The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II 
AU COMITÉ SCIENTIFIQUE ET AU COMITÉ EXÉCUTIF 
DE L'INSTITUT « PAUL VI
»

Samedi 26 janvier 1980

 

Je suis très heureux de vous rencontrer, vous qui êtes les membres qualifiés du Comité scientifique et du Comité exécutif de l’Institut Paul VI, pour vous manifester mon estime et mon encouragement et je remercie le docteur Giuseppe Camadini pour les paroles qu’il a voulu m’adresser, se faisant l’interprète de vos sentiments.

Le diocèse de Brescia où mon vénéré prédécesseur Paul VI a vu la lumière du jour, où il est né à la vie surnaturelle et où il s’est préparé au sacerdoce, a choisi d’honorer la mémoire du plus grand de ses fils de la meilleure manière. L’Institut Paul VI, qui a été voulu et élevé pour cela, pourra être en effet un moyen vraiment fondamental pour l’étude de la vie, de la pensée et de l’œuvre de Paul VI, et aussi pour l’étude des temps et des événements, souvent tragiques, auxquels il a toujours pris part avec la limpidité de son témoignage sacerdotal et avec les dons exceptionnels de son esprit et de son cœur. Ma sincère reconnaissance va au diocèse de Brescia pour l’engagement qu’il a pris et pour le service qu’il entend accomplir.

Je vous exprime en outre ma gratitude sincère, vous qui avez accepté l’invitation du diocèse de Brescia à donner à l’Institut votre généreuse et précieuse collaboration. Plusieurs fois, durant la première année de mon pontificat, j’ai eu l’occasion de rappeler combien l’Église devait à l’enseignement et à l’oeuvre de Paul VI. Dans ma première lettre encyclique, je l’ai reconnu comme mon « vrai père » (Redemptor hominis, n. 4). Vous pouvez bien comprendre alors combien je serai heureux de tout ce que vous ferez pour honorer sa mémoire et pour continuer d’une certaine manière sa présence au milieu de nous.

Plus le temps passe et plus on comprend la grandeur du Pape Paul VI. C’est à cette compréhension que vous devrez vous engager ainsi que votre Institut. Laissez-moi rappeler, avec vous, quelques caractéristiques de cet engagement.

Étudiez Paul VI avec amour. Il n’a pas toujours été compris au cours de sa vie. Il a connu la croix, il a été « insulté » et « injurié » (cf. Homélie dans la chapelle papale, 16 septembre 1979). L’amour est alors un acte de réparation dû à sa mémoire, de même qu’une aide puissante pour pénétrer son esprit, pour mieux le comprendre.

Étudiez-le avec une rigueur scientifique. La vérité rendra toujours justice à ce grand Pape qui, durant quinze ans, a inondé de vérité et de sagesse le monde entier.

Étudiez-le avec la conviction que son héritage spirituel continue à enrichir l’Église et qu’il peut alimenter les consciences des hommes d’aujourd’hui qui ont tant besoin de « paroles de vie éternelle ».

J’ai appris avec un intérêt particulier que vous êtes en train d’organiser un premier Congrès international d’études consacré à l’encyclique Ecclesiam suam que Paul VI a écrite en 1964. Je me suis référé à cette encyclique dans Redemptor hominis (n. 3) comme pour continuer une réflexion et pour y puiser l’inspiration et le réconfort. Paul VI a étudié la vérité de l’Église tout au long de sa vie. Il en a exploré continuellement la profondeur, il en a savouré la beauté, il a fait en sorte que son esprit soit éclairé et conquis par elle. Jusqu’à son dernier soupir, sa pensée et ses énergies ont été pour l’Église, dans un don héroïque de toutes ses énergies. C’est de cet amour pour l’Église puissant, fidèle, généreux, que les catholiques ont aujourd’hui besoin particulièrement et que vous, par votre étude, vous pourrez aider à faire progresser pour qu’il devienne lumière et témoignage pour le profit de l’humanité tout entière.

Je vous donne ma Bénédiction apostolique avec une affection sincère pour vous et pour tous ceux qui vous sont chers.

 

© Copyright 1980 - Libreria Editrice Vaticana

      

top