V JOURNÉE MONDIALE DE LA JEUNESSE 1990
The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DU SAINT-PÈRE
JEAN-PAUL II
AUX JEUNES DU MONDE À L'OCCASION
DE LA Ve JOURNÉE MONDIALE DE LA JEUNESSE 1990

 

«Je suis la vigne, vous êtes les sarments» (Jn 15,5)

 

Chers jeunes,

1. Je viens vous annoncer la prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse. En vous écrivant, j’ai encore vivant dans ma mémoire le souvenir de la dernière Journée Mondiale qui a culminé dans l’inoubliable rencontre de Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne, où je me suis rendu en pèlerinage avec un grand nombre d’entre vous. Ce fut un événement ecclésial de grande portée, un témoignage exceptionnel de foi de la part de milliers de jeunes provenant de tous les continents, un moment fort d’évangélisation. A Saint-Jacques-de-Compostelle, l’Eglise a montré encore une fois au monde un visage jeune, plein de joie, d’espérance et d’enthousiasme dans la foi . Cet événement a été un grand don pour l’Eglise et, j’oserais même dire, pour toute la société. De cela, je ne cesserai jamais de remercier le Seigneur. Le thème de l’an dernier, comme vous vous en souvenez, était centré sur le Christ. Cette année, par contre, je voudrais vous proposer de réfléchir sur le thème de l’Eglise. Ce n’est pas par hasard qu’il y a corrélation. Entre le Christ et son Eglise, il existe un lien organique extrêmement étroit et profond. Le Christ vit dans l’Eglise, l’Eglise est le mystère du Christ vivant et agissant au milieu de nous, comme le dit saint Paul: «C’est le Christ en vous, l’espérance de la gloire» (Col 1,27); et ailleurs encore: «Vous êtes le corps du Christ et membres chacun pour sa part» (1 Co 12,27). A l’occasion de cette Ve Journée Mondiale de la Jeunesse, je désire donc vous inviter tous à une nouvelle découverte de l’Eglise et de votre mission en son sein, en tant que jeunes. L’Eglise du Christ est une réalité fascinante et merveilleuse. Elle est ancienne, puisqu’elle compte presque deux mille ans, mais elle est, en même temps, perpétuellement jeune, grâce à l’Esprit Saint qui l’anime. L’Eglise est jeune, parce que son message de salut est jeune, c’est-à-dire toujours actuel. C’est pourquoi le dialogue qui existe entre l’Eglise et les jeunes est tellement important: «L’Eglise a tant de choses à dire aux jeunes et les jeunes ont tant de choses à dire à l’Eglise. Ce dialogue réciproque, qu’il faut mener avec une grande cordialité, dans la clarté, avec courage... sera une source de richesse et de jeunesse pour l’Eglise...», comme je l’ai écrit dans l’Exhortation Apostolique Christifideles laici (n. 46). Je voudrais que la Ve Journée Mondiale de la Jeunesse puisse contribuer au développement de ce dialogue aussi bien à tous les niveaux de la vie ecclésiale que dans la vie de chacun de vous.

2. Dans la Bible, parmi les nombreuses images qui expriment le mystère de l’Eglise, nous trouvons en particulier l’image de la vigne (cf. Jer 2,21; Is 5,1-7). L’Eglise est la vigne que le Seigneur a plantée lui-même, une vigne pour laquelle Il a un amour particulier. Dans l’Evangile de Jean, le Christ nous explique le principe fondamental de la vie de cette vigne lorsqu’il dit: «Je suis la vigne, vous êtes les sarments» (Jn 15,5). Ce sont précisément ces paroles que j’ai choisies comme thème de la prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse. C’est pourquoi je vous adresse à tous un appel: Jeunes, soyez des sarments vivants dans l’Eglise, soyez des sarments chargés de fruits! Etre des sarments vivants dans l’Eglise-vigne, cela veut dire tout d’abord être en communion vitale avec le Christ-vigne. Les sarments ne sont pas autosuffisants, mais dépendent totalement de la vigne. C’est en elle que se trouve la source de leur vie. De même, au baptême, chacun de vous a été greffé sur le Christ et a reçu gratuitement le don de la vie nouvelle. Pour être des sarments vivants, il faut que vous viviez cette réalité de votre baptême, en approfondissant tous les jours votre communion avec le Seigneur par l’écoute et l’obéissance à sa parole, la participation à l’Eucharistie et au sacrement de la Réconciliation et par le dialogue personnel avec Lui dans la prière. C’est Jésus qui dit: «Celui qui demeure en moi et moi en lui, porte beaucoup de fruits, car sans moi vous ne pouvez rien faire» (Jn 15,5). Etre des sarments vivants dans l’Eglise-vigne, cela veut dire également prendre un engagement dans la communauté ecclésiale et dans la société. Le Concile Vatican II nous l’explique de manière très claire: «Dans l’organisme d’un corps vivant aucun membre ne se comporte de manière purement passive, mais chacun participe à la vie et à l’activité générale du corps; ainsi dans le Corps du Christ qui est l’Eglise, “tout le corps opère sa croissance selon le rôle de chaque partie” (Eph 4,16)» (Apostolicam actuositatem, 2). Nous sommes tous et chacun de nous selon sa vocation particulière, participants de la mission du Christ et de son Eglise. La communion ecclésiale est une communion missionnaire. L’Eglise a besoin de nombreux ouvriers. En cette Ve Journée Mondiale, c’est le Christ lui-même qui vous adresse, à vous les jeunes, une grande invitation: «Allez vous aussi à ma vigne» (Mt 20,4). L’Eglise est une communion organique, dans laquelle chacun a sa place et son rôle particulier. Vous l’avez vous aussi, vous les jeunes. C’est une place très importante que la vôtre. L’Eglise, qui, au seuil du second millénaire, se sent appelée par le Seigneur à intensifier de plus en plus son effort d’évangélisation, a un besoin tout particulier de vous, de votre dynamisme, de votre authenticité, de votre volonté passionnée de grandir, de la fraîcheur de votre foi. Mettez donc au service de l’Eglise vos jeunes talents sans réserve, avec la générosité propre à votre âge. Prenez votre place dans l’Eglise, qui n’est pas seulement celle de destinataires de la pastorale, mais surtout de protagonistes actifs de sa mission (cf. Christifideles laici, 46). L’Eglise est vôtre, bien plus vous êtes vous-mêmes l’Eglise! De son côté, I’Eglise a tellement à vous offrir, à vous les jeunes. Nous assistons aujourd’hui à un phénomène très significatif. Après une période de méfiance et de désaffection à l’égard de l’Eglise, beaucoup de jeunes à l’heure actuelle sont en train de la redécouvrir comme guide sûr et fidèle, comme le lieu indispensable de communion avec Dieu et avec les frères, comme milieu de développement spirituel et d’engagement. C’est un signe très éloquent. Beaucoup d’entre vous ne se contentent plus d’appartenir à l’Eglise de manière purement formelle, purement administrative. Ils cherchent quelque chose de plus. Il existe des lieux privilégiés de redécouverte de l’Eglise et de l’engagement ecclésial qui sont les associations, les mouvements et les diverses communautés ecclésiales de jeunes. Nous parlons, en effet, aujourd’hui d’une «nouvelle saison d’association» dans l’Eglise (cf. Christifideles laici, 29). Elle représente une richesse énorme et un don précieux de l’Esprit Saint qui doit être accueilli avec beaucoup de reconnaissance. «Allez vous aussi à ma vigne» (Mt 20,4). L’Eglise-vigne a besoin également d’ouvriers particuliers, qui la servent de manière spécifique, dans un radicalisme évangélique, en lui consacrant toute leur vie. Je veux parler des vocations sacerdotales et religieuses, mais aussi des vocations de laïcs consacrés dans le monde. Je suis sûr que beaucoup d’entre vous, en méditant le mystère de l’Eglise, entendront au plus profond de leur âme l’invitation du Christ: «Va toi aussi à ma vigne...». Si vous entendez ces paroles qui s’adressent particulièrement à vous, n’hésitez pas à répondre «oui» au Seigneur. N’ayez pas peur, car servir le Christ et son Eglise de manière totale est une vocation extraordinaire et un don merveilleux. Le Christ vous aidera. Voici, dans ses grandes lignes, le thème essentiel de la prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse, journée de redécouverte de l’Eglise.

3. La Ve Journée Mondiale de la Jeunesse 1990 se célébrera le Dimanche des Rameaux, dans chacun de vos diocèses. C’est précisément l’Eglise diocésaine que vous devez découvrir. L’Eglise n’est pas une réalité abstraite et désincarnée; c’est, au contraire, une réalité extrêmement concrète: à savoir une Eglise diocésaine réunie autour de l’Evêque, successeur des Apôtres. C’est aussi l’Eglise paroissiale que vous devez découvrir, sa vie, ses besoins et les nombreuses communautés qui existent et oeuvrent en elle. Dans cette Eglise, vous porterez la joie et l’élan que vous avez éprouvés dans les rencontres mondiales comme celle de Saint-Jacques-de-Compostelle et dans les réunions des mouvements et associations dont vous faites partie. De cette Eglise concrète, vous, les jeunes, devez être des sarments vivants et productifs, c’est-à-dire des participants conscients de sa mission en toute responsabilité. Accueillez cette Eglise avec toute sa richesse spirituelle; accueillez-la dans la personne de vos évêques, des prêtres, des religieux et des frères dans la foi; accueillez-la avec une foi et un amour de fils. La Journée Mondiale, comme vous voyez, n’est pas seulement une fête, mais aussi un sérieux engagement spirituel. Pour pouvoir en récolter les fruits, toute une préparation est nécessaire sous la conduite de vos pasteurs dans les diocèses, dans les paroisses, dans les associations, dans les mouvements et dans les communautés ecclésiales de jeunes. Cherchez à mieux connaître l’Eglise, sa nature, son histoire désormais bimillénaire et son présent. Cherchez à découvrir votre place dans l’Eglise et votre mission en tant que jeunes. Sur ce chemin spirituel, vous pourrez être aidés par mon Exhortation Apostolique Christifideles laici (1988), que j’ai consacrée précisément à la méditation de la vocation et de la mission des fidèles laïcs dans l’Eglise et dans le monde. J’invite vos pasteurs à vous aider pour en mieux saisir le message. Je confie tout le chemin de préparation spirituelle et la célébration elle-même de la prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse 1990 à l’intercession particulière de Notre-Dame. Que celle que nous vénérons comme Mère de l’Eglise soit pour vous une Maîtresse et un Guide dans cet engagement ecclésial renouvelé. A tous, je vous envoie affectueusement ma bénédiction.

Du Vatican, le 26 novembre de l’année 1989, solennité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Roi de l’Univers.


IOANNES PAULUS PP. II

 

© Copyright 1989 - Libreria Editrice Vaticana

top