The Holy See
back up
Search
riga

PÈLERINAGE APOSTOLIQUE EN AFRIQUE
(2-12 MAI 1980)

DISCOURS DE JEAN-PAUL II 
AUX RELIGIEUX ET AUX LAÏCS 
RÉUNIS À ABIDJAN

Abidjan (Côte d'Ivoire)
Dimanche, 11 mai 1980

 

Chers Frères et Sœurs dans le Christ,

Votre magnifique rassemblement me permet, une fois de plus, de mesurer la vitalité de l’Église qui est en Côte d’Ivoire. Merci d’être venus si nombreux et si désireux d’avancer sur les chemins du Royaume de Dieu et d’aider les autres à s’en approcher!

A tous, j’adresse le même encouragement pressant et confiant: soyez ce que vous devez être, au regard du Seigneur qui vous a appelés, et aux yeux du monde qui a besoin de votre témoignage évangélique! Et cela, dans la vocation qui est propre à chacun. C’est une question de fidélité au Seigneur, de loyauté avec vous-mêmes, de respect des autres, de solidarité ecclésiale.

Vous avez beaucoup donné à l’Église et à votre pays. Donnez-leur toujours davantage.

 

Aux Prêtres

A vous, chers fils qui avez reçu la grâce incomparable de l’ordination sacerdotale, j’exprime d’abord mon profond bonheur de savoir que vous vivez dans l’unité entre vous, que vous soyez issus du peuple ivoirien ou venus d’autres pays, et en confiante collaboration avec vos évêques. Que le cri du cœur du Christ “Qu’ils soient un” brûle toujours votre propre cœur! La crédibilité de l’Évangile et l’efficacité du labeur apostolique dépendent en grande partie de l’unité des pasteurs, appelés à former un seul presbyterium, quels que soient le poste et les responsabilités de chacun.

En cet instant aussi émouvant pour moi que pour vous, je voudrais par-dessus tout renforcer en vous une conviction absolument essentielle: le Christ vous a saisis et vous a spécialement conformés à Lui par le caractère sacerdotal, pour servir l’Église et les hommes d’aujourd’hui en y consacrant toutes vos forces physiques et spirituelles. Le mystère du sacerdoce n’est pas déterminé par les analyses sociologiques, d’où qu’elles viennent. C’est en Église, avec les responsables de l’Église, qu’il est possible d’approfondir et de vivre ce don du Seigneur Jésus. Je vous en supplie: ayez foi en votre sacerdoce!

Je m’empresse d’ajouter un autre encouragement, capital lui aussi. Que le Christ soit comme la respiration de votre vie quotidienne! Votre fidélité de tous les jours et votre rayonnement sont à ce prix. Développez encore votre fraternité entre prêtres, dans vos équipes paroissiales, vos rencontres de réflexion et de concertation apostoliques, et plus encore vos temps de prière et de retraite. Ces deux dimensions, avec le Seigneur et entre vous, seront le rempart de votre célibat sacerdotal et la garantie de sa fécondité. Vivez ce renoncement évangélique à la paternité charnelle dans la perspective constante de la paternité spirituelle qui comble le cœur des prêtres totalement donnés à leur peuple. Vivez ces exigences et ces joies dans l’esprit des apôtres de tous les temps.

 

Aux Religieux et Religieuses

Je suis particulièrement heureux de pouvoir vous exprimer de vive voix mon affection et la grande espérance que je mets dans le témoignage de votre vie évangélique.

A vous, moines et moniales qui vivez le mystère du Christ adorant le Père au nom de l’humanité, je souhaite vivement que l’année de saint Benoît, proposée à toute l’Église, stimule votre ferveur, favorise le rayonnement de vos monastères, suscite de nouvelles et solides vocations contemplatives.

Aux Frères et Sœurs qui collaborent de toute leur âme aux tâches directes de l’évangélisation, j’exprime mon admiration et ma reconnaissance qui est aussi celle de l’Église. Que de centres paroissiaux, de collèges catholiques, de maisons de formation professionnelle ou ménagère, d’aumôneries de lycées, de foyers de jeunes, de dispensaires, de lieux d’accueil pour les migrants, bénéficient de vos talents et du trésor de votre foi et de votre charité!

Par vous, chers Frères et chères Sœurs, le Christ sillonne aujourd’hui les villes et les villages d’Afrique et annonce la Bonne Nouvelle à leurs habitants. Une telle mission requiert une union très intime avec le Seigneur, alimentée régulièrement dans des temps forts de silence et de prière. Une telle mission requiert également que, dans la diversité légitime des familles spirituelles auxquelles vous appartenez, vous demeuriez très unis et très coopérants pour la crédibilité de l’Évangile. Ce véritable dynamisme spirituel et cette concertation apostolique réaliste peuvent certainement éveiller chez les jeunes l’appel que vous avez vous-mêmes entendu: “Viens, et suis-moi”.

Enfin, souvenez-vous sans cesse que le fondement de votre unité, c’est le Christ en personne. Tous et toutes, vous lui avez volontairement donné la maîtrise et l’usage de tout ce que vous êtes, de tout ce que vous avez, pour signifier qu’il est la fin ultime, la plénitude de toute créature humaine, et pour témoigner de cela à travers vos multiples activités.

Votre vie religieuse est en un mot le mystère du Christ en vous et le mystère de votre pauvre vie en Lui. C’est cela qui doit être de plus en plus transparent. Les communautés chrétiennes ont tellement besoin de votre témoignage! Et le monde, même peu croyant, attend confusément de vous un idéal de vie. Ainsi vos trois vœux religieux ne sont pas des leçons données aux autres, mais des signes susceptibles de les ouvrir aux valeurs qui ne passent pas. Que votre pauvreté soit aussi un partage avec les plus pauvres! Que votre obéissance soit un appel à la décentration de soi, à l’humilité! Que votre chasteté, vécue dans la plus grande fidélité, soit une révélation de l’amour universel, de la tendresse même de Dieu!

 

Aux Laïcs

A vous, chers laïcs chrétiens, j’exprime ma confiance et ma reconnaissance pour tout ce que vous avez fait et ce que vous ferez encore - avec l’épiscopat et le clergé de Côte d’Ivoire - au plan de l’évangélisation. Vous vivez aujourd’hui, dans vos villes et vos villages, ce que vivaient les premières communautés chrétiennes, d’après les Actes des Apôtres et les épîtres de saint Paul, qui nous parlent de tant de laïcs chrétiens au service de l’Évangile.

Vous savez tous également que le récent Concile Vatican II a mis en relief les ressources que tout laïc tient du fait qu’il est inséré dans le Corps du Christ qu’est l’Église, par son baptême et sa confirmation. L’heure est venue de conjuguer toujours davantage toutes les forces du peuple de Dieu, autour des Pasteurs que l’Esprit Saint vous a donnés.

Je me réjouis vivement de l’excellent travail des laïcs catéchistes comme de l’existence des mouvements d’apostolat, offerts aux jeunes et aux adultes, pour leur formation et le soutien de leurs engagements chrétiens. Je souhaite que ces mouvements soient toujours adaptés, toujours florissants. Je voudrais raviver votre flamme apostolique en vous encourageant sur trois points qui me semblent très importants. Évangélisez votre propre vie, soyez toujours en état de conversion, si vous voulez vraiment participer à l’évangélisation du monde; les autres ont besoin de votre expérience de vie chrétienne. Ménagez-vous des temps de retraite et de révision de vie.

Demeurez très attentifs à ceux qui vous entourent, par charité et toujours avec respect. Dans vos paroisses qui demeurent les centres vitaux de votre vie chrétienne, dans vos petites communautés de quartier, dans vos milieux scolaires ou professionnels, laissez rentrer dans vos esprits et vos cœurs les problèmes, les souffrances, les projets, les joies de ceux et celles qui ont besoin de se confier à vous, de trouver près de vous un appui moral et spirituel.

Dans vos rencontres entre membres des mouvements d’apostolat, vérifiez votre fidélité commune au Seigneur qui vous a appelés à travailler au salut de vos frères. Regardez bien en face les situations concrètes que vivent les gens de votre quartier, de votre région, de votre pays, en tout ce qu’elles ont de positif, et, hélas, en ce qu’elles ont de déshumanisant. Tous ensemble précisément, discernez avec sagesse l’action à entreprendre ou à poursuivre, au niveau religieux et au niveau humain, pour l’évangélisation des Africains et pour la promotion intégrale de leurs personnes dans le respect des valeurs culturelles de l’Afrique.

Courage et confiance! La lumière et la force de l’Esprit de Pentecôte ont toujours été abondamment donnés aux intrépides ouvriers de l’Évangile.

 

 

© Copyright 1980 - Libreria Editrice Vaticana

 

top