The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DU PAPE JEAN-PAUL II
POUR LA JOURNÉE MONDIALE DU TOURISME
QUI SERA CÉLÉBRÉE LE 27 SEPTEMBRE 2000*

 

1. Le grand Jubilé, par lequel a commencé le nouveau millénaire, constitue un temps de grâce qui illumine toute la vie de l'Eglise. Il s'agit d'une occasion providentielle pour un profond renouveau des croyants, une invitation réitérée à retourner aux sources évangéliques. Cette invitation concerne toute la réalité ecclésiale, dans chacune de ses activités, projets et perspectives. C'est dans cet esprit que doit donc être vécue par les chrétiens également la Journée mondiale du Tourisme, qui sera célébrée le 27 septembre 2000. En considérant le tourisme sous le signe de la rencontre jubilaire, ceux-ci tenteront d'en tirer des motifs pour un renouveau évangélique plus ferme, face aux attentes et aux défis du temps présent.

Le Jubilé, qui réévoque l'événement central de l'histoire humaine, devient pour les chrétiens une occasion providentielle de confession de la foi et d'évangélisation, dans la profonde conscience que l'incarnation du Fils de Dieu et le salut qu'Il a opéré à travers sa mort et sa résurrection constituent le véritable critère pour juger la réalité temporelle et les projets visant à rendre la vie de l'homme toujours plus humaine (cf. Incarnationis mysterium, n. 1).

Dans cette perspective, je voudrais offrir quelques réflexions qui aident à mieux percevoir la valeur de cette célébration importante, à laquelle l'Organisation mondiale du Tourisme a conféré cette année un thème mobilisateur: Technologie et nature: deux défis pour le tourisme à l'aube du XXI siècle".

2. Le Jubilé représente une profonde expérience spirituelle, personnelle et communautaire. C'est en son centre que se situe la rencontre intérieure du croyant avec Dieu miséricordieux, qui dans le Christ, unique Sauveur de tout homme et de tout l'homme, lui ouvre ses bras paternels. Mais le Jubilé est également une rencontre communautaire entre les croyants, appelés à diffuser le message du Christ dans les diverses réalités du monde, qui aujourd'hui, grâce au développement des technologies modernes, est devenu toujours plus interactif.

Nature et technologie constituent les deux domaines principaux dans lesquels l'homme contemporain sent qu'il peut exprimer ses potentialités, en suivant le commandement du Créateur, qui a confié l'univers à ses mains actives (cf. Prière eucharistique, IV). Et le Jubilé veut pousser les croyants, purifiés par la rencontre avec le Seigneur, à acquérir un nouvel enthousiasme pour réaliser leur mission dans le monde. Celle-ci comporte une attention constante à la réalité du cosmos, au développement de l'histoire, à l'existence concrète des personnes et des peuples.

Partout doit arriver l'annonce salvifique du Christ, car - comme le rappelle le Concile Vatican II - "c'est en effet l'homme qu'il s'agit de sauver, la société humaine qu'il faut renouveler" (Gaudium et spes, n. 3). Tel est l'objectif constant qui guide les pas de l'Eglise et qui anime ses efforts permanents pour apporter la lumière de l'Evangile dans tous les milieux de l'existence des hommes.

Dans ce contexte, la célébration de la Journée mondiale du Tourisme se présente comme une occasion utile de réfléchir sur les possibilités que le tourisme offre à l'évangélisation. Cela concerne non seulement ceux qui se consacrent à l'activité touristique par choix professionnel et qui y dédient une partie de leur temps libre, mais également ceux qui vivent dans des localités touristiques ou qui font partie de communautés chrétiennes qui sont en contact constant avec les pèlerins et touristes.

3. La technologie et la nature sont deux défis importants pour le tourisme de notre temps. Celles-ci conduisent à repenser à certains de ses aspects significatifs et aux possibilités pastorales qui en découlent. Le tourisme change d'aspect sous la pression de nouveaux modèles de vie. De temps de "repos", il devient toujours plus une occasion de voyages et de vacances culturelles. Le désir diffus de "redécouvrir" la nature et le "désir" de faire de nouvelles connaissances et expériences croissent. En utilisant les possibilités modernes offertes par la technologie, on peut réaliser de nouveaux contacts, des voyages familiaux et communautaires, des échanges de visites entre personnes, en particulier les jeunes de diverses villes et nations.

Précisément grâce à ses potentialités croissantes, le tourisme suscite certaines réflexions que le message du Jubilé met également en évidence. Je veux parler ici de deux aspects de l'itinéraire jubilaire: la rencontre avec le Christ et le partage communautaire, que le tourisme peut favoriser. S'il est animé par un esprit jubilaire, le tourisme peut en effet devenir un espace providentiel de rencontre et une occasion précieuse de solidarité.

4. Avant tout, un espace de rencontre. Au cours du Jubilé, l'Eglise proclame que Dieu, il y a deux mille ans, est venu en personne parler de lui à l'homme et lui montrer la voie le long de laquelle il est possible de le rejoindre (cf. Tertio millennio adveniente, n. 6). L'initiative divine d'alors continue à développer son efficacité aujourd'hui également, en permettant à l'homme de tout temps, et donc également à nos contemporains, de faire une expérience personnelle de la présence du Christ dans son histoire.

L'espace dans lequel a lieu cette rencontre est avant tout la célébration des sacrements de la Réconciliation et de l'Eucharistie. Dans ces sacrements, toutefois, c'est la vie tout entière qui trouve sa signification et son orientation, dans la lumière qui émane de la foi. Les vacances, les voyages, peuvent être à cet égard des moments propices pour combler certaines lacunes d'humanité et de spiritualité.

Je souhaite de tout coeur que le tourisme soit toujours une occasion de rencontres bénéfiques: rencontre avec Dieu, qui dans le créé et dans les oeuvres de l'homme nous montre son amour et sa providence; rencontre avec soi-même, dans le silence de la réflexion et de l'écoute intérieure; rencontre avec les autres, pour bâtir une coexistence sereine entre les personnes et les peuples.

5. Le tourisme est, en outre, une occasion de solidarité. A travers son appel à la conversion intérieure et à la réconciliation avec les frères, le Jubilé invite les croyants et les hommes de bonne volonté à instaurer un ordre social fondé sur la miséricorde, la justice et la paix. Il pousse à prendre conscience des responsabilités que nous avons tous à l'égard de la nature et des situations de pauvreté et d'exploitation dont souffrent malheureusement tant de personnes et de nombreux pays du monde.

Le message du Jubilé pousse ainsi les pèlerins et les touristes à avoir un regard capable de "voir" la réalité, sans s'arrêter à la superficie des choses, en particulier lorsque l'on a l'occasion de visiter des lieux et situations dans lesquels les personnes vivent dans des conditions humaines précaires et où l'aspiration à un développement équitable est sérieusement menacé par des facteurs d'équilibre écologique et d'injustices structurelles.

Le tourisme, qui revêt désormais des dimensions internationales, peut alors devenir une contribution précieuse à la culture de la solidarité et peut favoriser la coopération internationale que le Jubilé encourage (cf. Incarnationis mysterium, n. 12). Les plus de six cent millions de personnes, qui se déplacent chaque année d'une nation à l'autre, pourraient transformer le tourisme en un facteur d'importance fondamental dans l'édification d'un monde ouvert à la coopération entre tous, grâce à la connaissance réciproque et à l'approche directe de réalités diverses.

6. Je souhaite de tout coeur que la Journée mondiale du Tourisme de cette Année jubilaire aide les responsables et les agents du tourisme, les croyants et les personnes de bonne volonté, individus et communautés à prendre conscience des défis et des possiblités offertes par un si vaste mouvement de personnes.

J'exprime ma reconnaissance à tous ceux qui travaillent dans ce secteur pour la contribution offerte à la valorisation du temps libre et au développement de relations amicales entre personnes et peuples. Je remercie en particulier les agents de la pastorale qui emploient toutes leurs énergies afin que l'Evangile imprègne également ce domaine particulier de l'existence humaine.

Pour tous, j'invoque l'assistance céleste de Marie, Etoile de l'Evangélisation, et je donne à chacun et de tout coeur une Bénédiction apostolique particulière, en signe de bienveillance constante.

De Castel Gandolfo, le 29 juillet 2000


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.32 p.3.

 

© Copyright 2000 - Libreria Editrice Vaticana


top