The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II 
AUX JEUNES DE L'ACTION CATHOLIQUE ITALIENNE  

26 mai 1979

Chers jeunes de l'Action Catholique !

Soyez les bienvenus sur cette magnifique Place Saint-Pierre !

Soyez tous bénis au nom du Seigneur Jésus, l'ami des enfants !

Je vous remercie vivement pour la joyeuse manifestation d'affection que vous avez voulu me réserver pendant que je passais au milieu de vous pour vous adresser un cordial et paternel salut, à vous qui êtes "ma joie et ma couronne" (Ph 4, 1), parce que vous exprimez le visage de l'Eglise "sans taches ni rides" (Ep 5, 27), ainsi qu'à tous ceux qui vous accompagnent: parents, éducateurs, dirigeants diocésains et nationaux de l'Action catholique des jeunes. Je suis particulièrement reconnaissant à votre Aumônier général Mgr Giuseppe Costanzo et au Président national, le Professeur Mario Agnès, qui ont demandé cette audience à l'occasion de votre Rencontre nationale par laquelle vous entendez contribuer aux initiatives partout mises en œuvre dans le cadre de l'Année Internationale de l'Enfance.

1. Vous avez désiré être reçu par le Pape aujourd'hui, le jour consacré à la mémoire de saint Philippe de Neri, qualifié à juste titre d'Apôtre des jeunes en raison de sa longue et inlassable activité en leur faveur : vos réunions romaines se déroulent sous la protection de ce saint qui sut si bien attirer autour de lui les jeunes des bourgades romaines et les éduquer aux nobles idéaux de la foi chrétienne et de la coexistence civile. On raconte que pour mieux secourir les plus nécessiteux il n'hésitait pas à mendier dans les rues de Rome : un jour, quelqu'un qui s'estimait importuné lui donna une gifle, "Ceci est pour moi, lui dit le saint en souriant ; maintenant donnez-moi quelque chose pour mes jeunes !" Et à ceux qui se plaignaient que ces jeunes faisaient tant de tapage, il répondait habituellement : "J'accepterais même qu'ils me crèvent le tympan, pourvu qu'ils ne fassent rien de mal". L'amour sacerdotal qu'il éprouvait pour les jeunes était si grand qu'il n'hésitait jamais à se faire meneur de jeu, maître de gaîté et de joie authentiquement chrétienne qu'il résumait dans son célèbre mot d'ordre : "Tristesse et mélancolie, dehors !". Sur sa tombe dans l'église Sainte-Marie "in Vallicella", pas loin d'ici, où je vais me rendre sous peu pour célébrer la sainte Messe, je demanderai au saint Co-patron de Rome qu'il veuille bien obtenir pour vous, et pour tous les jeunes du monde, la sérénité d'esprit, la noblesse d'âme, une cohérence à toute épreuve dans le témoignage évangélique dans le milieu où vous serez appelés à vivre et à opérer.

2. Quand à votre rendez-vous romain qui couronne les initiatives que vous avez prises durant ce mois de mai, qui fut pour vous "le mois des rencontres", j'ai vu avec grand plaisir l'affiche murale qui, avec cette ingénieuse déclaration "Reçu, je passe" synthétise joliment la dernière étape du travail que vous avez réalisé cette année. Ce slogan, emprunté au jargon radiophonique, définit parfaitement 1'engagement chrétien auquel chacun de vous est appelé. Celui, donc, d'écouter la parole de Dieu et des hommes pour la transmettre aux autres, à votre tour, précisément comme Jésus le disait à ses disciples : "Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le au grand jour ; et ce que vous entendez dans le creux de l'oreille, proclamez-le sur les toits (Mt 10 27). Et vous savez qu'on voit aujourd'hui sur les toits des forêts d'antennes de radio et de télévision qui diffusent et captent ce qui est dit dans un studio de transmission.

— Reçu : Ce premier mot de votre slogan veut dire également savoir écouter, approfondir, découvrir, vivre ce que vous avez "reçu" dans votre vie en groupe : dans vos rencontres, à l'école, dans les assemblées, dans les jeux, dans les applications techniques, partout où vous faites connaissance, où vous vous communiquez vos expériences, où vous vous faites part de vos sentiments et découvrez l'empreinte que d'autres groupes ont laissé dans le pays ou dans le quartier, leur enthousiasme et leur bonne volonté. Tout ce patrimoine que vous recevez ne saurait toutefois, rester en vous inerte et sans effet : il doit au contraire servir à promouvoir votre personnalité, à 1'enrichir, à la transformer et l'améliorer, à vous faire devenir des jeunes gens en forme. Mais cela signifie sur tout savoir accueillir les bonnes inspirations, se laisser envahir par la grâce de Dieu, aspirer à la sainteté, suivant les paroles du Seigneur : "Soyez parfaits comme est parfait votre Père qui est dans les cieux" (Mt 5, 48).

— Je passe : Ce que vous recevez, non seulement ne peut demeurer inerte en vous mais doit aussi "passer", c'est-à-dire être donné, communiqué aux autres, comme le firent les Apôtres qui se répandirent dans le monde pour communiquer et annoncer à toutes les nations le message de salut qu'ils avaient reçu de leur maître et le nôtre qui avait dit : "Allez donc, de toutes les nations faites des disciples (...) leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit" (Mt 28, 19). Cela vous le ferez aussi si vous sentez dans votre coeur que vous êtes "de vrais témoins vivants du Christ au milieu de vos compagnons" (cf. Décret Apostolat des laïcs, n. 12), et vous le serez si vous savez manifester votre joie de vivre, de grandir et d'aimer ; si vous parvenez à n'être pas orgueilleux devant d'autres jeunes moins doués ou moins à l'aise à cause des conditions sociales ; si vous n'agissez pas égoïstement, si vous évitez de contrarier autrui, si vous ne cherchez jamais à vous venger mais êtes capables de pardonner du fond du cœur à ceux qui vous ont offensés ; en d'autres mots, si vous savez vivre évangéliquement. De cette manière vous ferez certainement "passer" vos idéaux aux autres et ceux-ci, voyant vos bonnes œuvres, en rendront gloire à votre Père céleste (cf. Mt 5, 16).

Chers jeunes, rentrés chez vous, faites part à vos amis de ce que le Pape vient de vous suggérer en souvenir de cette belle audience Place Saint-Pierre. Dites à tous que le Pape les aime, qu'il attend leur visite et les bénit ; de même que maintenant je vous donne, à vous ici présents, ma bénédiction apostolique spéciale en souhaitant qu'avec l'aide maternelle de la Vierge Marie, rose mystique du mois de mai, vous saurez vraiment "recevoir et passer" le mandat chrétien de la foi et de l'espérance, à la louange et à la gloire de Dieu.

 

© Copyright 1979 - Libreria Editrice Vaticana

top