The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
À L’AMBASSADEUR DE L’URUGUAY,
S.E. M. CARLOS MARÍA ROMERO*

Jeudi 18 janvier 1979

Il m'est extrêmement agréable de souhaiter la bienvenue à Votre Excellence qui en cet acte solennel vient me présenter ses Lettres de Créance d'Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de l'Uruguay près le Saint-Siège.

Merci pour les paroles déférentes et dévotes que Votre Excellence a eues pour moi et pour le Saint-Siège. Je me souviens parfaitement qu'au début de mon Pontificat vous êtes venu avec la Mission de votre pays pour rendre manifestes, en cette occasion, non seulement les bonnes relations qui existent entre l'Uruguay et le Saint-Siège, mais aussi les sentiments chrétiens qui animent! en tant que fils de l'Église, les fidèles uruguayens. Aujourd'hui Votre Excellence vient ici pour donner un témoignage continue de cette permanente proximité spirituelle: une noble mission pour l'heureux accomplissement de laquelle vous pouvez compter sur ma cordiale et sincère bienveillance.

Je sais très bien que cette proximité, cette bonne entente qui, à mon avis, doivent être toujours plus amples et plus fécondes, ont comme racine profonde une loyale reconnaissance du travail inlassable de l'Église en Uruguay un travail qui correspond à sa mission évangélisatrice à son devoir d'être au service de l'homme, de son progrès, de sa maturation personnelle en tant qu'individu et en tant que membre de la société. D'où vient qu'elle a fermement la volonté de n'épargner ni efforts ni sacrifices quand il s'agit de promouvoir les valeurs - morales et spirituelles, surtout - qui sont, par nature, conformes à la dignité humaine. Sur le plan de la promotion intégrale de la personne, vers laquelle doivent premièrement converger les initiatives et les activités, l'Église d'Uruguay continuera à offrir sa collaboration décidée, heureuse de contribuer au perfectionnement de l'édifice communautaire où puissent être acceptées et satisfaire les aspirations légitimes de tous et se développer les idéaux de coexistence pacifique et de progrès solidaire.

Monsieur l'Ambassadeur, en vous réitérant ma bienveillance, je vous prie de transmettre mes salutations reconnaissantes à Monsieur le Président de la République d'Uruguay ainsi qu'à tous mes bien-aimés fils de votre noble pays, sur lequel j'invoque les dons du Très-Haut.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.5 p.10.

 

© Copyright 1979 - Libreria Editrice Vaticana

 

top