The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DU SAINT-PÈRE JEAN-PAUL II
À SA SAINTETÉ BARTHOLOMAIOS I,
PATRIARCHE ŒCUMÉNIQUE DE CONSTANTINOPLE

 

À Sa Sainteté Bartholomaios Ier
Archevêque de Constantinople, Patriarche œcuménique

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ: dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus Christ d'entre les morts » [1].

Cette bénédiction, qui ouvre la première épître de saint Pierre aux chrétiens du Pont, de Galatie, de Cappadoce, d'Asie et de Bithynie, traduit les sentiments dans lesquels je m'unis à Votre Sainteté et au Patriarcat œcuménique pour célébrer la fête de l'Apôtre André, frère de Pierre.

Le message du salut apporté par Jésus Christ nous a été transmis par les Apôtres, garants de sa continuité et de son authenticité. Nous sommes ainsi étroitement liés à l'œuvre du Christ qui fonde la commune et vive espérance qui nous habite et que nous avons le devoir de partager avec tous, selon le mandat du Seigneur ressuscité.

L'Église de Rome, qui fête saint André le même jour que l'Église de Constantinople, participera à la célébration du Patriarcat œcuménique par une délégation guidée par mon vénérable Frère le Cardinal Edward Idris Cassidy, Président du Conseil pontifical pour la promotion de l'Unité des Chrétiens. Je me souviens avec joie de la célébration à laquelle j'ai eu moi-même la grâce de prendre part dans le passé. Cet échange de visites pour les fêtes patronales est désormais devenu une occasion toujours féconde de prière, de dialogue, d'élaboration de projets communs et de mise en œuvre d'initiatives pour annoncer au monde que le salut vient du Seigneur et que nous nous sommes engagés dans la recherche des chemins menant à la pleine communion.

À Rome, le 30 novembre, jour de la fête de saint André, la préparation du grand Jubilé débutera par la célébration des vêpres. Nous nous acheminons ainsi vers l'An 2000 pour commémorer, dans la joie et la plus profonde gratitude, l'Incarnation de notre Seigneur et Sauveur. Cet événement concerne en vérité tous ceux qui croient en Jésus Christ.

Dans ma lettre « Tertio Millennio Adveniente » sur la préparation du Jubilé de l'An 2000, je formulais l'espoir que nous puissions nous y présenter « sinon totalement unis, du moins beaucoup plus près de surmonter les divisions du deuxième millénaire ». Et j'écrivais qu'« il faut poursuivre le dialogue doctrinal mais surtout s'engager davantage dans la prière œcuménique » [2] pour y parvenir. Par ce double engagement, nous pourrons avancer vers la résolution des difficultés qui demeurent entre catholiques et orthodoxes.

Le dialogue entrepris jusqu'ici est une voie qui nous est offerte pour réaffirmer ensemble, devant le monde entier, et aux yeux de tous les chrétiens, notre volonté de réaliser un grand effort pour rétablir notre pleine communion, source de tant de biens pour l'Église du Christ [3]. Ce dialogue, « processus lent et laborieux, qui a été cependant source de grande joie » [4], a donné des fruits. Ils peuvent sembler inespérés tant la route à parcourir est longue. Il faut nous habituer à répondre toujours plus profondément à l'exhortation de l'Apôtre: portez les fardeaux les uns des autres. Et aujourd'hui, au seuil du troisième millénaire de notre histoire, nous aspirons à ce que les Communautés chrétiennes, dans leur foi et dans leur désir ardent du salut de l'humanité, s'ouvrent toujours davantage à l'appel de l'Esprit, qui oriente tous les chrétiens vers l'unité pleine et visible [5]. En raison de la nature même de la communion existant déjà entre nous, nous devons prier plus intensément et poursuivre notre recherche avec persévérance.

Les saints frères André et Pierre, par leur intercession, aideront catholiques et orthodoxes à être plus attentifs et plus obéissants à la Parole du Seigneur qui appelle à la pleine communion.

Du Vatican, le 26 novembre 1996.

 

IOANNES PAULUS PP. II


[1] 1 Petr. 1, 3.

[2] Ioannis Pauli PP. II Tertio Millennio Adveniente, 34.

[3] Cfr. Ioannis Pauli PP. II Ut Unum Sint, 56.

[4] Ibid. 51.

[5] Cfr. ibid. 99.

 

© Copyright 1996 - Libreria Editrice Vaticana

  

top