The Holy See
back up
Search
riga

 MESSE EN LA SOLENNITÉ DE LA TRÈS SAINTE MÈRE DE DIEU ET 
DE LA XXXVII JOURNÉE MONDIALE DE LA PAIX

HOMÉLIE DU PAPE JEAN PAUL II

Jeudi 1er janvier 2004

 

1. "Mais quand vint la plénitude du temps, Dieu envoya son Fils, né d'une femme" (Ga 4, 4).

Aujourd'hui, Octave de Noël, la liturgie nous présente l'icône de la Mère de Dieu, la Vierge Marie. L'Apôtre Paul indique en Elle la "femme", à travers laquelle le Fils de Dieu et entré dans le monde. Marie de Nazareth est la Theotokos, Celle qui a "donné le jour au Roi qui gouverne le ciel et la terre pour les siècles des siècles" (Antienne d'entrée; cf. Sedulio).

Au début de cette nouvelle année nous nous mettons docilement à son école. Nous désirons apprendre d'Elle, la Mère sainte, à accueillir dans la foi et dans la prière le salut que Dieu ne cesse de donner à ceux qui ont confiance dans son amour miséricordieux.

2. Dans ce climat d'écoute et de prière, nous rendons grâce à Dieu pour cette nouvelle année:  qu'elle soit pour tous une année de prospérité et de paix!

Avec ce souhait, je suis heureux d'adresser mon salut respectueux à MM. les Ambassadeurs du Corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège, présents à la célébration d'aujourd'hui. Je salue cordialement le Cardinal Angelo Sodano, Secrétaire d'Etat, et mes collaborateurs de la Secrétairerie d'Etat. Avec eux, je salue le Cardinal Renato Raffaele Martino, ainsi que tous les membres du Conseil pontifical "Justice et Paix". Je leur suis reconnaissant pour l'engagement dont ils ont fait preuve afin de diffuser partout l'invitation  à la paix, que l'Eglise proclame constamment.

3. "Un engagement toujours actuel:  éduquer à la paix":  tel est le thème du Message pour la Journée mondiale de la Paix d'aujourd'hui. Il se rattache en esprit à ce que j'ai proposé au début de mon pontificat, en réaffirmant l'urgence et la nécessité de former les consciences à la culture de la paix. La paix est  possible  - ai-je voulu répéter - elle  est  aussi  un  devoir  (Cf. Message, n. 4).

Face aux situations d'injustice et de violence qui oppriment diverses régions du monde, devant la permanence de conflits armés souvent oubliés par l'opinion publique, il devient toujours plus nécessaire de construire ensemble des chemins de paix; il devient donc indispensable d'éduquer à la paix.

Pour le chrétien "proclamer la paix c'est annoncer le Christ qui est "notre paix" (Ep 2, 14), c'est annoncer son Evangile, qui est "l'Evangile de la paix" (Ep 6, 15), c'est appeler tous les hommes à vivre la béatitude invitant à être des "artisans de paix" (cf. Mt 5, 9)" (Message, n. 3). De l'"Evangile de la Paix" était également témoin Mgr Michael Aidan Courtney, mon représentant en tant que Nonce apostolique au Burundi, tragiquement tué il y a quelques jours alors qu'il accomplissait sa mission en faveur du dialogue et de la réconciliation. Prions pour lui, en souhaitant que son exemple et son sacrifice portent des fruits de paix au Burundi et dans le monde.

4. Chaque année, en ce temps de Noël, nous revenons en esprit à Bethléem pour adorer l'Enfant couché dans la crèche. La Terre où naquit Jésus continue malheureusement de vivre des situations dramatiques. Dans d'autres parties du monde également les foyers de violence et les conflits ne s'éteignent pas. Il faut cependant persévérer sans céder à la tentation du découragement. Un effort est nécessaire de la part de tous, afin que soient respectés les droits fondamentaux des personnes à travers une éducation constante à la légalité. Dans ce but, il faut se prodiguer pour dépasser "la logique de la simple justice" et "s'ouvrir également à celle du pardon". En effet, "il n'y a pas de paix sans pardon!" (cf. Message, n. 10).

On ressent toujours davantage la nécessité d'un nouvel ordre international, qui mette à profit l'expérience et les résultats obtenus au cours de ces années par l'Organisation des Nations unies; un ordre qui soit en mesure d'apporter aux problèmes d'aujourd'hui des solutions adaptées, fondées sur la dignité de la personne humaine, sur un développement intégral de la société, sur la solidarité entre les pays riches et les pays pauvres, sur le partage des ressources et des résultats extraordinaires du progrès scientifique et technique.

5. "L'amour est la forme la plus haute et la plus noble de relation des êtres humains entre eux" (ibid.). Cette conscience m'a guidé dans la rédaction du Message pour la Journée mondiale de la Paix d'aujourd'hui. Que Dieu nous aide à construire tous ensemble la "civilisation de l'amour". Seule une humanité dans laquelle l'amour vaincra sera en mesure de jouir d'une paix authentique et durable.

Que Marie obtienne pour nous ce don. Puisse-t-Elle nous soutenir et nous accompagner sur le chemin difficile et exaltant de l'édification de la paix. C'est pour cela que nous prions avec confiance, sans nous lasser:  Marie, Reine de la Paix, prie pour nous!

 

© Copyright 2004 - Libreria Editrice Vaticana

 

top