The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DE JEAN-PAUL II 
AUX REPRÉSENTANTS DES 
FÉDÉRATIONS EUROPÉENNES DE FOOTBALL

Vendredi, 20 juin 1980

 

Monsieur le Président,

Je vous remercie vivement des paroles aimables que vous venez de m’adresser et je suis heureux de saluer en retour, en même temps que le Président de la Fédération internationale de football, les Représentants des Fédérations européennes, réunis à Rome pour leur Congrès à l’occasion de cette phase finale du championnat d’Europe qui se déroule actuellement en Italie. A tous, Mesdames et Messieurs, je souhaite la plus cordiale bienvenue.

Le football, dont vous organisez les grandes compétitions et contribuez à sélectionner les joueurs, donne chaque semaine, et cela dans presque tous les pays, l’occasion de rassemblements massifs, où tant de familles, de jeunes - et de moins jeunes! - trouvent un sain divertissement, un intérêt pour la valeur sportive du jeu, et même une passion de “supporter”. C’est un fait de société qui a son importance pour les millions de spectateurs des stades, et maintenant de la télévision. Mais l’importance est plus grande encore pour les joueurs, et là je pense d’abord, au-delà des grandes équipes que vous patronnez, aux multiplex personnes qui s’entraînent au football, dès le plus jeune âge, pour le plaisir du sport et pour des compétitions d’amateurs. Par expérience, j’ai pu apprécier le plaisir et l’intérêt de ce sport, et je suis de ceux qui l’encouragent.

Ce n’est pas devant vous que j’ai besoin d’en souligner les vertus physiques et morales, lorsqu’il est pratiqué comme il doit l’être; vous devez en être bien persuadés. Non seulement le joueur y trouve, au plan du corps, la détente dont il a besoin, y acquiert un surcroît de souplesse, d’adresse et d’endurance, y revigore sa santé, mais il y gagne en énergie et en esprit de collaboration. Une saine émulation développe aussi le sens de l’équipe, le fair-play devant l’adversaire, élargit l’horizon humain des échanges et des rencontres entre cités et même au niveau international. L’unité de l’Europe, par exemple - je parle d’elle puisque vous êtes presque tous de ce continent - ne se fera évidemment pas autour du ballon rond ou ovale, les problèmes se situent à un autre niveau, très complexe; mais le sport peut certainement contribuer à faire que les partenaires se connaissent mieux, s’apprécient et vivent une certaine solidarité au-delà des frontières, précisément sur la base commune de leurs mêmes qualités humaines et sportives.

Oui, comme tant d’autres sports, le football peut élever l’homme. Naturellement il doit pour cela garder, dans la vie personnelle, familiale, nationale, sa place, qui est relative, pour ne pas amener à négliger les autres grande problèmes sociaux ou religieux; ni les autres moyens d’épanouir les valeurs du corps, de l’esprit, du cœur, de l’âme assoiffée d’absolu. Le bien que Dieu veut pour chacun et pour la société est fait d’un ensemble équilibré.

Par ailleurs, tout le monde sait bien que les valeurs du sport ne sont point automatiquement assurées. Comme toutes les choses humaines, elles ont besoin d’être purifiées, d’être protégées.

Les tentations se font parfois très fortes aujourd’hui de détourner le sport de sa finalité proprement humaine, qui est le déploiement optimum des dons du corps et donc de la personne dans une émulation naturelle, au-delà de toute discrimination; on peut en arriver à troubler le déroulement loyal des compétitions sportives, ou à les utiliser à d’autres fins, avec le péril de corruption et de décadence.

Ceux qui aiment vraiment le sport, mais aussi toute la société ne sauraient souffrir de telles déviations, qui sont en fait des régressions par rapport à l’idéal sportif et au progrès de l’homme.

Là encore, la défense de l’homme mérite vigilance et noble lutte. J’espère rejoindre ici l’une de vos préoccupations. Il me semble que cela aussi rentre en effet dans le cadre des responsabilités qui vous incombent à la tête ou au sein de vos Fédérations européennes.

Je souhaite que les championnats se déroulent toujours dignement, dans une atmosphère de joie, de paix, de fair-play, d’amitié. Je forme les meilleurs vœux pour votre tâche, et pour vos équipes.

(Là, je ne peux pas me permettre d’être partial, en face de représentations aussi méritantes! Alors je dirai simplement: “Que le meilleur gagne!”).

Je n’oublie pas non plus que vous êtes des hommes et des femmes qui avez d’autres soucis, qui avez en particulier une famille: que Dieu bénisse vos familles, vos enfants! Chacun de vous est aussi, dans le secret de sa conscience, en rapport avec Dieu, qui est l’Auteur de la vie et la fin de notre existence: le Pasteur de l’Église de Rome souhaite donc que ce rapport aussi s’épanouisse, que Dieu soit votre lumière, votre espérance, votre joie. C’est le sens de la Bénédiction que j’implore sur vous, de tout cœur.


Aggiungo una parola di saluto in inglese a tutti voi. Come altri sport, il calcio supera le divisioni linguistiche per esprimere sentimenti di solidarietà e fairplay. L’immenso interesse pubblico in quest’area di sane competizioni dimostra come molti aspetti del bene comune siano coinvolti nella preparazione e nell’organizzazione degli incontri. Tramite le vostre attività avete molte opportunità di servire la causa del benessere umano. Possiate voi, in tutti i vostri contatti con i giocatori e con il pubblico, essere sostenuti dallo scopo del servizio alla comunità e del servizio ad un’Europa fraterna.

I would add a word of greeting to all of you in English. Like other sports, football passes over linguistic divisions, to express sentiments of solidarity in fair play. The immense interest of the public in this area of wholesome competition shows that many aspects of the common good are involved in the preparation and organization of the matches themselves. Through your own activities there are many opportunities to serve the total cause of human well-being. In all your contacts with players and the spectators may you yourselves be sustained by the goal of service to the community and service to a fraternal Europe.


Nella speranza che la maggior parte di voi abbia potuto comprendere quanto ho detto finora, vorrei brevemente salutarvi anche in tedesco, dato che è una lingua egualmente ufficiale della Federazione Europea Gioco Calcio. Mi è ben noto quante persone nei vostri paesi siano iscritte come membri di società calcistiche. Si può essere quasi sicuri che in ogni villaggio, dove c’è una chiesa, c’è anche un campo da calcio. Insieme con le altre numerose associazioni della vostra patria questo sport può costruire in molti modi dei legami significativi fra le persone, per risvegliare e rafforzare il senso di appartenenza ad un luogo o ad un quartiere della città.
La Chiesa cattolica attribuisce grande valore a tali legami ed elementi di comunione, a patto soltanto che non conducano il singolo a perdersi nella massa, ma lo rendano invece attento all’importanza del prossimo e lo guidino al continuo equilibrio dei desideri e delle intenzioni personali. In questo momento il mio cordiale augurio e la mia benedizione vanno a tutti voi, alle vostre famiglie, agli atleti e agli amici dello sport che voi rappresentate.

In der Hoffnung, daß die meisten von Ihnen meine bisherigen Worte schon verstanden haben, möchte ich Sie nur kurz in der deutschen Sprache begrüßen, die ja im Europäischen Fußballverband ebenfalls offiziell zugelassen ist. Es ist mir wohl bekannt, wie viele Menschen in Ihren Ländern Mitglieder eines Fußballvereins sind. Ja, man kann fast sicher sein, in jedem Ort, der seine eigene Kirche hat, auch einen Fußballplatz zu finden. Zusammen mit den anderen zahlreichen Vereinen Ihrer Heimat kann dieser Sport vielerlei sinnvolle Bindungen unter den Menschen aufbauen, die das Zusammengehörigkeitsgefühl eines Ortes oder Stadtteils wecken und stärken können.
Die katholische Kirche mißt allen solchen Bindungen und Gemeinschaftselementen einen großen Wert bei, wenn sie nur den einzelnen nicht in die Vermassung führen, sondern ihn aufmerksam machen für die Belange des Nächsten und zum ständigen Ausgleich der individuellen Wünsche und Absichten anleiten. In diesem gilt mein herzlicher Segenswunsch Ihnen mit Ihren Familien, den Sportlern und allen Sportsfreunden, die Sie vertreten.

In questo incontro con i dirigenti delle federazioni Europee di Calcio desidero rivolgere il mio cordiale pensiero anche a tutti i calciatori, i quali sono i protagonisti di questo sport così popolare e, nello stesso tempo, così affascinante. Ad essi va il mio affettuoso saluto, unito all’auspicio che, consapevoli sempre delle responsabilità che essi hanno nei confronti del loro vastissimo pubblico di tifosi e di ammiratori, diano sempre chiaro esempio di quelle virtù umane e cristiane, che debbono emergere dal loro comportamento: la lealtà, la correttezza, la sincerità, l’onestà, il rispetto verso gli altri, la fortezza d’animo, la solidarietà.
Accompagno questi voti con una speciale Benedizione Apostolica, che estendo ai loro familiari ed alle persone particolarmente care.

 

 

© Copyright 1980 - Libreria Editrice Vaticana

 

top