The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE À PARIS ET LISIEUX
(30 MAI - 2 JUIN 1980)

RENCONTRE DE JEAN-PAUL II 
AVEC LES REPRÉSENTANTS DE LA 
COMMUNAUTÉ MUSULMANE DE FRANCE

Paris
Samedi, 31 mai 1980

 

C’est avec une grande joie que je vous adresse mon salut, a vous Musulmans, nos frères dans la foi au Dieu unique. A travers vous, je salue tous vos frères et sœurs qui vivent aussi dans ce pays.

Si le motif qui vous a portés à quitter vos patries respectives, que ce soit le travail ou l’étude, donne à votre démarche un caractère de dignité incontestable, il n’en est pas moins vrai que votre condition d’émigrés vous pose, comme elle pose à ce pays d’accueil, des problèmes sociaux, culturels et religieux importants.

Je sais que des efforts ont été entrepris pour comprendre vos problèmes et pour rechercher des solutions satisfaisantes, et je pense ici en particulier aux nombreuses organisations socioprofessionnelles et culturelles sensibilisées à votre situation ainsi qu’à celle des autres immigrés vivant en France.

L’Église aussi en est consciente. Je mentionnerai seulement deux initiatives qu’elle a prises: la Déclaration conciliaire du 28 octobre 1965, où elle a affirmé sa volonté non seulement de rechercher de dialogue avec l’Islam, mais de “promouvoir ensemble pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté”, et la création le 19 mai 1964 du “Secrétariat pour les non-chrétiens”. J’ai réaffirmé récemment cette volonté de l’Église au cours de mon voyage en Afrique, en rencontrant les représentants de l’Islam à Nairobi et à Accra. Un tel souci sur le plan de l’Église universelle trouve une expression plus proche de vous dans le “Secrétariat pour les relations avec l’Islam”, mis en place par l’Église en France.

Tous vos problèmes ne sont pas résolus pour autant, j’en suis conscient, pas plus d’ailleurs que ceux des autres travailleurs dans le monde, pas plus que ceux des nombreux chrétiens qui vivent et travaillent dans un certain nombre de pays musulmans. Mais nous sommes persuadés que la bonne volonté, l’effort sincère de compréhension et la recherche commune des solutions dans un réel désir de conciliation peuvent, avec l’aide du Dieu Unique auquel tous nous croyons, aider à trouver les solutions satisfaisantes.

Notre idéal commun est une société dans laquelle les hommes se reconnaissent comme des frères qui marchent à la lumière de Dieu dans l’émulation pour le bien.

Soyez remerciés de votre présence ici.

 

 

© Copyright 1980 - Libreria Editrice Vaticana

 

top