The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ DE SAINT-VINCENT-DE-PAUL

Jeudi, 28 avril 1983

 

Chers Frères et Sœurs,

1. Vous êtes les bienvenus dans cette Maison! Je m’associe de tout cœur au jubilé de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, dont l’action m’est familière. Et j’accueille avec joie les responsables, les délégués qui représentent un nombre impressionnant de “Vincentiens”, témoins actifs de la charité, en équipe, en tant de pays du monde. Votre fidélité à l’Eglise est profonde et je sais votre attachement au successeur de Pierre, Evêque de l’Eglise qui a la vocation de présider à la charité. Votre Président international tient d’ailleurs toujours à rendre visite au Pape au début de son mandat.

2. Voilà donc 150 ans exactement que la première “Conférence de charité” a vu le jour à Paris: une initiative de jeunes laïcs chrétiens, groupés autour de Frédéric Ozanam. Il nous faut avant tout remercier Dieu pour ce cadeau qu’il a fait à l’Eglise en la personne d’Ozanam. On demeure émerveillé de tout ce qu’a pu entreprendre pour l’Eglise, pour la société, pour les pauvres, cet étudiant, ce professeur, ce père de famille, à la foi ardente et à la charité inventive, au cours de sa vie trop vite consumée! Son nom reste associé à celui de saint Vincent de Paul qui deux siècles plus tôt, avait fondé les Dames de la Charité, sans que l’équivalent ait encore pu être institué pour les hommes. Et comment ne pas souhaiter que l’Eglise mette aussi Ozanam au rang des bienheureux et des saints?

Vincent de Paul, Ozanam ne furent que les pionniers d’un “réseau de charité” qui s’est étendu sur le monde. Il nous faut rendre grâce aussi pour tout ce que l’Esprit Saint a suscité dans le cœur de leurs disciples, pour ce qu’il a réalisé par eux, par l’œuvre de votre Société, à travers les cinq continents.

3. Cet engagement de charité, c’est le cœur de l’Evangile, et il est plus que jamais d’actualité.

Certes, ce qui préoccupe l’Eglise, c’est de répandre la foi, de la nourrir ou de la réveiller, par la prédication, l’enseignement, la prière. Précisément, Ozanam s’était aussi et d’abord soucié de faire face à l’indifférence religieuse et à l’incroyance de son temps. Mais il a bien saisi que travailler à soulager la détresse des pauvres était la façon de mettre en pratique l’Evangile et même de ranimer la foi, de la fortifier et de la rendre crédible.

On ne saurait par ailleurs opposer justice et charité. Ozanam lui-même a préconisé d’audacieuses mesures pour améliorer, en droit, les conditions de vie du milieu ouvrier naissant. Il était un des précurseurs du mouvement social couronné par l’encyclique Rerum Novarum. Mais il savait aussi que la charité n’attend pas: elle aide l’homme concret qui souffre aujourd’hui. Il se trouve sans doute encore des gens pour penser que la charité que vous pratiquez risque de freiner, avec ses petits soulagements, le processus nécessaire pour créer une société humaine entièrement renouvelée et libérée de l’injustice. Cela ne doit pas vous troubler. Bien sûr, il faut toujours prendre parti contre l’injustice, et précisément pour protéger à long terme les petits et les démunis dont vous vous souciez tant. Mais c’est la même charité qui suscite l’un et l’autre effort. Et il ne suffit pas non plus de réfléchir généreusement sur l’amour envers l’humanité entière: il faut aimer concrètement celui que l’Evangile appelle le prochain, qui est proche ou dont on se fait proche. Aucun système social, même s’il se veut fondé sur la justice, et même aucune aide organisée, qui est certes bien nécessaire, ne dispensera l’homme de se tourner avec tout son cœur vers son semblable. C’est même sa façon d’aimer Dieu qu’il ne voit pas (Cfr. 1 Io. 4, 20).

4. Cette charité concrète est donc votre vocation première, votre spécialité. Elle se traduit par beaucoup de réalisations à caractère social, car vous savez faire face aux besoins qui se font jour aussi bien chez les enfants démunis que chez les personnes âgées, solitaires, chez les migrants, les réfugiés, les mal logés, chez les malades et les handicapés, chez les prisonniers, les marginaux de toute sorte, chez les victimes des catastrophes. Vous joignez ainsi vos efforts à ceux de beaucoup d’autres organisations, mouvements, initiatives, des communautés chrétiennes ou de la société civile. Il me semble qu’on pourrait cependant relever le charisme spécial que vous avez pour le contact personnel, pour la visite de celui qui a besoin d’une aide spirituelle ou matérielle, d’un partage d’amitié. Et vous cherchez à le faire sans tapage, discrètement, en tout respect des personnes. C’est une note précieuse dans l’anonymat et la dureté de notre civilisation. Si on ne regardait que les foules, on ne commencerait jamais, mais chaque personne est unique.

5. Au plan de vos moyens institutionnels, vous essayez de former d’abord une équipe d’amis. Comme le voulait Ozanam, vous puisez, dans les fréquentes réunions de vos Conférences, non seulement des moyens pratiques de connaître et de servir de façon organique les pauvres qui vous entourent, mais un approfondissement spirituel, une réflexion chrétienne, qui équilibre prière et action. Car il faut se laisser transformer par les paroles du Christ pour le rendre présent dans notre monde.

Je suis heureux de savoir que des jeunes de plus en plus nombreux forment des équipes vincentiennes ou entrent dans les équipes d’aînés: je souhaite qu’ils apportent un élan nouveau, des idées nouvelles, peut-être un style nouveau, mais toujours dans le même esprit; ainsi grâce à un accueil réciproque, toute votre Société pourra en tirer bénéfice et envisager l’avenir avec sérénité.

Tout en gardant bien ce qui distingue votre initiative de laïcs chrétiens, vous devez aussi avoir à cœur de travailler en liaison avec toute l’Eglise: par exemple avec les pasteurs de chacun de vos diocèses, avec d’autres instances diocésaines, surtout avec celles qui poursuivent comme vous un but caritatif, afin de prendre votre place dans une pastorale d’ensemble qui ne saurait se passer de concertation et qui peut bénéficier de votre témoignage en même temps qu’elle ouvre vos préoccupations aux diverses dimensions de l’Eglise. Le Concile Vatican II a insisté sur cette concertation.

Au plan international, les deux organismes du Saint-Siège qui sont ici représentés sont habilités à avoir un dialogue fructueux avec vous: le Conseil pontifical pour les laïcs, qui s’intéresse à votre engagement de laïcs, et le Conseil pontifical “Cor Unum”, dont votre Société est membre et qui a, entre autres, la vocation de stimuler et d’harmoniser l’élan de charité dans l’Eglise.

6. Chers amis, continuez et renouvelez sans cesse, dans le même esprit, une œuvre si bien commencée, si bien implantée en différents pays, qui fait tant de bien et où tant de chrétiens trouvent l’engagement qui leur convient. Donnez le témoignage concret que l’Evangile vécu est une force humanisante, en même temps qu’une révélation de l’amour de Dieu. Et par vous, malgré les faiblesses et les pauvretés que nous portons tous, c’est le Christ qui s’approche de tous ces visages qui ont besoin d’aide concrète, de tendresse, de présence humaine, d’espoir. Et ces gens secourus vous apportent à vous-mêmes un élargissement du cœur et une grâce.

Que Dieu vous éclaire et vous fortifie dans cet engagement de charité! Et moi, de tout cœur, je vous donne ma Bénédiction Apostolique, que j’adresse aussi à tous les membres des équipes de la Société de Saint-Vincent-de-Paul.

I wish to extend a particular greeting to all of you who have come from English-speaking countries. It is a great grace for you to assemble here in Rome in order to rededicate yourselves to the ideal of Saint Vincent de Paul, which is the charity of Jesus Christ. Be conscious always of the fact that you are working in his name; realize always that you are assisting and serving and loving Christ in your neighbour. And may Mary, the Mother of Jesus, bless all your efforts.

Un saludo cordial a todos los participantes en este encuentro que pertenecen a los Países de lengua española. Junto con mi palabra de aliento a testimoniar, con el ejemplo de vida verdaderamente cristiana y con la entrega entusiasta a los hermanos necesitados, la presencia viva de Cristo en el mundo actual, objetivo al que sirven las Conferencias de San Vicente de Paúl.

 

© Copyright 1983 - Libreria Editrice Vaticana

 

top