The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX JEUNES RÉUNIS DANS LA BASILIQUE SAINT-PIERRE

21 mars 1979

Votre rencontre actuelle avec le Pape, chers garçons et filles, semble assumer aujourd'hui une signification spéciale en raison de la circonstance dans laquelle elle se déroule : l'avènement du printemps ! Cette circonstance confère à mes souhaits de bienvenue un ton plus vif et varié parce qu'il rappelle à l'esprit votre condition : vous êtes le printemps de la vie, le printemps de l'Eglise, le printemps de Dieu ! Recevez donc mon salut et mes vœux, ceux-ci m'étant suggérés par la Sainte Ecriture : "croissez comme la rose qui pousse au bord du cours d'eau, comme l'encens répandez l'odeur de votre parfum, faites éclore votre fleur comme le lys, répandez le parfum, chantez le cantique, bénissez le Seigneur en toutes ses œuvres" (Si 39, 13-14).

Pour que ce souhait ne reste pas une simple expression verbale mais se transforme en une consolante réalité, tenez compte de ce que la nature n'accorde rien de beau sans effort et sans travail. Le temps quadragésimal nous enseigne opportunément ce que doit être l'activité généreuse du chrétien pour obtenir le printemps de l'esprit, la nouvelle floraison du bien, la renaissance à une vie nouvelle avec Jésus et en Jésus. Pour atteindre un but si admirable, l'Eglise, Mère sage et aimante, nous indique les moyens appropriés qui sont précisément la prière, le jeûne, l'aumône. Grâce à la prière on vient en contact, on établit un dialogue vivant et intéressant avec le Seigneur.

Le jeûne sur lequel j'entends aujourd'hui brièvement attirer votre attention est le deuxième des éléments nécessaires au printemps de l'esprit. Plus qu'une simple abstention d'aliments ou de vivres matériels, il représente une réalité complexe et profonde. Le jeûne est un symbole, il est un signe, il est une invitation sérieuse et stimulante à accepter, à pratiquer des renoncements. Quels renoncements ? Renoncement à son propre "ego", c'est-à-dire à tout caprice ou aspiration malsains ; renoncement à ses propres défauts, à la passion impétueuse, aux désirs illicites. Jeûner est savoir dire un "non !" sec et décidé à tout ce qui est suggéré ou demandé par l'orgueil, par l'égoïsme, par le vice, en donnant écoute à sa propre conscience, en respectant le bien d'autrui, en restant fidèle à la sainte Loi de Dieu. Le jeûne signifie poser une limite à de nombreux désirs, mêmes bons, pour garder la pleine maîtrise de soi, pour apprendre à gouverner ses propres instincts, pour entraîner la volonté au bien. Les gestes de ce jeûne passaient autrefois sous le nom de "fioretti" Le nom change, mais la substance reste la même ! Ils étaient et restent des actes de renoncement, accomplis par amour du Seigneur ou de la Vierge et tendant à un noble but. Ils étaient et sont toujours un "sport", un entraînement irremplaçable pour vaincre dans les compétitions de l'esprit. Jeûner signifie enfin se priver de quelque chose pour subvenir aux besoins de ses frères et devient, de cette façon, un exercice de bonté, de charité.

Le jeûne compris, réalisé, vécu de cette manière devient pénitence, c'est-à-dire conversion à Dieu, du fait qu'il purifie le cœur de toutes les scories du mal ; qu'il orne l'âme de vertus, qu'il exerce la volonté au bien, qu'il ouvre le cœur à un accueil d'abondantes grâces divines. Dans une telle conversion l'âme devient plus forte, l'espérance plus heureuse, la charité plus active !

Convertis à Dieu, emplis de l'Esprit du Seigneur, vous aurez dans le cœur une joie vraie, profonde, débordante ; vous montrerez un sourire ingénu et conquérant; vous verrez en votre jeunesse un don merveilleux, digne d'être vécu dans toute sa plénitude, dans toute l'authenticité d'une vie humaine et chrétienne.

Avec ces brèves considérations qui, je l'espère, susciteront un profond écho dans votre esprit et dans votre conduite, recevez, comme témoignage de grande bienveillance et gage d'abondantes grâces célestes, ma paternelle bénédiction que de tout cœur j'étends à vos familles et à toutes les personnes qui vous sont chères.

© Copyright 1979 - Libreria Editrice Vaticana

top