrons aujourd'hui à Rome, je voudrais adresser à tous les centres académiques de l'Eglise dans chaque partie du monde, la Bénédiction du Seigneur pour la nouvelle année.

Loué soit Jésus-Christ!

 

top