The Holy See
back up
Search
riga

LETTRE DU PAPE JEAN PAUL II
À S.EXC. MGR DOMINGOS LAM KA TSEUNG, ÉVÊQUE DE MACAO, À L'OCCASION DU RETOUR DE MACAO
SOUS LA SOUVERAINETÉ CHINOISE LE 20 DÉCEMBRE 1999

 

A mon vénéré Frère Domingos Lam Ka Tseung, Evêque de Macao

Presque quatre cent vingt-quatre ans après que mon prédécesseur Grégoire XIII érigea le diocèse de Macao, la communauté diocésaine confiée aux soins de Votre Excellence, s'apprête à vivre un événement important de son histoire pluriséculaire, lorsque le vingt décembre prochain, ce territoire retournera sous la souveraineté chinoise.

Créée pour répondre aux nécessités pastorales qui virent le jour avec la diffusion du christianisme en Extrême-Orient asiatique, le diocèse de Macao comprenait à ses débuts toute la Chine, avec d'autres terres avoisinantes et des îles adjacentes. Son histoire se mêla ainsi à l'histoire de l'évangélisation de toute la région géographique voisine, en particulier avec celle de la Chine, pays d'antiques traditions philosophiques et religieuses. La fonction de porte de l'Eglise vers la Chine, confiée par la Providence Divine au diocèse de Macao et accomplie au cours de quatre siècles parmi diverses vicissitudes, revêtira des formes nouvelles maintenant que cette communauté diocésaine fera partie à plein titre de l'Eglise qui est en Chine: de manière particulière, cette communauté diocésaine devra approfondir sa vocation missionnaire au sein du monde chinois, jusqu'à devenir un point de référence et de soutien spirituel également pour les nombreux frères et sœurs dans la foi qui vivent disséminés dans le vaste pays chinois.

La tradition historique et culturelle de cette Eglise particulière est riche de valeurs significatives. Macao fut non seulement la porte de l'évangélisation pour le continent chinois, mais également un avant-poste de la culture chrétienne et un point de rencontre avec les cultures d'Extrême-Orient: en effet, dans cette ville, avec la création du prestigieux «Colégio Universitário de S. Paulo», fut érigée la première Université d'études d'Extrême-Orient dès 1594, c'est-à-dire à peine trente-neuf ans après que les navigateurs portugais débarquèrent pour la première fois à Macao. Ainsi, outre l'enseignement élémentaire qui fut immédiatement organisé par l'Eglise, l'enseignement supérieur vit également le jour.

Outre dans le domaine culturel, la présence des catholiques se distingua par l'œuvre sociale, comme le prouve - entre autres - la «Santa Casa da Misericórdia», qui fut créée en 1569 et qui a joué un rôle important dans l'histoire humaine de la population locale.

En ce moment important, où le territoire redevient une partie intégrante de la Chine, l'Eglise qui est à Macao, riche de traditions et de dignité, est appelée à poursuivre son engagement de service spirituel, culturel et social.

A la veille du nouveau siècle et dans le contexte de l'Année Sainte désormais imminente, qu'elle sache donner un élan à son engagement évangélique, renouvelant avec générosité et audace les méthodes et les formes du témoignage religieux et du précieux service qu'elle rend dans le secteur de l'éducation, de l'école et de l'assistance.

Qu'elle soit une Eglise prophétique qui annonce à l'homme, séduit par l'avidité des biens matériels et désorienté dans ses objectifs, la haute raison de la vie morale, la dignité et la liberté de toute personne humaine, la beauté de l'Evangile, la joie de suivre le Christ.

Qu'elle soit une Eglise fidèle à la signification du nom dont la ville s'enorgueillit: «Macao. Ville du Nom de Dieu». Qu'elle parle sans peur à tous de l'amour du Père, manifesté en Jésus et étendu à l'Esprit Saint. Qu'elle garde haute sa tradition, témoignée par les innombrables et splendides édifices sacrés qu'elle a dédiés au cours des siècles à la Mère de Dieu, à saint Joseph, à saint Jacques, à saint François-Xavier.

Qu'elle maintienne sa pleine communion avec l'Eglise universelle et, comme par le passé, qu'elle ait toujours à cœur la communion avec l'Eglise de toute la Chine, à laquelle elle est à présent liée par un lien juridique particulier.

En formant ces vœux, je désire assurer de ma prière, et de celle de toute l'Eglise, la communauté diocésaine de Macao et la vaste famille catholique de toute la Chine continentale.

A vous, vénéré Frère, j'envoie mon salut affectueux et ma Bénédiction apostolique, que j'étends au clergé, aux religieux, aux religieuses, aux laïcs et à toute personne de bonne volonté.

Du Vatican, le 3 décembre 1999, fête de saint François-Xavier, patron des Missions.

 

 

© Copyright 1999 - Libreria Editrice Vaticana

 

top