The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX MEMBRES DE LA COMMISSION PONTIFICALE
POUR LA NEO-VULGATE

27 avril 1979

Excellence, très chers Professeurs,

Permettez-moi d'exprimer avant tout la grande joie que j'éprouve aujourd'hui à l'occasion de la remise officielle de l'Edition Typique de la version Néo-Vulgate de la Sainte Bible. Ma joie est pareille à celle qu'éprouve celui qui peut finalement recueillir une riche moisson qui fut l'objet de longs soins amoureux.

En ce moment, ma pensée ne peut manquer de se tourner vers l'inoubliable Pape Paul VI à qui revient tout le mérite et l'honneur d'avoir entrepris cette initiative, — aujourd'hui heureusement menée à bonne fin avec la publication définitive — et de l'avoir suivie et encouragée, la guidant jusqu'au seuil de sa totale réalisation. Sa mort inopinée et celle encore plus subite du Pape Jean-Paul Ier ont fait qu'il m'incombe à moi de promulguer pour toute l'Eglise le résultat d'un labeur qui s'est réalisé entièrement avant mon Pontificat.

En tout cas, remercions le Seigneur qui ne laisse jamais ses œuvres inachevées.

Mais des remerciements tout particuliers vous reviennent, dirigeants et membres de la Commission Pontificale pour la Néo-Vulgate à vous et à tons ceux qui ont mis leur compétence, leur temps, leur amour au service de cette entreprise, en même temps scientifique et pastorale. Vous avez prodigué longuement votre science et vos énergies inlassables en faveur d'un travail qui, certainement, restera longtemps comme un signe éloquent de l'attentive sollicitude de l'Eglise pour ce Verbe Divin écrit "de la plénitude duquel nous avons tout reçu" (Jn 1, 16) car il est "parole de salut" (Ac 13, 26).

Avec la Néo-Vulgate, les fils de l'Eglise ont maintenant entre les mains un instrument de plus qui, spécialement dans les célébrations de la Liturgie sacrée, favorisera une approche plus sûre et plus précise des sources de la Révélation; un instrument qui s'offre également aux études scientifiques comme nouveau et prestigieux point de référence.

Si vous me l'accordez, j'aime à penser que saint Jérôme lui-même doit être content de ce laborieux travail ! En effet, non seulement la Néo-Vulgate se place plutôt sous le signe de la continuité que du dépassement de l'œuvre que lui-même a accomplie, mais elle est aussi le résultat d'une égale attention, d'une égale passion. En outre, les nouvelles connaissances linguistiques et exégétiques confèrent à la version présente un nouveau cachet et l'on peut s'y fier autant qu'à celle de saint Jérôme qui a résisté à l'épreuve d'un millénaire et demi d'histoire. Il est certain que saint Jérôme reste un maître de doctrine et, également, de langue latine, autant que de vie spirituelle. Lui qui, par mandat du Pape Damase, consacra sa vie entière à l'étude et à la méditation du texte sacré, sait à coup sûr combien il en coûte, mais aussi comme il est exaltant de se pencher sur les Ecritures. Et il faut souhaiter que s'avère pour beaucoup de chrétiens ce qui lui est arrivé à lui, et certainement à vous, également, c'est-à-dire, comme il l'a écrit, à la vierge Eustochium : "Tenenti codicem somnus obrepat, et cadentem faciem pagina saiicta suscipiat !" (Le sommeil le surprend la Bible à la main et la sainte page soutient sa face tombante ; Epist. 22, ad Eust., 17).

Je souhaite que cette œuvre que vous avez menée à bonne fin soit vraiment féconde pour la vie de 1'Eglise et favorise toujours plus la rencontre salutaire des fidèles avec le Christ, contribuant à satisfaire cette "faim de la parole" dont parle le prophète Amos (8, 11), une faim qui de nos jours semble particulièrement pressante.

Ma cordiale bénédiction vous accompagne tous comme signe de gratitude réitérée et de bienveillance, et comme gage d'abondantes faveurs du Seigneur qui sait récompenser ses serviteurs comme il convient.

© Copyright 1979 - Libreria Editrice Vaticana

          

top