The Holy See
back up
Search
riga

MESSE AVEC ORDINATIONS PRESBYTÉRALES

HOMÉLIE DU PAPE JEAN PAUL II

Dimanche 21 avril 2002

 


1. "Vis le mystère qui est placé entre tes mains" (Rite de l'Ordination des prêtres).

Très chers diacres, j'adresserai dans quelques instants ces paroles à chacun d'entre vous, en vous remettant la patène et le calice pour le sacrifice eucharistique. L'assemblée, qui se presse autour de vous dans la basilique Saint-Pierre, vous regarde avec affection, vous qui allez recevoir l'Ordination sacerdotale. Tout le diocèse de Rome, ainsi que les communautés auxquelles vous appartenez, prient avec vous et pour vous.

Je vous salue cordialement moi aussi, alors que je rends grâce à Dieu pour le don de votre sacerdoce. Dans le même temps, j'exprime ma vive reconnaissance à ceux qui ont suivi votre formation, ainsi qu'à vos familles et à tous ceux qui vous ont aidés à répondre avec générosité à l'appel du Seigneur. Je suis certain qu'ils continueront à être proches de vous, afin que vous persévériez dans votre ministère sacerdotal et que vous puissiez mener à bien la mission que le Seigneur vous confie aujourd'hui.

2. "Vis le mystère qui est placé entre tes mains". Qu'est ce mystère, si ce n'est la Très Sainte Eucharistie? Celle-ci "contient tout le trésor spirituel de l'Eglise" (Presbyterorum ordinis, n. 5). Ce mystère est le Christ, Pain de la vie, qui s'est donné lui-même "pour la vie du monde" (Jn 6, 51). Ce mystère est le Christ, pasteur et porte des brebis, "venu pour que [les hommes] aient la vie et l'aient en abondance" (cf. Jn 10, 10).

"Bone Pastor, Panis vere"!, "Bon Pasteur, vrai Pain"! C'est ce que chante le Peuple chrétien face au Sacrement de l'autel, en reconnaissant et en adorant la présence réelle de Jésus, son guide et sa  nourriture  sur  le chemin vers le Royaume des cieux.

Très chers amis! De ce mystère, qui est le Christ, Pain de la vie et Bon Pasteur, vous êtes déjà les ministres ordonnés en tant que diacres de la Sainte Eglise de Dieu. Mais à partir d'aujourd'hui, en vertu de la grâce du Sacrement que vous allez recevoir, vous le serez d'une manière nouvelle et particulière. Le caractère spécifique que l'Esprit Saint vous conférera dans quelques instants, vous configurera au Christ-Prêtre, si bien que, dans les principaux actes de votre ministère, vous agirez au nom et en la personne du Christ-Chef:  "in persona Christi Capitis" (Presbyterorum ordinis, n. 2). Le don que vous recevez est grand, et le mystère qui est placé entre vos mains est grand lui aussi!

3. Non seulement Jésus vous fait participer aux mystères du Royaume des Cieux, mais il attend de vous une fidélité plus élevée et plus adaptée au ministère apostolique qui vous est confié. Il vous appelle pour que vous restiez avec lui (cf. Mc 3, 14) dans une intimité privilégiée. Il exige de vous une pauvreté plus rigoureuse (cf. Mt 19, 22-23) et l'humilité du serviteur qui devient le dernier de tous (cf. Mt 20, 25-27). Il vous demande d'être parfaits "comme votre Père céleste est parfait" (Mt 5, 48). En un mot, le Seigneur veut que vous soyez saints. La sainteté est la perspective dans laquelle doit se situer tout le chemin pastoral de l'Eglise (cf. Novo millennio ineunte, n. 30).

"La vocation à la sainteté" est précisément le thème de la Journée de Prière pour les Vocations, que l'on célèbre aujourd'hui dans le monde entier. "Si la vocation dans l'Eglise est au service de la sainteté, - ai-je écrit dans le Message pour la journée d'aujourd'hui - certaines cependant, comme la vocation au ministère ordonné et à la vie consacrée, le sont d'une manière tout à fait particulière" (n. 2; cf. ORLF n. 49 du 4 décembre 2001).

4. "Vis le mystère placé entre tes mains". Très chers amis, un autre aspect essentiel du mystère dont vous allez devenir les ministres, est le sacrement de la Réconciliation, intimement lié à celui de l'Eucharistie. Je me suis arrêté sur ce Sacrement dans la Lettre que j'ai adressée aux Prêtres à l'occasion du Jeudi saint dernier, une lettre que je remets aujourd'hui en esprit à chacun de vous.

Chers candidats au Sacerdoce, soyez des ministres saints de la miséricorde divine. Vivez tout d'abord pour vous-mêmes la merveilleuse grâce de la réconciliation, comme une exigence profonde et un don toujours attendu. Vous redonnerez ainsi vigueur et élan à votre chemin de sainteté et à votre ministère. Dieu compte sur la fidèle disponibilité de chacun de vous pour effectuer des prodiges d'amour extraordinaires dans le coeur des croyants. A la source de la réconciliation, dont vous devez être les dispensateurs généreux et fidèles, les baptisés pourront vivre une expérience vivante et réconfortante du Christ Bon Pasteur, rempli de joie pour chaque brebis perdue et retrouvée.

Préparez-vous avec soin à ce ministère! Il demande une formation spirituelle, théologique, liturgique et pastorale adaptée et permanente. La sagesse et l'exemple des saints pourront également vous aider dans ce but.

5. "Fils, voici ta mère!" (Jn 19, 27). En ce moment décisif de votre vie, je voudrais confier chacun de vous à la Très Sainte Vierge Marie, Mère du Bon Pasteur, Mère des Prêtres. Avant de mourir, le Christ l'a confiée à tous ses disciples, en la personne de l'Apôtre Jean, comme l'héritage le plus précieux. Et l'Apôtre l'emmena dans sa maison.

Très chers candidats au Sacerdoce, accueillez-la vous aussi comme le gage certain et réconfortant de l'amour du Christ. Tournez-vous constamment vers Elle, comme l'image et le modèle de l'Eglise, que vous servirez de toutes vos forces.

Votre sacerdoce, offert quotidiennement à Marie, deviendra un authentique chemin de sainteté. Et votre existence  sera  tout  entière joyeusement consacrée à la gloire de Dieu et au salut des âmes.
Qu'il en soit ainsi pour chacun de vous, avec l'aide de Dieu! Amen!

 

© Copyright 2002 - Libreria Editrice Vaticana

 

top