The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE EN POLOGNE

CÉLÉBRATION DU 400 ANNIVERSAIRE DE LA CONSÉCRATION
DU SANCTUAIRE DE KALWARIA ZEBRZYDOWSKA

HOMÉLIE DU PAPE JEAN-PAUL II

Sanctuaire de Kalwaria Zedrzydowska
Lundi 19 août 2002

 

"Salut à toi, Reine, Mère de Miséricorde,
notre vie, notre douceur, notre espérance, salut à toi!"

Très chers frères et soeurs!

1. J'arrive aujourd'hui dans ce sanctuaire en pèlerin, comme j'y venais lorsque j'étais enfant puis dans ma jeunesse. Je me présente devant la Madone de Kalwaria comme lorsque je venais en tant qu'Evêque de Cracovie, pour lui confier les problèmes de l'archidiocèse et des personnes que Dieu avait confiées à mes soins pastoraux. Je viens ici et, comme lors, je répète: Salut à toi! Salut à toi, Reine, Mère de Miséricorde!

Combien de fois ai-je fait l'expérience que la Mère du Fils de Dieu pose ses yeux miséricordieux sur les préoccupations de l'homme affligé et obtient pour lui la grâce de résoudre des problèmes difficiles, et que lui, dans la petitesse de ses forces, se remplit d'émerveillement devant la force et la sagesse de la Divine Providence. Mais toutes les générations de pèlerins qui viennent ici depuis quatre cents ans n'en ont-elles pas également fait l'expérience? Si, bien sûr. Sinon la célébration d'aujourd'hui n'aurait pas eu lieu. Vous ne seriez pas ici, vous, très chers frères, qui parcourez les chemins de Kalwaria, en suivant les traces de la Passion et de la Croix du Christ et l'itinéraire de la compassion et de la gloire de sa Mère. De façon admirable, ce lieu aide le coeur et l'esprit à pénétrer le mystère de ce lien qui unit la passion vécue par le Sauveur à la compassion éprouvée par sa Mère. Au centre de ce mystère d'amour, celui qui vient ici se retrouve lui-même, retrouve sa vie, sa vie quotidienne, sa faiblesse et, en même temps, la force de la foi et de l'espérance: cette force qui naît de la conviction que la Mère n'abandonne pas son enfant dans les difficultés, mais le conduit à son Fils et le confie à sa miséricorde.

2. "Or près de la Croix de Jésus se tenaient sa mère et la soeur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala" (Jn 19, 25). Celle qui était liée au Fils de Dieu par les liens du sang et de l'amour maternel, là, au pied de la Croix, vivait cette union dans la souffrance. Elle seule, malgré la douleur de son coeur de mère, savait que cette souffrance avait un sens. Elle avait confiance - confiance malgré tout - qu'il était en train d'accomplir l'antique promesse: "Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ton lignage et le sien. Il t'écrasera la tête et tu l'atteindras au talon" (Gn 3, 15). Et sa confiance trouva sa confirmation quand le Fils agonisant s'adressa à elle: "Femme!".

Pouvait-elle, à ce moment-là, au pied de la Croix, s'attendre à ce que d'ici peu, trois jours plus tard, la promesse de Dieu serait tenue? Cela restera pour toujours un secret de son coeur. Nous savons toutefois une chose: Elle, la première d'entre tous les êtres humains, participa à la gloire du Fils ressuscité. Elle - comme nous le croyons et le professons - a été élevée au ciel corps et âme pour faire l'expérience de l'union dans la gloire, pour se réjouir aux côtés du Fils des fruits de la Divine Miséricorde et les obtenir pour ceux qui cherchent refuge auprès d'Elle.

3. Le lien d'amour mystérieux. Avec quelle splendeur ce lieu l'exprime-t-il! L'histoire affirme qu'au début du XVII siècle, Mikolaj Zebrzydowski, le fondateur du sanctuaire, posa les fondations afin de construire la chapelle du Golgotha, sur le modèle de l'église de la Crucifixion à Jérusalem. Il désirait de cette façon, avant tout autre chose, rendre plus proche de lui-même et des autres le mystère de la passion et de la mort du Christ. Plus tard toutefois, en projetant de construire les chemins de la Passion du Seigneur, du Cénacle au Sépulcre du Christ, guidé par la dévotion mariale et par l'inspiration de Dieu, il voulut installer sur ce chemin des chapelles évoquant des moments de la vie de Marie. Et c'est ainsi que sont nés d'autres sentiers et une nouvelle pratique religieuse qui, dans un certain sens, complète la Via Crucis: la célébration dite du Chemin de la Compassion de la Mère de Dieu et de toutes ces femmes qui ont souffert à ses côtés. Depuis quatre siècles se succèdent des générations de pèlerins qui reparcourent ici les pas du Rédempteur et de sa Mère, faisant abondamment appel à cet amour qui résista aux souffrances et à la mort, et trouva son couronnement dans la gloire du ciel.

Tout au long de ces siècles, les pèlerins ont été fidèlement accompagnés par les Pères Franciscains, dits "Bernardins", chargés de l'assistance spirituelle du sanctuaire de Kalwaria. Aujourd'hui, je veux leur exprimer ma gratitude pour cette prédilection envers le Christ qui a souffert et sa Mère qui a compati; une prédilection qu'avec ferveur et dévouement, ils transmettent dans le coeur des pèlerins. Très chers Pères et Frères "Bernardins", que le Bon Dieu vous bénisse dans ce ministère, maintenant et à l'avenir!

4. En 1641, le sanctuaire de Kalwaria a été enrichi par un don particulier. La Providence dirigea vers Kalwaria les pas de Stanislaw Paszkowski de Brzezie, pour qu'il confie à la garde des pères "Bernardins" l'image de la Très Sainte Mère, déjà renommée pour ses grâces quand elle se trouvait dans sa chapelle de famille. Depuis lors, et en particulier depuis le jour de son couronnement, auquel a procédé l'Evêque de Cracovie, Albin Sas Dunajewski, en 1887 avec l'approbation du Pape Léon XIII, les pèlerins terminent leur pèlerinage en suivant les chemins en sa présence. Au début, ils venaient ici de toute la Pologne, mais également de Lituanie, de Russie, de Slovaquie, de Bohème, de Hongrie, de Moravie et d'Allemagne. Les habitants de Silésie témoignent d'une affection particulière pour elle, et ont offert la couronne de Jésus; et depuis le jour de son couronnement, ils participent chaque année à la procession qui a lieu le jour de l'Assomp-tion de la Bienheureuse Vierge Marie.

Combien ce lieu a été important pour la Pologne divisée par les partitions successives! Mgr Dunajewski - devenu par la suite Cardinal - l'a bien exprimé, à l'occasion du couronnement, par cette prière: "En ce jour, Marie a été élevée au ciel et y a été couronnée. Pour l'anniversaire de ce jour, tous les saints déposent leurs couronnes au pied de leur Reine, et aujourd'hui, le peuple polonais lui aussi amène les couronnes d'or, afin qu'elles soient posées par les mains de l'Evêque sur le front de Marie sur ces images miraculeuses.

Récompense-nous pour cela, ô Mère, afin que nous soyons tous un entre nous et avec Toi". Il priait ainsi pour l'unité de la Pologne divisée. Aujourd'hui, alors qu'elle a trouvé son unité territoriale et nationale, les paroles de ce Pasteur ne perdent rien de leur actualité, mais acquièrent même une nouvelle signification. Il faut les répéter aujourd'hui, en demandant à Marie qu'elle nous obtienne l'unité de la foi, l'unité de l'esprit et de la pensée, l'unité des familles et l'unité sociale. Dans ce but, je prie aujourd'hui avec vous: fais en sorte, ô Mère de Kalwaria, "que nous soyons tous un entre nous et avec Toi".

5."Ainsi, s'il-te-plaît!
Toi qui est notre Avocate,
porte sur nous
Tes yeux miséricordieux.
Et après cet exil,
montre-nous Jésus,
le fruit béni de tes entrailles.

Ô clémente, ô pieuse,
ô douce Vierge Marie!".
Porte, ô Notre Dame des Grâces,
ton regard vers ce peuple
qui depuis des siècles
est resté fidèle à Toi et à ton Fils.
Tourne ton regard vers cette nation,
qui a toujours répondu
à l'espérance de ton amour de Mère.
Tourne vers nous ton regard,
Tes yeux miséricordieux,
obtiens-nous ce dont Tes fils
ont le plus besoin.
Ouvre les coeurs des riches
aux besoins des pauvres
et des personnes qui souffrent.
Aux chômeurs,
fais rencontrer un employeur.
Aide ceux
qui sont réduits à l'indigence
à trouver une maison.
Aux familles, apporte l'amour
qui fait surmonter
toutes les difficultés.
Aux jeunes, indique la route
et des perspectives pour l'avenir.
Enveloppe les enfants
dans le manteau de ta protection,
pour qu'ils ne soient pas offensés.
Anime les communautés religieuses
de la grâce de la foi,
de l'espérance et de la charité.
Fais que les prêtres
marchent sur les traces de ton Fils
en offrant chaque jour
leur vie pour leurs brebis.
Aux évêques,
obtiens la lumière de l'Esprit Saint,
afin qu'ils guident l'Eglise
qui est sur ces terres
vers le Royaume de ton Fils
sur une voie unique et droite.

Très Sainte Mère,
Notre Dame de Kalwaria,
obtiens pour moi les forces
du corps et de l'esprit,
afin que je puisse
accomplir jusqu'à son terme
la mission
que m'a confiée le Ressuscité.
A Toi, je remets tous les fruits
de ma vie et de mon ministère;
à Toi, je confie le sort de l'Eglise;
à Toi, je confie ma nation;
en Toi, j'ai confiance
et à Toi encore une fois je déclare:

Totus Tuus, Maria!
Totus Tuus. Amen.

Au terme de la Messe, avant de donner sa Bénédiction, le Saint-Père a prononcé les paroles suivantes:

Voici que se conclut mon pèlerinage en Pologne, à Cracovie. Je suis heureux que le couronnement de cette visite ait lieu précisément ici, à Kalwaria, aux pieds de Marie. Une fois de plus, je désire confier à sa protection vous tous réunis ici, l'Eglise qui est en Pologne et tous mes concitoyens. Que son amour soit la source de grâces abondantes pour notre pays et ses habitants.

Lorsque j'ai visité ce Sanctuaire en 1979, je vous ai demandé de prier pour moi, tant que je vivrai, et après ma mort. Aujourd'hui, je vous remercie ainsi que tous les pèlerins de Kalwaria pour ces prières, pour le soutien spirituel que je reçois continuellement. Et je continue à vous demander: ne cessez pas de prier - je le répète une fois de plus - tant que je vivrai et après ma mort. Et moi, comme toujours, je répondrai à votre bienveillance en vous recommandant tous au Christ miséricordieux et à sa mère.

 

 

© Copyright 2002 - Libreria Editrice Vaticana

 

top