The Holy See
back up
Search
riga

VEILLÉE PASCALE

HOMÉLIE DU PAPE JEAN-PAUL II

Samedi Saint, 19 avril 2003 

     

1. «N’ayez pas peur! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié? Il est ressuscité : il n’est pas ici» (Mc 16, 6).

À l’aube du premier jour après le sabbat, comme le raconte l’Évangile, quelques femmes vont au sépulcre honorer le corps de Jésus qui, crucifié le vendredi, avait été enveloppé en hâte dans un linceul et déposé dans le sépulcre. Elles le cherchent, mais elles ne le trouvent pas: il n’est plus dans le lieu où il avait été déposé. De lui, demeurent seulement les signes de sa sépulture: le tombeau vide, les bandelettes, le linceul. Cependant, les femmes sont troublées à la vue d’un «jeune homme vêtu de blanc» qui leur annonce : «Il est ressuscité: il n’est pas ici»

Cette nouvelle bouleversante, qui change le cours de l’histoire, continue, depuis lors, à retentir de génération en génération : annonce ancienne et toujours nouvelle. Une fois encore, elle a résonné durant cette Veillée pascale, mère de toutes les veillées, et elle se répand en ce moment sur toute la terre. 

2. Ô sublime mystère de cette sainte Nuit ! Nuit durant laquelle nous revivons l’événement extraordinaire de la Résurrection ! Si le Christ était demeuré prisonnier du tombeau, l’humanité et la création tout entière auraient, d’une certaine manière, perdu leur sens. Mais toi, Ô Christ, tu es vraiment Ressuscité !

Ainsi les Écritures, que nous venons d’écouter dans la liturgie de la Parole et qui retracent toutes les étapes du projet salvifique de Dieu, trouvent leur accomplissement. Au commencement de la création, «Dieu vit tout ce qu’il avait fait : c’était très bon» (Gn, 1, 31). À Abraham, il avait promis : «Toutes les nations de la terre s’adresseront l’une à l’autre la bénédiction par le nom de ta descendance» (Gn, 22, 18). Nous avons de nouveau entendu l’un des plus anciens cantiques de la tradition juive, qui révèle la signification de l’antique exode, lorsque «le Seigneur sauva Israël de la main de l’Égypte» (Ex 14, 30). Et les promesses des Prophètes continuent à se réaliser en notre temps: «Je mettrai en vous mon esprit: alors vous suivrez mes lois...» (Ez 36, 27). 

3. En cette nuit de la Résurrection, tout recommence à partir du «commencement»; la création retrouve sa signification authentique dans le plan du salut. C’est comme un nouveau départ de l’histoire et du cosmos, parce que le Christ est ressuscité, «pour être parmi les morts le premier ressuscité» (1 Co 15, 20). Lui, «le dernier Adam», est devenu «l’être spirituel qui donne la vie» (1 Co 15, 45).

Même le péché de nos premiers parents est chanté, lors de l’Exsultet pascal, comme «felix culpa», «bienheureuse faute de l’homme, qui valut au monde le seul Rédempteur!». Là où le péché a abondé, maintenant la grâce surabonde et «la pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle» (Ps 117, 22) d’un édifice spirituel indestructible.

En cette sainte Nuit, est né un peuple nouveau, avec lequel Dieu lui-même a scellé une alliance éternelle dans le sang du Verbe incarné, crucifié et ressuscité. 

4. C’est par le Baptême que l’on devient membre du peuple des rachetés. «Si, par le baptême dans sa mort, nous a rappelé Paul dans l’Épître aux Romains, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, de même que le Christ, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts» (6, 4).

Cette exhortation vous est particulièrement destinée, chers catéchumènes, vous à qui, dans quelques instants, l’Église, notre Mère, communiquera le grand don de la vie divine. Vous qui êtes originaires de divers pays, la divine Providence vous a conduits ici, auprès du tombeau de saint Pierre, pour recevoir les Sacrements de l’initiation chrétienne: le Baptême, la Confirmation et l’Eucharistie. Vous entrez ainsi dans la Maison du Seigneur, vous êtes consacrés par l’huile d’allégresse, et vous pouvez vous nourrir du Pain du ciel.

Soutenus par la puissance de l’Esprit Saint, persévérez dans votre fidélité au Christ et proclamez avec courage son Évangile. 

5. Chers Frères et Sœurs ici rassemblés ! Nous aussi, dans quelques instants, nous nous unirons aux catéchumènes pour renouveler les promesses de notre Baptême. De nouveau, nous renoncerons à Satan et à ses œuvres, pour adhérer fermement à Dieu et à son projet de salut. Ainsi, nous exprimerons notre ferme volonté de mener une vie évangélique.

Marie, témoin joyeux de l’événement de la Résurrection, aide-nous tous à mener «une vie nouvelle»; donne à chacun la conscience que, le vieil homme en nous ayant été crucifié avec le Christ, nous devons nous considérer et nous comporter en hommes nouveaux,«vivants pour Dieu, dans le Christ Jésus» (Rm 6, 4. 11).

Amen. Alléluia !

 

 

© Copyright 2003 - Libreria Editrice Vaticana

 

top