VI JOURNÉE MONDIALE DE L'ALIMENTATION
The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DE JEAN-PAUL II
À L'OCCASION DE LA SIXIÈME
JOURNÉE MONDIALE DE L'ALIMENTATION*

 

A Son Excellence
Monsieur Edouard SAOUMA
Directeur général de la F.A.O.

La sixième Journée mondiale de l'Alimentation, qui a pour thème "Les pêcheurs et leurs communautés", est l'une des méritantes activités de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (F.A.O.). Chaque année, elle se propose ainsi d'attirer l'attention de la communauté mondiale sur des questions spécifiques liées à l'un ou l'autre des besoins primaires et fondamentaux de l'homme et de susciter, ou de promouvoir, toute une série d'initiatives et de projets en de tels domaines.

On saisit immédiatement l'importance du sujet de cette sixième Journée mondiale, si l'on songe simplement au nombre de personnes qui se consacrent à la pêche et plus encore à toutes celles qui, pour leur propres besoins alimentaires, dépendent de cette activité. La pêche représente en effet, avec l'agriculture, une des sources essentielles de l'approvisionnement en nourriture.

Le thème de cette année attire l'attention de tous non pas tant sur la pêche en soi, mais plutôt sur ceux qui la pratiquent: les pêcheurs.

D'après certaines enquêtes, les pêcheurs - qu'ils soient individuels ou regroupés en petites associations - représentent plus de cent millions de personnes. Pour la plupart, ils se trouvent dans les pays en voie de développement et sont confrontés à des conditions de vie difficiles, telles que la migration saisonnière avec la séparation des familles qu'elle implique, les périodes d'inaction forcée, l'éloignement des grands centres sociaux et culturels, le manque d'assistance médicale, etc. Les problèmes techniques ne manquent pas non plus: comment disposer de moyens de financement pour l'achat des bateaux et des équipements adéquats, ainsi que pour le stockage du produit de la pêche dans de bonnes conditions de conservation? Comment aussi affronter la concurrence de la pêche industrielle? Sans parler de l'incertitude du lendemain et du danger pour la vie des pêcheurs.

Souvent, au cours de mes pèlerinages en différents pays, j'ai eu l'occasion de rencontrer des communautés de pêcheurs, et je rappelle volontiers leur esprit de sacrifice et leur attachement à leur métier. C'est pour eux que, dans mon discours du 30 juin 1984 aux participants à la Conférence mondiale sur la gestion et le développement de la pêche, soulignant que cette Conférence s'intéressait particulièrement à la pêche artisanale et aux problèmes qui lui sont propres, j'avais invité les responsables à bien tenir compte des aspects humains qui touchent ceux qui travaillent à la pêche et ceux qui en vivent.

Aujourd'hui, je renouvelle cette invitation à donner tout le soutien nécessaire à ceux qui exercent la pêche. Ce soutien comporte la préoccupation des personnes - les pêcheurs et leurs familles - et de tout ce qui est lié à la pêche artisanale: financement, assistance, coopératives, solidarité collective, et qui soit susceptible d'améliorer les conditions de vie et de travail.

Dans l'accomplissement de cette tâche, les Gouvernements et les organisations publiques ou privées trouveront dans l'Eglise - au niveau universel ou local - un appui sincère qui, en bien des parties du monde, se concrétise en des formes de collaboration tout à fait remarquables.

Le grand projet humain de cette fin de siècle est celui de vaincre la faim dans le monde. Or, nous le savons bien, cela suppose que des activités comme l'agriculture et l'industrie, la pêche ou les services du secteur tertiaire aient entre elles une certaine coordination. Tous, d'une manière ou d'une autre, nous sommes concernés dans la réalisation de ce grand projet.

Sur ces activités multiformes, Dieu a montré sa bienveillance quand il confia à l'homme la terre et les eaux et tout ce qu'elles contiennent.

L'Eglise est d'autant plus sensible au thème de cette année que le Seigneur Jésus a choisi ses premiers Apôtres parmi les pêcheurs du lac de Galilée, et qu'il a connu par expérience leur rude vie. Aujourd'hui encore, nous implorons du Dieu Créateur et Tout-Puissant sa Bénédiction sur tous ceux qui s'emploient, de façon solidaire, à utiliser avec sagesse les ressources de la création pour la vie de leurs frères et soeurs humains.

Du Vatican, le 13 octobre 1986

JEAN-PAUL II


*Insegnamenti di Giovanni Paolo II, vol. IX, 2 p. 1016-1018.

L'Osservatore Romano 17.10.1986 p. 4.

La Documentation catholique 1987 n.1933 pp.139-140.

 

© Copyright 1986 - Libreria Editrice Vaticana


top