The Holy See
back up
Search
riga

VISITE PASTORALE EN SUISSE
(11-17 JUIN 1984)

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX FIDÈLES PRÉSENT DANS LA CATHÉDRALE DE SION

Cathédrale de Sion
Dimanche, 17 juin 1984

 

Chers Frères et Sœurs,

nous avons tous de nombreuses raisons de rendre grâce à Dieu.

1. Cette église-cathédrale, au cœur de la ville de Sion et de ce diocèse qui est le plus ancien de toute la Suisse, est, comme toutes les cathédrales, le symbole de la maison “spirituelle”, faite de pierres vivantes (1 Petr. 2, 5), disposées autour de la pierre angulaire qu’est le Christ, cimentées, en quelque sorte, par l’Esprit Saint, pour “former un sacerdoce saint”, où chaque membre du Christ prend sa place, selon sa vocation, afin de contribuer à l’édification de l’ensemble de l’Eglise, autour de l’Evêque qui préside la communauté diocésaine au nom et à la place du Christ. J’encourage les membres du Chapitre dans leur service de cette église et dans les tâches que leur confie leur évêque.

J’encourage les prêtres de Sion à former un presbyterium uni, à s’épauler de façon fraternelle, dans la prière et la réflexion commune, pour répondre toujours mieux aux problèmes spirituels de leurs fidèles. J’encourage les religieuses à apporter, dans l’office de la louange ou dans les différentes formes de l’apostolat, le dynamisme qu’elles puisent dans leur consécration au Christ et leurs talents de femmes. J’encourage tous ceux qui participent aux différents services de l’Eglise: animation de la prière, catéchèse, organisation de la charité, et je veux nommer plus spécialement la liturgie, en voyant les chanteurs et les chorales de ce matin, que je remercie vivement.

Oui, apportez tous un grand soin à préparer de dignes liturgies, où le peuple participe activement selon les normes et les orientations de l’Eglise d’aujourd’hui, et se trouve disposé, par la beauté, le recueillement et la ferveur, à entrer dans le Mystère du Christ.

2. Cette cathédrale n’est pas que le symbole du rassemblement de toute l’Eglise particulière de Sion. Elle est pour ce quartier, pour cette ville, la Maison de Dieu. Je souhaite que les habitants de cette cité - tout en priant dans leur foyer et au cœur de leurs occupations - comprennent de plus en plus qu’il est bon pour eux de venir prier ici, ensemble ou personnellement, dans un climat qui permet d’élever leur pensée, d’approfondir leur méditation, d’élargir leur cœur. Encourageons cette prière, par l’exemple et l’exhortation. Beaucoup de gens en sont capables, et même en ont soif; certains attendent qu’on leur apprenne à prier. Ici, c’est le lieu privilégié de l’Eucharistie et du sacrement de la Réconciliation. Mais, à tout moment, la présence du Saint-Sacrement à la place d’honneur est un rappel constant de l’Eucharistie célébrée, et elle permet d’entrer dans la prière du Christ, avec un esprit d’adoration et d’oblation dont je tiens à redire l’importance.

3. L’antique cathédrale de Sion a été dédiée à Notre-Dame. Je sais que ce patronage marial de l’église-mère du diocèse correspond à une dévotion fidèle à l’égard de la Mère de Dieu dans tout votre diocèse.

Votre ancien évêque, Mgr Nestor Adam, l’avait solennellement consacré à Marie au début de son épiscopat. Son successeur, votre pasteur actuel, a renouvelé cet acte, et sa première lettre pastorale était dédiée au Cantique du “Magnificat”. Il avait alors exprimé le désir suivant: “Comme un rappel réciproque à la veille de sanctifier le jour du Seigneur, comme signe sensible et renouvelé d’unité, et en hommage à Notre-Dame qui nous conduit à Jésus, je vous invite tous à prier le "Magnificat", au moins une fois par semaine, le samedi soir”.

Frères et Sœurs, je me réjouis de votre piété mariale et vous en félicite. Je suis sûr qu’elle comporte notamment le rosaire. Avec vous maintenant, je prie la Très Sainte Vierge Marie de nous garder fidèles disciples du Christ, en reprenant son cantique d’action de grâce.

 

© Copyright 1984 -  Libreria Editrice Vaticana

 

top