The Holy See
back up
Search
riga

LETTRE DU PAPE JEAN-PAUL II
À MONSEIGNEUR NIKOLA ETEROVIĆ
À L'OCCASION DE LA RÉUNION DU CONSEIL SPÉCIAL
POUR L'AFRIQUE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL
DU SYNODE DES ÉVÊQUES

 

À Monseigneur Nikola Eterović
Secrétaire général du Synode des Évêques

Alors que se tient la réunion du Conseil spécial pour l’Afrique du Secrétariat général du Synode des Évêques, je vous adresse un salut tout particulier, ainsi qu’à tous les participants à cette rencontre. Je tiens à vous redire ma gratitude pour l’œuvre importante que vous avez déjà réalisée et que vous continuez à accomplir au service de l’Église en Afrique.

Ce Conseil, élu par les Pères synodaux à la fin de l’Assemblée spéciale pour l’Afrique en 1994, se voit maintenant confier la tâche de préparer la deuxième Assemblée spéciale du Synode des Évêques pour l’Afrique. Prenant acte du dynamisme né de la première expérience synodale africaine, cette Assemblée cherchera à l’approfondir et à la prolonger, s’appuyant sur l’Exhortation apostolique post-synodale Ecclesia in Africa, et tenant compte des nouvelles données ecclésiales et sociales du continent. Elle aura pour tâche de soutenir les Églises locales et leurs pasteurs, et de les aider dans leurs projets pastoraux, préparant ainsi l’avenir de l’Église sur le continent africain, qui vit des situations difficiles, tant sur les plans politique, économique et social qu’en ce qui concerne la paix.

Nous rendons grâce à Dieu pour l’essor remarquable qu’a connu l’Église catholique en Afrique au cours des dix années écoulées. Pour que se poursuive cette croissance, j’encourage les Évêques à veiller à l’approfondissement spirituel de ce qui a été réalisé ainsi qu’à la maturation humaine et chrétienne du clergé et des laïcs. Je me réjouis de l’engagement de nombreux fidèles dans l’œuvre urgente de l’évangélisation et dans le développement social des différents pays du continent.

Cependant, l’Afrique est toujours affrontée à de terribles fléaux tels que les conflits armés, la pauvreté persistante, les maladies et leurs conséquences dévastatrices, à commencer par le drame social du sida, l’insécurité diffuse et enfin la corruption présente dans de nombreuses régions. Tout cela affaiblit l’Afrique, épuise ses énergies, décime ses nouvelles générations et hypothèque son avenir. Pour construire une société prospère et stable, l’Afrique a besoin de tous ses enfants et de leurs efforts conjoints, et je sais la part importante qu’y prennent, avec générosité et abnégation, les fils et les filles de l’Église, stimulant par l’exemple leurs frères africains.

Puisse la future Assemblée spéciale du Synode des Évêques pour l’Afrique,  favoriser aussi un affermissement de la foi dans le Christ Sauveur et une authentique réconciliation! L’Année de l’Eucharistie, que nous célébrons, est un moment particulièrement opportun pour conforter ou rétablir la communion dans les relations entre les personnes, entre les groupes humains ou religieux, comme entre les nations, dans les diverses régions d’Afrique.

Vous confiant à l’intercession maternelle de Notre-Dame d’Afrique, je vous accorde de grand cœur, ainsi qu’à tous les participants à la réunion du Conseil spécial pour l’Afrique, une affectueuse Bénédiction apostolique.

Au Vatican, le 23 février 2005.

IOANNES PAULUS II

 

Copyright © Libreria Editrice Vaticana 

    

top