The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE À PARIS ET LISIEUX
(30 MAI - 2 JUIN 1980)

DISCOURS DE JEAN-PAUL II À LA PRÉSIDENCE 
DES SUPÉRIEURES MAJEURES ET AU COMITÉ 
PERMANENTE DES RELIGIEUX DU CARMEL DE LISIEUX 

Lisieux (France)
Lundi, 2 juin 1980

 

Les entretiens qu’il m’a été donné d’avoir, samedi à Paris, avec les religieuses engagées dans les tâches d’évangélisation, et tout à l’heure en ce Carmel, avec un groupe important de contemplatives, étaient dans ma pensée destinés à tous les moines et toutes les moniales, à tous les religieux et à toutes les religieuses de France, qui consument leur vie consacrée au Christ, dans le service ecclésial de la prière ou de l’apostolat.

A vous, chers Frères et Sœurs, qui avez été choisis pour porter la responsabilité de vos Instituts, je veux adresser un encouragement spécial et important.

Le Concile a très heureusement rappelé que toute autorité dans l’Église était un service et devait être vécue dans l’esprit même du Seigneur Jésus[1]. Cette norme évangélique et impérative ne saurait vous faire abdiquer vos responsabilités propres. La formule “tous responsables”, qui a connu un grand succès depuis une bonne décennie, est valable en un certain sens seulement. Vous êtes gravement responsables en dernier lieu de l’esprit religieux de vos sujets, de leur rendement apostolique, de la fidélité de vos Instituts à leur idéal spécifique et de la qualité de leur témoignage dans l’Église et le monde d’aujourd’hui.

Je sais d’autre part tout le travail de recherches et d’expériences que vos Congrégations ont accompli depuis le Concile. Le bilan comporte d’heureuses orientations. Veillez bien à ce que la vie religieuse soit une “éphiphanie” du Christ. Le monde moderne a besoin de signes. La nuit privée d’étoiles est source d’angoisse. En un mot, accréditez partout dans vos familles religieuses que le temps de la mise en œuvre, calme et persévérante, des constitutions révisées et approuvées, est arrivé. Chers Frères et Sœurs, je fais confiance à votre sagesse et à votre courage. J’invoque sur vous-mêmes et sur vos Instituts, les plus abondantes Bénédictions du Seigneur.


 [1] Cfr. Luc. 22, 27.

 

 

© Copyright 1980 - Libreria Editrice Vaticana

 

top