The Holy See
back up
Search
riga

LETTRE DU PAPE JEAN-PAUL II
À L'ÉVÊQUE DE LEIRIA
À L'OCCASION DE SON PÈLERINAGE
AU SANCTUAIRE DE LA VIERGE DE FATIMA 

 

Au vénérable frère Alberto Cosme do AMARAL, Evêque de Leiria

Vous vous préparez à réaliser, le 13 mai prochain un très grand pèlerinage au sanctuaire de Fatima et je vous remercie pour m'en avoir fait connaître le programme. Je réponds, de cette simple manière au désir que vous m'avez manifesté : que le nouveau successeur de saint Pierre, en la première année de son Pontificat, affirme sa présence spirituelle au milieu de la foule des pèlerins du Portugal et du monde qui vont se réunir près de ce sanctuaire privilégié.

En concordance avec cette pieuse assemblée, j'aime à souhaiter cordialement aux pasteurs, aux prêtres, aux religieux et religieuses et aux bien-aimés fidèles en pèlerinage à Fatima, "la grâce et la paix du Seigneur en abondance, par la connaissance profonde de Dieu et de Jésus-Christ notre Seigneur" (2 Pier, 1. 2). Ils iront vénérer la Mère de l'Eglise et, à la lumière de son exemple rayonnant et par ses mérites et son intercession, ils iront adorer Dieu, s'offrir à lui en expiation, lui demander miséricorde et implorer son assistance et sa grâce pour l'Eglise et pour toute l'humanité. Je désire y prendre part de quelque façon et stimuler une telle aspiration qui nous incite à nous unir à la Très Sainte Vierge Marie, Mère du vrai Dieu et notre Mère à nous tous, à avoir confiance dans l'amour maternel qu'elle insère dans le mystère de la Rédemption et dans la vie de l'Eglise ; à cela nous entraîne un impérieux besoin de foi, d'espérance et de charité à l'époque que nous vivons.

En fait, nous vivons une heure radieuse d'espérance où l'Eglise se sent extrêmement proche de l'homme, réellement et intimement liée au genre humain, et à son histoire (cf. Gaudium et Spes, n. 1) ; mais c'est également une heure lourde de responsabilités où l'Eglise ressent elle-même plus vivement que jamais le besoin d'une profonde union avec le Christ, Rédempteur de l'homme.

Et alors "Frères, que devons-nous faire ?". A cette question posée jadis à saint Pierre, celui-ci répondit : "Convertissez-vous..." (cf. Ac 2, 38). Et nous savons que se convertir — ceci est au centre du message de Fatima — signifie un effort continuel pour chercher et témoigner "la connaissance intime de Dieu et de Jésus-Christ, notre Seigneur", le chemin vers la vie éternelle (cf. Jn 14, 1-11) qui passe nécessairement par la pénitence (cf. Lc 13, 3) et par la prière (cf. Jn 16, 23-24) dont l'Eglise de nos jours ressent, plus que le besoin, la nécessité la plus impérieuse.

C'est pourquoi j'accompagne en leur pèlerinage les pèlerins de Fatima, les exhortant à prier Marie, par Marie et avec Marie, la sainte Mère de Dieu, Mère de l'Eglise et Auxiliatrice des chrétiens, à se fier à sa plénitude de grâces, lui vouant un filial amour et une sincère dévotion avec, à la base, une ferme intention de fidélité au Christ, de fidélité à l'Eglise et de fidélité aux hommes, nos frères.

Et que Notre-Dame soit notre avocate qui présente à Dieu nos prières que j'invite à faire en union avec le Christ "le médiateur entre Dieu et les hommes" (1 Tm 2, 5) :

— pour l'harmonie dans notre sainte Eglise catholique afin de vivre et de témoigner le mystère de la Rédemption à tous ceux que le Christ a embrassé et embrasse sans cesse, avec un amour inépuisable ;

— pour la sanctification de tout le peuple de Dieu — ministres sacrés, personnes consacrées, famille, jeunesse et enfance — afin que naissent des vocations à se consacrer au service du Royaume et à rendre un témoignage évangélique de charité ;

— pour la paix, pour la justice et la fraternité entre les hommes et entre les peuples, pour les gens sans maison, pour les pauvres, pour ceux qui sont privés de la liberté religieuse, pour ceux qui n'ont ni amour ni espérance et surtout pour les plus petits, en cette Année internationale de l'enfance ;

— et pour tous les pèlerins, et chacun d'eux, réunis en ce sanctuaire, pour ceux qui leur sont chers, pour leurs patries : afin que le Seigneur accorde à tous réconfort, protection et prospérité !

C'est avec ces vœux et le cœur en prière qu'en gage d'abondantes grâces et de paix, je vous bénis tous au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

Vatican le 28 avril 1979.

IOANNES PAULUS PP. II 

 

© Copyright 1979 Libreria Editrice Vaticana

 

top