The Holy See
back up
Search
riga

PÈLERINAGE APOSTOLIQUE EN TURQUIE  

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
À LA COMMUNAUTÉ ARMÉNIENNE CATHOLIQUE D'ISTANBUL

Cathédrale arménienne Saint-Jean-Chrysostome, Istanbul
Jeudi 29 novembre 1979

 

Cher frère,
Chers frères et sœurs de l’archidiocèse arménien catholique d’Istanbul,

Dans la joie, je rends grâce à Dieu qui m’a permis de venir à Istanbul et de passer ces quelques instants avec vous. Instants trop courts et pour vous et pour moi.

Je sais votre fidélité dans la foi, votre cohésion autour de votre archevêque, votre effort incessant pour maintenir vivante votre communauté, ses belles traditions, son riche patrimoine de spiritualité. Et je sais aussi votre attachement méritoire à la personne du Pape, votre volonté de demeurer en pleine communion avec le Siège apostolique de Rome.

Cette fidélité et cet attachement s’enracinent dans une longue histoire, qui a produit des fruits chrétiens admirables, durant des siècles, en divers pays d’Orient, mais qui a souvent été marquée de grandes épreuves et même de profondes souffrances. La mémoire de cette émouvante histoire est un motif supplémentaire pour vous rendre aujourd’hui un fervent hommage, vous apporter, ainsi qu’à vos frères, réconfort et encouragement et vous souhaiter l’épanouissement dans la paix.

Pour ma part, j’ai bien connu et apprécié les chrétiens arméniens dans ma propre patrie, en Pologne. Depuis ma jeunesse, j’ai été familiarisé avec leurs communautés, comme avec d’autres Églises orientales. Dieu veuille que cette expérience providentielle m’aide à travailler à l’estime et à la compréhension réciproques et au resserrement des liens fraternels qui devraient unir toutes les Églises du Christ !

Je vous invite à participer vous aussi à ce grand mouvement de l’unité, en votre qualité d’orientaux et de catholiques. Vous vivez ici en contact direct avec des frères chrétiens orthodoxes ; vous habitez la même ville, vous affrontez les mêmes problèmes pastoraux, les mêmes préoccupations sociales ; vous célébrez la même liturgie. La réalisation de la pleine communion entre tous les chrétiens est pour vous un problème urgent que vous rencontrez dans la vie de chaque jour. Qui plus que vous devrait être apte à interpréter et à appliquer les sages directives du deuxième Concile du Vatican en ce domaine ? Vous êtes immédiatement appelés à être des artisans de l’unité. Comme l’affirme le même Concile du Vatican : « Aux Églises d’Orient en communion avec le Siège apostolique romain appartient à titre particulier la charge de promouvoir l’unité de tous les chrétiens, notamment des chrétiens orientaux, selon les principes du décret de ce Concile sur l’œcuménisme, par la prière d’abord, par l’exemple de leur vie, par une religieuse fidélité aux antiques traditions orientales, par une meilleure connaissance mutuelle, par la collaboration et l’estime fraternelle des choses et des hommes. » (Décret Orientalium Ecclesiarum, n. 24.)

De tout cœur, je vous remercie pour votre accueil chaleureux, pour votre disponibilité, pour votre amour, pour votre ouverture au dialogue fraternel, pour votre sensibilité aux signes des temps et à ce que l’Esprit-Saint aujourd’hui demande à l’Église. J’implore sur vous les dons de l’Esprit-Saint et l’assistance maternelle de la Mère de Dieu. Je prie spécialement pour ceux qui, parmi vous ou parmi vos frères, connaissent l’épreuve, la maladie, la vieillesse, la dispersion ; je prie aussi pour les jeunes générations. Que Dieu vous garde forts dans la foi, persévérants dans l’espérance, magnanimes dans la charité ! Et qu’il vous comble de sa paix ! Ces souhaits, je les forme aussi pour la grande famille arménienne répandue à travers le monde. Et je vous bénis de tout cœur, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

 

© Copyright 1979 - Libreria Editrice Vaticana

       

top