The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE EN 
NIGERIA, BÉNIN, GABON ET GUINÉE ÉQUATORIALE

DISCOURS DE JEAN-PAUL II 
AUX CHRÉTIENS DES AUTRES ÉGLISES

Libreville, 19 février 1982

Chers Frères et Sœurs dans le Christ,

1. C’est une réelle joie spirituelle que j’éprouve en vous rencontrant aujourd’hui, au cours de mon pèlerinage apostolique auprès de mes frères et fils de l’Eglise catholique qui est au Gabon.

La rencontre avec les frères chrétiens des Eglises ou des Communautés ecclésiales qui ne sont pas en pleine communion avec l’Eglise catholique est une composante de mes pérégrinations apostoliques. Elle est un signe de la volonté qu’a l’Eglise catholique de poursuivre fermement son engagement dans le mouvement œcuménique, surtout depuis le deuxième Concile du Vatican.

Ces rencontres, même si elles sont brèves, veulent être aussi, devant ceux qui ne partagent pas notre foi chrétienne ou qui ne croient pas, un témoignage que nous donnons en commun de notre appartenance au Christ Seigneur.

2. Dans plusieurs de ses documents, en particulier dans le décret sur l’œcuménisme, le Concile a souligné la collaboration qui doit exister entre les frères chrétiens épars à travers le monde. Et dans son document sur l’activité missionnaire de l’Eglise, le Concile insiste sur cette collaboration: “...

Autant que le permettent les situations religieuses, une action œcuménique doit être menée, de telle sorte que, étant bannie toute apparence d’indifférentisme, de confusionnisme ou d’odieuse rivalité, les catholiques collaborent avec les frères séparés, selon les dispositions du décret sur l’œcuménisme, par une commune confession de foi en Dieu et en Jésus-Christ devant les nations, dans la mesure du possible, et par une coopération dans les questions sociales et techniques, culturelles et religieuses; qu’ils collaborent surtout à la cause du Christ leur Maître commun: que son Nom les unisse! Cette collaboration doit être établie non seulement entre les personnes privées, mais aussi, au jugement de l’Ordinaire du lieu, entre les Eglises ou communautés ecclésiales et entre leurs œuvres”.

En ce qui me concerne, dans la tâche d’enseignement qui est la mienne, j’ai souvent relevé cet aspect. Dans mon exhortation sur la catéchèse par exemple, j’ai tenu à souligner la dimension œcuménique de cette tâche primordiale de l’Eglise et l’importance que revêt, à ce sujet, une saine collaboration avec les frères chrétiens.

3. Je sais que, dans votre pays, celle-ci se réalise en plusieurs domaines et manifeste ainsi les bons rapports qui existent entre l’Eglise catholique et l’Eglise évangélique au Gabon. Je pense spécialement, à cause de l’importance qu’elle revêt, à la collaboration déjà ancienne entre catholiques et protestants évangéliques dans le domaine de la radio et de la télévision. Je m’en réjouis de tout cœur, car c’est là un témoignage donné en commun et qui sert ainsi hautement la cause de l’unité.

Je sais aussi que chaque année, la Semaine de prière pour l’unité est ici profondément vécue. Je disais il y a un mois, lors de l’audience hebdomadaire au cours de laquelle j’ai l’occasion de parler aux pèlerins et visiteurs qui viennent à Rome, que la Semaine de prières nous offre de sérieux motifs de joie et d’espérance, mais que nous faisons aussi la constatation amère que toutes nos divergences n’ont pas encore été surmontées. Les mots que je prononçais ce jour-là aux pèlerins et visiteurs de langue française, je vous les redis aujourd’hui, chers frères et sœurs chrétiens du Gabon: “Il faut vraiment prier, supplier l’Esprit Saint, aprés avoir pris conscience, dans une catéchèse adéquate, que la division est contre la volonté de Dieu...

C’est en présence du Seigneur, dans l’obéissance à sa volonté, que se fait la marche vers l’unité”.
Oui, ne nous arrêtons pas en chemin. Réalisons les collaborations possibles. Cherchons plus profondément l’unité telle que la veut le Seigneur. Et pour cela, laissons nos cœurs se convertir toujours davantage aux exigences de son Royaume.

C’est dans ces sentiments que j’implore sur vous et sur tous ceux qui vous sont chers la Bénédiction du Dieu Tout-Puissant, Père, Fils et Saint-Esprit.

                      

top