The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE AUX ÉTATS-UNIS

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX SÉMINARISTES DE PHILADELPHIE

Philadelphie, 3 octobre 1979

 

Bien-aimés frères et sœurs en Jésus-Christ,

Une des choses que je désirais le plus pouvoir faire durant ma visite aux États-Unis est maintenant arrivée. Je désirais visiter un séminaire et rencontrer des séminaristes : et, en passant par vous, faire savoir à tous les séminaristes tout ce que vous représentez pour moi, tout ce que vous signifiez pour l'avenir de l'Église — pour l'avenir de la mission que le Christ nous a confiée.

Vous avez une place toute spéciale dans ma pensée et dans mes prières. Il y a dans vos vies une grande promesse pour l'avenir de l'évangélisation. Et vous nous donnez l'espérance que l'authentique renouvellement de l'Église commencé avec le Concile Vatican II nous portera ses fruits. Mais pour que cela advienne, il importe que vous receviez au séminaire une solide et complète préparation. Cette conviction personnelle de l'importance des séminaires m'a poussé à écrire aux Évêques de l'Église dans ma Lettre du Jeudi saint : "La pleine reconstitution de la vie des séminaires dans toute l'Eglise sera le test le meilleur de la réalisation du renouveau vers lequel le Concile a orienté l'Église".

Si les séminaires ont à remplir leur mission dans l'Église, deux activités ont, dans le programme général, une importance capitale : l'enseignement de la Parole de Dieu et la discipline.

La formation intellectuelle du prêtre, si importante et vitale à l'époque que nous vivons, embrasse un grand nombre de sciences humaines aussi bien que les différentes sciences sacrées. Les sciences humaines sont toutes importantes pour la préparation au sacerdoce. Mais la priorité absolue revient aujourd'hui dans les séminaires à l'enseignement de la Parole de Dieu, dans toute sa pureté et intégrité, avec toutes ses exigences et dans toute sa force. C'est ce qu'a clairement affirmé mon Prédécesseur Paul VI quand il a assuré que les Écritures sacrées "sont une source perpétuelle de vie spirituelle, le moyen capital pour transmettra la doctrine chrétienne et enfin l'essence de toute la théologie" (Constitution Apostolique Missale Romanum, 3. 4. 1969).

C'est pourquoi, si vous, les séminaristes de cette génération, devez être préparés de manière judicieuse à recevoir l'héritage et à relever le défi du Concile Vatican II, il importe que vous soyez parfaitement formés à la Parole de Dieu.

En second lieu, le séminaire doit assurer une saine discipline pour préparer à une vie de service consacré à l'image du Christ. Son but a été très bien défini par le Concile Vatican II : "Dans la vie du séminaire on doit considérer la discipline non feulement comme un auxiliaire efficace de la vie commune et de la charité, mais comme un élément nécessaire dans l'ensemble de la formation pour acquérir la maîtrise de soi, une solide maturité personnelle et les autres traits de caractère qui sont très précieux pour l'activité fructueuse et bien ordonnée de l'Église" (Optatam Totius, 11).

Quand la discipline est appliquée comme il se doit, elle crée un climat de recueillement qui met le séminariste en mesure de développer intérieurement ces aptitudes si souhaitables chez le prêtre comme la joyeuse obéissance, la générosité et l'abnégation. Les différentes formes de vie communautaire vous feront apprendre l'art du dialogue : la capacité d'écouter les autres et de découvrir la richesse de leur personnalité et le talent à donner de vous-mêmes. Loin de diminuer votre liberté, la discipline du séminaire la renforce car elle aidera à développer en vous ces traits et ces aptitudes de l'esprit et du cœur que Dieu vous a donnés, qui enrichissent votre humanité et vous aident à servir plus efficacement son peuple. La discipline vous aidera également à renforcer jour après jour dans votre cœur l'obéissance que vous devez au Christ et à son Église.

2. Je veux vous rappeler l'importance de la fidélité. Avant que vous puissiez recevoir l'ordination, le Christ vous appelle à prendre librement et irrévocablement l'engagement de lui être fidèle, à lui et à son Église. La dignité humaine vous impose de maintenir cet engagement, de respecter votre promesse au Christ, quelles que soient les difficultés que vous rencontriez et quelles que soient les tentations auxquelles vous puissiez vous trouver exposés. La gravité de cet engagement irrévocable impose au recteur et au corps professoral du séminaire — et particulièrement au directeur spirituel — de vous aider à évaluer votre propre convenance à l'ordination. C'est ensuite à l'évêque qu'il appartiendra de juger si vous êtes appelés à la prêtrise.

Il est important que l'engagement soit pris de manière parfaitement consciente et en toute liberté. Et ainsi, durant ces années de séminaire, vous aurez tout le temps nécessaire pour réfléchir aux sérieuses obligations et aux difficultés qui font partie de la vie du prêtre. Considérez que le Christ vous appelle à une vie de célibat. Vous ne pourrez prendre une décision responsable au sujet du célibat que si vous avez acquis la ferme conviction que le Christ vous offre vraiment ce don. qui est entendu pour le bien de l'Eglise et pour le service d'autrui (cf. Lettre aux prêtres, n. 9).

Pour comprendre ce que signifie "être fidèle", nous devons nous tourner vers le Christ, "le témoin fidèle" (Ap 1, 5), le Fils qui "apprit l'obéissance de ce qu'il souffrit" (He 5, 8) ; vers Jésus qui a dit : "mon jugement est juste parce que ce n'est pas ma volonté que je cherche, mais la volonté de Celui qui m'a envoyé" (Jn 5, 30). Levons les yeux sur Jésus non seulement pour voir et contempler sa fidélité au Père, nonobstant toute opposition (cf. He 3, 2 ; 12, 3), mais aussi pour apprendre de lui quels moyens il employa pour être fidèle: spécialement la prière et l'abandon à la volonté de Dieu" (cf. Lc 22, 39 et sv.).

Rappelez-vous qu'en dernière analyse la persévérance dans la fidélité est une preuve, non de force et courage humains, mais de l'efficience de la grâce du Christ. Et ainsi si nous persévérons, nous devons être des hommes de prière qui, dans l'Eucharistie, la liturgie des heures et nos rencontres personnelles avec le Christ, trouvent le courage et la grâce d'être fidèles. Soyons donc confiants, nous rappelant les paroles de saint Paul : "Je puis tout en Celui qui me rend fort" (Ph 3, 13).

3. Mes frères et fils en le Christ, ayez toujours en tête les priorités du sacerdoce auquel vous aspirez : particulièrement la prière et le ministère de la Parole (Ac 6. 4).

"C'est la prière qui définit le style essentiel du sacerdoce : sans elle, ce style se déforme. La prière nous aide à retrouver toujours la lumière qui nous a conduits dès le commencement de notre vie sacerdotale et qui nous conduit continuellement... La prière nous permet de nous convertir sans cesse, de demeurer toujours tendus vers Dieu, ce qui est indispensable si nous voulons conduire les autres vers lui. La prière nous aide à croire, à espérer et à aimer" (Lettre aux prêtres, 10).

J'espère fermement que durant vos années de séminaire vous développerez une faim toujours plus grande de la Parole de Dieu (cf. Am 8. 11). Méditez-la chaque jour étudiez-la sans cesse, afin que toute votre vie devienne une proclamation du Christ, le Verbe qui s'est fait chair (cf. Jn 1, 14). Il y a dans cette Parole, le commencement et la fin de tout ministère, le but de toute activité pastorale, la source qui rajeunit la persévérance fidèle ; elle est la seule chose qui puisse donner signification et unité aux multiples activités d'un prêtre.

4. "Que la Parole du Christ réside chez vous en abondance !" (Col 3.16). Dans la connaissance du Christ vous avez la clé de l'Évangile. Dans la connaissance du Christ vous trouvez la compréhension des besoins du monde. Comme II est devenu un des nôtres, en tout sauf le péché, votre union avec Jésus de Nazareth ne pourra jamais être et ne sera jamais un empêchement à comprendre les besoins du monde et à y répondre. C'est finalement dans la connaissance du Christ que non seulement vous découvrirez et comprendrez les limites de la sagesse humaine et des solutions humaines aux besoins de l'humanité, mais que vous ferez également l'expérience du pouvoir de Jésus et de la valeur humaine et de l'effort humain quand ils sont associés à la force de Jésus, quand ils sont rachetés dans le Christ.

Daigne la Bienheureuse Vierge Marie vous protéger aujourd'hui et toujours !

5. Permettez-moi de saisir cette occasion pour saluer les laïcs présents aujourd'hui au Séminaire St-Charles. Votre présence ici témoigne de votre estime pour le sacerdoce ministériel et elle rappelle en même temps cette étroite collaboration entre le laïcat et le sacerdoce, si nécessaire pour que la mission du Christ soit accomplie à notre époque. Je suis heureux que vous soyez ici présents et je vous suis reconnaissant pour tout ce que vous faites pour l'Église de Pennsylvanie. Je vous demande tout particulièrement de prier pour ces jeunes et pour tous les séminaristes afin qu'ils persévèrent dans leur vocation. Priez pour tous les prêtres et pour la réussite de leur ministère parmi le Peuple de Dieu. Et priez le Seigneur de la moisson pour quil envoie plus d'ouvriers dans sa vigne, l'Église.

 

© Copyright 1979- Libreria Editrice Vaticana

    

top