The Holy See
back up
Search
riga

PÈLERINAGE APOSTOLIQUE EN POLOGNE
(2-10 JUIN 1979)

RENCONTRE AVEC LES JEUNES

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II 

Cathédrale de Gniezno
Dimanche 3 juin 1979

 

1. Le document le plus ancien de la littérature polonaise est « Bogurodzica » (« Mère de Dieu »). La tradition fait remonter son origine à saint Adalbert. L’histoire de la littérature nous permet de fixer au XVe siècle la date des plus anciens textes de ce chant-message. Je dis chant-message parce que la « Bogurodzica » n’est pas seulement un chant : c’est aussi une profession de foi, un symbole du Credo polonais, c’est une catéchèse, et même un document d’éducation chrétienne. Les principales vérités de foi et les principes de la morale y sont contenus. Ce n’est pas seulement un objet historique. C’est le document de la vie. Jakub Wujek l’a appelé le « catéchisme polonais ».

Nous le chantons toujours avec une profonde émotion, avec exaltation, en nous rappelant qu’il était chanté dans les moments solennels et décisifs. Et nous le lisons aussi avec une profonde émotion. Il est difficile de lire autrement ces versets si antiques quand on pense qu’avec eux ont été éduquées les générations de nos aïeux. Le chant « Bogurodzica » n’est pas seulement un document antique de culture. Il a donné à la culture polonaise son ossature fondamentale et primitive.

2. La culture est l’expression de l’homme, c’est la confirmation de l’humanité. L’homme la crée et, par elle, l’homme se crée lui-même. Il se crée lui-même par l’effort intérieur de l’esprit, de la pensée, de la volonté, du cœur. Et en même temps, il crée la culture en communion avec les autres. La culture est l’expression de la communication, de la pensée commune et de la collaboration mutuelle des hommes. Elle naît du service du bien commun et devient un bien essentiel des communautés humaines.

La culture est surtout un bien commun de la nation. La culture polonaise est un bien sur lequel s’appuie la vie spirituelle des Polonais. Elle nous distingue comme nation. Elle décide de nous tout au long de l’histoire, elle est plus décisive encore que la force matérielle. Et même plus encore que les frontières politiques. On sait que la nation polonaise est passée par la dure épreuve de la perte de l’indépendance pendant plus de cent ans. Et au milieu de cette épreuve, elle est restée toujours elle-même. Elle est restée spirituellement indépendante parce qu’elle a eu sa propre culture. Bien plus, dans la période des démembrements elle l’a encore beaucoup enrichie et approfondie, car ce n’est qu’en créant une culture qu’elle peut se conserver.

3. La culture polonaise, depuis ses débuts, porte des marques chrétiennes bien claires. Le baptême qu’ont reçu les générations de nos compatriotes, pendant tout le millénaire ne les introduisait pas seulement dans le mystère de la mort et de la résurrection du Christ, ne les faisait pas seulement devenir fils de Dieu par la grâce, mais il trouvait une grande résonance dans l’histoire de la pensée et dans la créativité artistique, dans la poésie, dans la musique, dans le théâtre, dans les arts plastiques, dans la peinture et dans la sculpture.

Et il en a été ainsi jusqu’à aujourd’hui. L’inspiration chrétienne ne cesse pas d’être la source principale de la créativité des artistes polonais. La culture polonaise est toujours parcourue d’un large courant d’inspirations qui ont leur source dans l’Évangile. Cela contribue aussi au caractère profondément humaniste de cette culture. Cela la rend profondément et authentiquement humaine car comme l’écrit A. Mickiewiez dans les livres du pèlerinage polonais, « la civilisation vraiment digne de l’homme doit être chrétienne ».

Dans les œuvres de la culture polonaise se reflète l’âme de la nation. En elles vit son histoire, qui est une école permanente de patriotisme solide et loyal. C’est pourquoi elle sait imposer des exigences et soutenir des idéaux sans lesquels il est difficile pour l’homme de croire en sa propre dignité et de s’éduquer lui-même.

4. L’homme qui vous adresse ces paroles doit sa propre formation spirituelle, depuis les débuts, à la culture polonaise, à sa littérature, à sa musique, à ses arts plastiques, au théâtre, à l’histoire de la Pologne, aux traditions chrétiennes polonaises, aux écoles polonaises, aux universités polonaises.

En vous parlant ainsi à vous qui êtes jeunes, cet homme désire surtout payer la dette contractée envers ce merveilleux héritage spirituel qui a commencé avec « Bogurodzica ». En même temps, cet homme désire se présenter aujourd’hui devant vous avec cet héritage qui est bien commun de tous les Polonais et qui constitue une parcelle éminente de la culture européenne et mondiale.

Et il vous demande :

Restez fidèles à ce patrimoine ! Faites qu’il soit le fondement de votre formation ! Faites-en l’objet de votre noble fierté ! Conservez et multipliez ce patrimoine, transmettez-le aux générations futures !

Viens, Esprit Saint, envoie-nous du haut du ciel un rayon de ta lumière ! Viens, père des pauvres, viens dispensateur des dons, viens lumière de nos cœurs !

(liturgie de la Pentecôte)

Lumière des jeunes consciences polonaises, viens ! Et fortifie en eux l’amour d’où est né le premier chant polonais, « Bogurodzica » message de foi et de dignité de l’homme sur notre terre !

 

© Copyright 1979 - Libreria Editrice Vaticana

    

top