The Holy See
back up
Search
riga

CÉLÉBRATION OECUMÉNIQUE DES VÊPRES POUR LE VII CENTENAIRE DE LA NAISSANCE DE SAINTE BRIGITTE DE SUÈDE

HOMÉLIE DU PAPE JEAN-PAUL II

Vendredi 4 octobre 2002

 

1. "Non je n'ai rien voulu savoir parmi vous, sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié" (1 Co 2, 2). Les paroles de l'Apôtre Paul, qui ont retenti au cours de cette célébration oecuménique, ont eu un écho singulier dans l'activité et dans l'expérience mystique de sainte Brigitte de Suède, dont nous commémorons le VII centenaire de la naissance. Lors des diverses étapes de son existence, où elle fut tout d'abord une épouse, mère et éducatrice, puis une veuve et, pour finir, une initiatrice d'un nouveau chemin de vie consacrée, la sainte s'est constamment inspirée du mystère de la passion et de la mort du Christ. Ses yeux ne se sont pas lassés de contempler le visage du Crucifié.

Nous la rappelons ce soir, alors que nous rendons grâce au Seigneur pour une si illustre et sainte fille de la noble terre de Suède, liée à la ville de Rome et témoin singulier des profondes racines chrétiennes de la civilisation européenne.

2. C'est avec une grande joie que je vous présente mon salut cordial, chers frères et chères soeurs, qui prenez part à cette solennelle Liturgie du soir en l'honneur de sainte Brigitte. J'adresse une pensée particulière à mes frères Evêques, au clergé et aux religieuses et religieux présents.

Dans un esprit de fraternité et d'amitié, je salue les illustres représentants des Eglises luthériennes. Votre présence à l'occasion de cette prière est un motif de joie profonde. J'espère que cette rencontre au nom du Seigneur promouvra notre dialogue oecuménique et abrègera le chemin vers la pleine unité des chrétiens.

Je désire adresser un salut spécial à Leurs Majestés, le roi et la reine de Suède, représentés ici par leur fille, la princesse Victoria.

Je salue respectueusement les autres autorités civiles et religieuses qui prennent part, aux côtés des organisateurs, des orateurs et des participants, au symposium sur le thème "La voie de la beauté pour un monde plus juste et digne", qui commémore le 700 anniversaire de la naissance de sainte Brigitte. J'adresse un salut affectueux aux chères Soeurs de l'Ordre du Très Saint-Sauveur de Sainte-Brigitte, réunies ici avec leur Abbesse générale.

3. Ici, auprès des tombes des Apôtres et dans les lieux sanctifiés par le sang des martyrs, sainte Brigitte passa de nombreuses heures en prière au cours de son séjour à Rome. Ici, elle puisa sa force et sa fermeté pour être en mesure d'accomplir l'engagement profondément charitable, missionnaire et social qui fit d'elle l'une des personnes les plus remarquables de son temps.

En contemplant le Seigneur crucifié et en union intime avec sa Passion, elle fut capable, avec une détermination prophétique, de compléter la mission que le Christ lui avait confiée pour le bien de l'Eglise et de la société de l'époque.

La statue de marbre placée à l'extérieur de la Basilique vaticane, près de l'entrée communément appelée "Porte de la Prière", exprime de façon appropriée l'ardeur de sa vie et de sa spiritualité. Sainte Brigitte est représentée dans une attitude de prière, en train de contempler le Christ crucifié, avec le livre de ses "Révélations" ouvert, un bâton et un sac de pèlerin.

4. J'ai à coeur d'éclairer un autre aspect de la personnalité de cette grande missionnaire de la foi, que j'ai voulue proclamer co-patronne de l'Europe: il s'agit de son aspiration active et zélée pour l'unité des chrétiens. A une époque complexe et difficile de l'histoire ecclésiale et européenne, cette indomptable disciple du Seigneur ne cessa d'oeuvrer pour la cohésion et le progrès authentique de l'unité des croyants. J'ai plaisir à répéter ici ce que j'ai voulu récemment rappeler aux Soeurs Brigidines, dans un Message commémoratif pour le VII centenaire de sa naissance. Sainte Brigitte - ai-je écrit - "se présente donc à nous comme un témoin de l'oecuménisme. Sa personnalité harmonieuse inspire la vie de l'Ordre qui fait remonter ses origines jusqu'à Elle, dans l'idée d'un oecuménisme spirituel et en même temps actif" (n. 6) (cf. ci-contre le Message à Mère Tekla Familgietti). Il s'agit d'un héritage spirituel à recueillir, d'un engagement commun à poursuivre avec une joyeuse générosité. Cependant, comme l'unité de l'Eglise est une grâce de l'Esprit, nous sommes conscients qu'il faut tout d'abord l'implorer constamment dans la prière, puis l'édifier avec une ténacité inlassable, chacun en offrant sa propre contribution personnelle.

5. Très chers frères et soeurs, c'est aujourd'hui la fête de saint François d'Assise. Chacun connaît l'admiration et la dévotion de cette Tertiaire franciscaine à l'égard du "Poverello" d'Assise. Parmi les nombreux pèlerinages qu'elle accomplit dans les principaux sanctuaires de l'époque, ressort celui de l'été 1352 à Assise. Ce fut une visite qui laissa dans son esprit et dans son coeur un souvenir indélébile.

Que ces deux grands saints nous aident, eux qui ont exercé une si grande influence dans la vie de l'Eglise et dans l'histoire du continent européen, à être comme eux de courageux témoins du Christ et de son message éternel de salut. Que Marie, pour qui sainte Brigitte eut toujours une grande dévotion, intercède pour nous afin que nous puissions contribuer efficacement à l'instauration du Royaume du Christ et à la construction de la civilisation de l'amour.

 

 

© Copyright 2002 - Libreria Editrice Vaticana

 

top