The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
À L'AMBASSADEUR D’ÉGYPTE,
S.E. M. MOUSTAFA KAMAL-EL DIWANI*

Lundi 10 novembre 1980

 

1. Je suis heureux de vous accueillir au Vatican au moment où vous présentez les Lettres qui vous accréditent comme ambassadeur d'Égypte auprès du Saint-Siège. Je vous remercie du cordial message que vous m'avez adressé, et je suis particulièrement sensible à ce que vous m'avez dit pour appuyer mes efforts en vue de promouvoir la paix et la compréhension mutuelle entre les peuples et les nations.

A cette occasion je vous prie de transmettre mon salut et mes meilleurs vœux à Son Excellence le Président Sadate. Mon espoir est que sous sa direction, la République arabe d'Égypte puisse toujours avancer dans la voie du progrès et du développement et que toute la population de votre pays puisse vivre dans l'harmonie.

2. J'ai suivi de près les efforts qui ont été faits par le président Sadate et le gouvernement égyptien pour construire une paix durable. Et je suis heureux de recevoir de votre part la confirmation de la poursuite de ces efforts malgré toutes les difficultés. En fait, c'est justement parce que les tensions et les risques se sont accrus ces derniers temps que l’œuvre de paix, vous l'avez souligné, doit se poursuivre. Plus encore elle doit être intensifiée jusqu'à ce qu'une paix complète soit réalisée, une paix qui permette de trouver une solution équitable à tous les aspects de la crise du Moyen Orient, y compris le problème palestinien et la question de Jérusalem. Toute prétendue paix qui ne tiendrait pas compte de tous les éléments de divergence et qui ne comporterait pas finalement toutes les parties qui sont directement concernées risquerait d'être inefficace et d'allumer un conflit plus amer encore.

3. Comme Votre Excellence l'a noté, les catholiques en Égypte désirent en loyaux citoyens contribuer au développement futur de votre pays et, avec leurs frères et sœurs dans la foi chrétienne, ils souhaitent collaborer, dans un respect mutuel et dans des conditions d'égalité, avec leurs compatriotes musulmans.

Pendant votre séjour ici, qui sera, j'en suis convaincu, un séjour fructueux, vous pouvez être assuré, dans l'accomplissement de votre fonction, de l'intérêt et de la coopération du Saint-Siège.

Je demande au Dieu tout-puissant d'abondantes faveurs pour votre Excellence et pour la noble Nation que vous représentez.


*L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.48 p.10.

 

© Copyright 1980 - Libreria Editrice Vaticana

      

top