The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DE JEAN-PAUL II 
AUX PETITES SOEURS DE JÉSUS 

Dimanche, 16 septembre 1979 

 

Monseigneur, chers Pères, chères Petites Sœurs, 

C’EST TOUJOURS une grande joie pour moi de recevoir des religieuses car leur vie totalement consacrée au Seigneur constitue une bénédiction et un témoignage hors pair dans l’Eglise. Je suis particulièrement sensible, vous le savez, à votre vocation avec laquelle je me suis familiarisé depuis longtemps. 

Que vous dire en peu de mots? Je tiens tout simplement à encourager vos efforts d’authentique fidélité au Père Charles de Foucauld. Cette vocation comporte une double responsabilité: celle du face à face avec Dieu au nom des hommes et des femmes que vous côtoyez, et de tous les autres; celle aussi du partage de leur vie au nom du Christ incarné. 

Comme le Frère Charles de Jésus, vous consacrez de longs moments à la prière, silencieuse, gratuite, souvent devant le Saint-Sacrement, et vous priez avec votre entourage. Soyez, devant le Sauveur, dans l’adoration, la louange ou l’intercession, les ambassadrices de ces frères et sœurs, de leurs désirs, de leurs besoins. C’est la spécificité de votre prière, ce qui lui donne tout son poids. C’est par vous en quelque sorte, par votre prière, que les hommes s’approchent de Dieu et de son salut. 

Ayez le même réalisme en ce qui concerne votre vie d’amitié dans le milieu où vous êtes insérées, ce qui suppose, non seulement des échanges sympathiques, mais un partage en profondeur, durant longtemps, avec l’attachement, la patience, l’enfouissement qui caractérisent la vie de Nazareth et qui sont les preuves de l’amour. C’est votre façon de donner votre vie pour ceux que vous aimez selon l’Evangile: les travailleurs manuels, les malades, les prisonniers, les analphabètes, les nomades, les mal-aimés, les drogués, ceux qui sont marginaux par rapport à la société et à l’Eglise. 

Et à l’intérieur de vos petites communautés, toujours à dimensions familiales, comme au sein de la Congrégation, faites bénéficier les Sœurs des richesses qui sont personnelles à chacune, de vos responsabilités complémentaires, en étant vous-mêmes. 

Cette “incarnation” comme cette “authenticité” ne sauraient signifier “être du monde”, sujettes aux vents de toute sorte qui circulent dans les milieux où l’apostolat vous entraîne, pas plus qu’aux fantaisies personnelles. Cela exige que vous soyez très solidement ancrées sur l’essentiel de la foi ecclésiale, de la spiritualité de votre fondation, de l’éthique chrétienne, de la célébration des mystères chrétiens, et je vous félicite du soin que vous prenez chaque année, à tour de rôle, pour vous ressourcer, à “ Tre Fontane ”, dans une session qui coïncide avec la profession de vos Sœurs. Cette année, je serai absent de Rome au moment de cette profession: aussi je tenais à vous recevoir aujourd’hui, pour vous assurer de mon union spéciale en cette circonstance. 

Vous vous disperserez à nouveau aux quatre coins du monde. C’est votre vocation exigeante: l’amour ne connaît pas de frontières. Mais vous demeurez reliées au centre de l’Eglise, proches de la tombe de l’Apôtre Pierre auprès de laquelle vous avez prononcé vos vœux, unies au Successeur de cet Apôtre, fondement de l’unité de l’Eglise.

Soyez certaines que le Pape apprécie votre vie religieuse et votre témoignage apostolique, et qu’il est avec vous par la pensée, partout où vous portez l’Evangile. Lui-même se recommande à votre prière et demande au Seigneur de vous bénir, ainsi que toutes les Petites Sœurs de Jésus que vous représentez et tous ceux qui vous sont chers. Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

 

© Copyright 1979 - Libreria Editrice Vaticana

 

top