The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II  
À LA CONFÉDÉRATION DES ASSOCIATIONS
FAMILIALES CATHOLIQUES DE FRANCE

Jeudi 5 avril 1984

 

Chers Frères et Sœurs des Associations Familiales Catholiques,

je suis toujours très heureux de recevoir des familles décidées à vivre l’idéal chrétien du mariage, et je vous félicite d’être venus si nombreux, pour un pèlerinage jubilaire bien organisé, avec sa part de prière communautaire, de réflexion doctrinale et de vie fraternelle. A Rome, nous avons déjà fortement marqué le jubilé international des familles, le 25 mars; vous comprendrez que le temps ne me permet pas de vous redire les orientations affirmées ce jour-là, ni celles que j’avais exposées pour vos familles le 10 novembre 1980.

1. Je sais à quel point vous êtes soucieux de connaître et de faire connaître l’enseignement de l’Eglise, le sens chrétien du mariage et de la famille, tout le dessein du Dieu Créateur et ce qu’implique la Rédemption. Vous avez cherché à diffuser les divers documents du Magistère, et notamment l’exhortation « Familiaris Consortio ». Le monde d’aujourd’hui présente à ce sujet un mélange d’ombres et de lumières; en puisant aux sources, vous pourrez vous situer « comme conscience critique de cette culture familiale et comme sujets actifs de la construction d’un authentique humanisme familial » (Ioannis Pauli PP. II, Familiaris Consortio, 7). Il faut poursuivre cette formation personnelle et cet apostolat; le problème n’est pas seulement de savoir, mais de proposer ces convictions d’une manière persuasive qui, sans minimiser l’idéal chrétien et en acceptant parfois d’être signe de contradiction, s’efforce aussi de trouver le mieux possible le langage que des contemporains divers puissent entendre. Cela suppose de pouvoir répondre à leurs interrogations, à leurs inquiétudes, mais aussi à leurs espérances.

2. Appartenant à des familles chrétiennes, vous comprenez aussi le rôle essentiel de la grâce, sans laquelle la morale familiale catholique laisserait les hommes à leurs faiblesses et à leur découragement. Comment ne pas souhaiter que la prière soit au cœur de la vie familiale! Cela demande conviction et simplicité. L’éducation des enfants est une occasion de reprendre cette prière avec eux. Par les sacrements de la Réconciliation, de l’Eucharistie, l’amour, l’affection acquièrent la délicatesse et la profondeur de dons de Dieu. Bienheureux ceux qui ont découvert que le sacrement de mariage est une source inépuisable, capable d’irriguer toute la vie du foyer! J’en avais longuement parlé aux Equipes Notre-Dame. A Rome, vous avez fait une large part à la prière et aux sacrements.

3. L’enseignement de l’Eglise, avec la grâce de Dieu, doit être vécu concrètement, dans tous les domaines. Nous savons votre volonté de servir la famille à tous les niveaux. Vous avez en vue l’aspect spirituel, les exigences d’éducation, les nécessités économiques, les engagements sociaux et politiques qui peuvent soutenir la famille (cf. Ioannis Pauli PP. II, Familiaris Consortio, 44). Vous voulez promouvoir la famille idéale, mais vous ne pouvez pas ignorer non plus les situations difficiles qui ont besoin d’une compréhension et d’une aide spéciales (Cf. Ivi, 77-85). Bref, les actions à soutenir ou les initiatives à prendre sont si nombreuses et si complexes que vos associations familiales catholiques doivent tenir compte du principe de subsidiarité en laissant les autres instances responsables jouer leur rôle à leurs niveaux respectifs. Collaborez avec elles ou préparez pour elles des hommes et des femmes compétents. Vous garantirez ainsi toujours mieux votre tâche spécifique de formation, d’animation et d’inspiration, en référence à la Charte des droits de la famille.

4. Cela vaut particulièrement pour la coopération avec toutes les autres forces de l’Eglise ou initiatives catholiques qui portent aussi le souci de la famille: CLER, Equipes Notre-Dame, catéchèse, action catholique, notamment au sein des paroisses. Car un seul mouvement ne peut à lui seul embrasser toutes les tâches familiales

Et bien évidemment, les évêques sont les premiers responsables de la pastorale familiale dans les diocèses (cf. Ivi, 73). Tout en respectant votre engagement de laïcs, chargés d’inscrire dans le temporel l’idéal chrétien de la famille, ils vous aident, comme le Pape lui-même, à vous inspirer, pour votre action, des orientations pastorales de l’Eglise et à la situer dans l’ensemble de la mission de l’Eglise. Vous aurez donc à cœur de travailler en liens étroits avec les prêtres qu’ils chargent d’être vos conseillers pastoraux.

5. Poursuivez votre effort d’ouverture aux différents milieux sociaux, aux familles très diverses, de telle façon qu’elles puissent se sentir concernées par votre action et touchées par votre écoute de leurs problèmes et vos propositions. Il faut que le levain reste levain, et qu’en même temps il soit inséré dans la pâte.

Ce ferment, vous désirez qu’il agisse, non seulement en renouvelant la mentalité des personnes, mais aussi en marquant les structures et les institutions de la société civile: celles-ci en effet devraient, tout en aidant les familles en difficulté, favoriser la famille stable fondée sur le mariage, le respect de la vie, la préparation à l’amour, les tâches éducatives en reconnaissant les responsabilités et la liberté des parents. Là encore, vous travaillez avec d’autres institutions neutres ou d’esprit chrétien pour faire progresser les réformes positives et le bien commun de tous.

6. J’observe le grand nombre d’enfants et de jeunes qui vous accompagnent et je leur dis: si vous avez eu la chance de grandir dans une famille bien unie, généreuse, imprégnée d’une foi vivante, et soucieuse de vous la transmettre en suscitant votre responsabilité de chrétiens, c’est une grande grâce! Appuyez-vous sur cette expérience, entrez en relation vivante avec Jésus Christ, préparez votre cœur au véritable amour par le don de soi et le maîtrise de vos sens, formez avec vos camarades des groupes où s’exercent votre témoignage et votre sens du service. Sans reprendre tout ce qui j’ai dit pour vous au Parc des Princes et à Lourdes, je forme des vœux fervents pour votre avenir humain et chrétien, sûr qu’un certain nombre seront aussi appelés à connaître la joie d’un service exclusif du Christ et de son Eglise.

Pour vous tous, jeunes et parents, je prie l’Esprit Saint qu’il vous donne sa force et sa lumière! Qu’il vous garde dans sa paix au milieu des épreuves! Qu’il élargisse votre charité, affermisse votre espérance! Et de tout cœur je vous donne ma Bénédiction Apostolique.

 

© Copyright 1984 -  Libreria Editrice Vaticana

     

top