The Holy See
back up
Search
riga

LETTRE DU PAPE JEAN-PAUL II
L'VQUE DE SAN BENEDETTO
DEL TRONTO-RIPATRANSONE-MONTALTO (ITALIE)
L'OCCASION DU XVII CENTENAIRE DU MARTYRE
DE SAINT BENOT

 

A mon Vénéré Frère
Gervasio GESTORI
Evêque
de San Benedetto del Tronto
Ripatransone-Montalto

1. Vénéré Frère, la communauté diocésaine confiée à vos soins pastoraux s'apprête à commémorer solennellement les 1700 ans du martyre de son Patron, saint Benoît, dont la ville elle-même prend le nom. En cette occasion, je suis heureux de vous faire parvenir, ainsi qu'aux fidèles du diocèse, mon salut affectueux, en vous exprimant ma vive satisfaction pour ce que vous souhaitez accomplir dans le but de renouveler l'attention et la dévotion à l'égard de ce saint martyr. La conservation pleine de sollicitude de ses reliques a contribué à en préserver la mémoire vivante au sein du peuple chrétien, en renforçant dans le même temps la foi des générations qui se sont succédé. Il est donc plus que jamais juste et nécessaire d'élever un hymne de louange et d'action de grâce au Seigneur qui, à travers l'intercession de saint Benoît, a veillé sur le chemin séculaire de cette ville et de ses habitants.
L'histoire chrétienne, depuis ses origines, est riche de saints martyrs. Ce sont souvent des personnes humbles et simples qui, avec courage, en sont arrivées à affronter une mort sanglante pour ne pas manquer à leur amour pour le Christ. C'est là que se trouve la valeur du martyre, qui n'est pas mépris de l'existence, mais un acte suprême et lumineux d'amour envers Jésus, unique Sauveur de l'humanité.

2. Je suis certain qu'une aussi heureuse commémoration constituera une occasion propice pour que toute la communauté de San Benedetto del Tronto prenne une conscience renouvelée de ses racines chrétiennes et témoigne avec une plus grande conscience de l'Evangile, en ce moment historique actuel. Je sais que, au cours de son histoire, elle a dû affronter diverses difficultés. Les famines, les épidémies, les maladies, les tensions sociales en ont même parfois menacé l'existence. Mais dans chaque situation difficile, les fidèles se sont toujours adressés à saint Benoît, obtenant sa puissante intercession.

Et à présent, à une époque radicalement différente, cette même communauté ressent le besoin de redécouvrir l'indomptable ardeur apostolique de son saint Patron pour continuer à marcher fidèlement sur ses traces. Cela l'aidera à conserver et à valoriser ses traditions religieuses, en alimentant l'espérance et la confiance dans le Seigneur en chaque circonstance, comme l'ont toujours fait les marins et les pêcheurs, qui forment une grande partie du tissu social de la population de San Benedetto del Tronto.

3. Que le témoignage courageux de votre saint Patron qui, dans un contexte de paganisme ambiant, sut placer son amour pour le Christ avant toute chose, constitue une impulsion pour les familles à comprendre toujours davantage leur vocation et à former les nouvelles générations, souvent distraites par des appels et des sollicitations opposées à l'Evangile, afin qu'elles ne s'éloignent pas de la voie maîtresse de la perfection chrétienne.

Que les jeunes se tournent vers le saint martyr Benoît, en tirant de son exemple l'impulsion à se consacrer à des idéaux élevés et exigeants, capables de donner un sens plénier à leur existence. Que la jeunesse n'ait pas peur de faire des choix exigeants, en surmontant la tentation du conformisme, l'attrait des pures apparences, la suggestion de libertés prometteuses, mais illusoires. Qu'elle recherche, au contraire, ce qui compte véritablement, et saint Benoît ne manquera pas d'apporter son soutien céleste à ceux qui entendent le suivre courageusement sur la voie de l'idéal chrétien.

Vénéré Frère, je vous souhaite de tout coeur, ainsi qu'à toute la communauté de San Benedetto, de vivre, grâce à l'intercession de son saint Patron, la joie d'un nouveau printemps spirituel.

Avec ces voeux, je vous envoie de tout coeur, ainsi qu'à toute la communauté de San Benedetto del Tronto, ma Bénédiction apostolique.

De Castel Gandolfo, 10 août 2004

 

IOANNES PAULUS II

      

top