The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE AUX ÉTATS-UNIS

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
DANS LA CATHÉDRALE SAINTS-PIERRE-ET-PAUL

Philadelphia, 3 octobre 1979

Chers frères et sœurs en Jésus-Christ,

Je remercie le Seigneur qui me permet de revenir dans cette ville de Philadelphie, dans cet État de Pennsylvanie. Je garde de très bons souvenirs du temps où j'étais votre hôte ici et je me rappelle particulièrement la célébration en 1976 du Bicentenaire à laquelle j'ai pris part comme Archevêque de Cracovie. Aujourd'hui, par grâce de Dieu, je viens ici comme successeur de Pierre pour vous porter un message d'amour et vous fortifier dans votre foi. Votre aimable accueil me fait sentir que vous désirez honorer en moi le Christ que je représente et qui vit en nous tous — nous tous qui à travers le Saint-Esprit, constituons une communauté, une communauté d'amour et de foi. Je sens également que je me trouve vraiment chez des amis et je me sens chez moi parmi vous.

Je désire vous remercier tout particulièrement, Cardinal Krol, Archevêque de Philadelphie, pour m'avoir invité à venir ici et à célébrer l'Eucharistie avec vous et avec vos fidèles. J'adresse également un salut cordial aux prêtres, aux religieux et religieuses et aux laïcs de cette Église locale. Je suis venu ici comme votre frère en le Christ, apportant avec moi le message que le Seigneur Jésus lui-même portait dans les villes et villages de Terre Sainte : Louons le Seigneur, notre Dieu et Père, et aimons-nous les uns les autres.

C'est pour moi une grande joie de vous rencontrer ici, dans la Cathédrale de Philadelphie car elle a pour moi une profonde signification. Pardessus tout, elle signifie : Vous, l'Église vivante du Christ, ici et maintenant, vivante dans la foi, unie dans l'amour de Jésus-Christ.

Cette cathédrale rappelle le souvenir de saint Jean Neumann, jadis Évêque de ce diocèse et maintenant et pour toujours un saint de l'Église universelle. De cet édifice, il faut que son message et son exemple de sainteté soient continuellement transmis à chaque nouvelle génération de jeunes. Et si aujourd'hui nous lui prêtons une oreille attentive, nous pouvons entendre saint Jean Neumann nous répéter à chacun ces termes de l'épître aux Hébreux : "Souvenez-vous de vos chefs, eux qui vous ont fait entendre la parole de Dieu et, considérant leur carrière, imitez leur foi. Jésus-Christ est le même hier et aujourd'hui, et il le sera à jamais" (He 13, 7-8).

Et enfin, cette cathédrale vous unit aux grands apôtres de Rome, Pierre et Paul. Ceux-ci, à leur tour continuent pour vous à témoigner du Christ, à vous proclamer la divinité du Christ, à le faire connaître devant le monde. Ici à Philadelphie la confession de Pierre devient aujourd'hui pour nous tous un acte de foi personnel et cet acte de foi nous le faisons ensemble en disant à Jésus : "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant" (Mt 16, 16). Et avec saint Paul chacun de nous est appelé à dire, du fond du cœur, devant le monde : "Je continue à vivre ma vie humaine, mais je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et s'est livré pour moi" (Ga 2, 20).

Puis également sur le plan religieux cette cathédrale est unie à l'héritage de cette ville historique. Tout service à la morale et à la spiritualité est un service en faveur de la civilisation de l'homme : c'est une contribution au bonheur humain et au véritable bien-être.

Et ainsi, de cette cathédrale j'adresse mes salutations à toute la ville de Philadelphie et à sa population. En tant que ville de l'amour fraternel et comme première capitale des États-Unis d'Amérique, vous êtes un symbole de paix et de relations fraternelles. Mon salut est aussi une prière. Puissent le dévouement commun et les efforts conjugués de tous vos concitoyens — catholiques, protestants et juifs — réussir à faire du centre et de la périphérie de votre cité des lieux où personne n'est un étranger pour les autres, où chaque homme, femme et enfant se sentent respectés ; où personne ne se sente abandonné, refoulé ou laissé seul.

En vous demandant l'appui de vos prières pour ma visite d'amitié et de nature pastorale, je vous donne à tous ma bénédiction, à vous ici présents, à ceux qui vous sont chers, aux malades, et aux personnes âgées et de manière toute particulière aux jeunes et aux enfants.

Dieu bénisse Philadelphie !

 

© Copyright 1979- Libreria Editrice Vaticana

top