The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DU SAINT-PÈRE JEAN-PAUL II
AU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L'UNESCO
M. AMADOU-MAHTAR M
’BOWIN, À L'OCCASION DE LA
«JOURNÉE MONDIALE DE L'ALPHABÉTISATION»*

 

A Monsieur Amadou-Mahtar M’Bow
Directeur général de l’UNESCO

A l'occasion de la célébration annuelle de la Journée internationale de l’Alphabétisation, je tiens à vous redire tout l’intérêt et toute l’estime que je porte à l’action de l’UNESCO dans ce domaine.

Je voudrais souligner combien je me réjouis de voir l’UNESCO donner à cette action toujours plus d’ampleur et d’efficacité, ceci en particulier dans la perspective d’une prochaine Année internationale de l’Alphabétisation, recommandée par les Nations Unies. A cet effet, très heureusement, dans le cadre du Grand Programme de l’UNESCO, «L’éducation pour tous», on entend lier plus étroitement le problème de l’alphabétisation à celui de l’école primaire, le lieu normal où elle devrait être assurée dans les meilleures conditions; on doit se féliciter également de ce que l’UNESCO se soucie toujours davantage de ceux et celles qui connaissent les plus grandes difficultés de vie et qui sont souvent les moins alphabétisés: les femmes, les ruraux, les personnes handicapées, les migrants. Les mêmes préoccupations entrant à juste titre dans le cadre de la Décennie mondiale du développement culturel, à l’initiative des Nations Unies.

Je tiens aussi à apporter mon appui à tout ce que fait l’UNESCO pour que soit encore mieux reconnue la nécessité de l’alphabétisation. Sans doute le développement de la communication audiovisuelle, d’ailleurs instrument précieux pour l’alphabétisation, a-t-il déjà notablement contribué à l’épanouissement et à l’accès à la culture d’un très grand nombre d’hommes et non pas seulement d’une élite. Il n’en reste pas moins que l’écriture et la lecture demeurent pour l’homme des instruments privilégiés pour l’éducation à la réflexion et à la maîtrise de soi, comme pour le développement des facultés intellectuelles propres à enrichir les communications de tous ordres entre les hommes et les femmes.

Par là, l’alphabétisation apparaît un facteur majeur du progrès culturel et aussi de la promotion professionnelle, alors que l’une des causes de l’augmentation si inquiétante du chômage est le manque de qualification, les emplois exigeant un niveau de plus en plus élevé de connaissances et de formation générale.

Pour cette grande œuvre de l’alphabétisation, ainsi que vous le savez, Monsieur le Directeur général, l’Eglise a multiplié les initiatives et les réalisations dans le monde entier. Elle entend continuer à la favoriser, en apportant sa contribution particulière à cette entreprise pour laquelle l’UNESCO offre des possibilités remarquables de coopération et d’échanges d’expériences.

Je vous assure, Monsieur le Directeur général, de mes prières pour le plein succès de cette Journée et pour que soit toujours plus féconde l’action de l’UNESCO en faveur de l’alphabétisation.

Du Vatican, le 1er septembre 1987.

IOANNES PAULUS PP. II


*Insegnamenti di Giovanni Paolo II, vol. X, 3 p. 285-286.

L'Osservatore Romano 9.9.1987 p.5.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.37 p.2.

.

© Copyright 1987 -  Libreria Editrice Vaticana

 

top