The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX ÉVÊQUES DU TOGO
EN VISITE «AD LIMINA APOSTOLORUM»

Jeudim 29 mars 1984

 

Chers Frères dans l’épiscopat,

ces quelques mots, à l’adresse de vous tous, après l’entretien personnel que j’ai pu avoir avec chacun d’entre vous, veulent simplement affermir votre zèle et votre discernement pastoral, et aussi ceux des prêtres, des religieux et religieuses, des laïcs qui collaborent avec vous au Togo. Durant ces quelques jours à Rome, grâce à nos échanges, votre pays m’est devenu plus familier. Vous m’aviez d’ailleurs invité, ainsi que le Président de la République, à me rendre chez vous, comme je l’ai fait dans les pays voisins. J’en ai été très touché. Si je n’ai pas pu encore répondre à cette aimable invitation, j’espère pouvoir le faire un jour. Il me faut procéder par étapes dans ce vaste continent africain! Mais dès aujourd’hui, j’y suis présent par le cœur et la prière.

1. Le premier sentiment qui doit inspirer notre prière, c’est l’action de grâce pour l’œuvre d’évangélisation accomplie chez vous en moins d’un siècle. Non seulement un beau pourcentage de la population a adhéré à la foi chrétienne, mais l’Eglise née ainsi a acquis une grande vitalité. Un des signes en est le nombre accru des vocations, de prêtres et de religieuses. Oui, nous devons rendre grâce à Dieu. Nous devons avoir aussi une pensée de gratitude pour les valeureux missionnaires qui ont transmis la foi au début, qui l’ont nourrie et soutenue, qui ont fondé l’Eglise et ont pris soin de préparer les chrétiens du pays aux responsabilités ecclésiales. Monseigneur Joseph Strebler, qui vient de mourir à Strasbourg, est de ce nombre. D’autres prêtres, venus d’ailleurs, apportent encore une collaboration précieuse et nécessaire. Enfin, nous apprécions la part active que les Togolais ont prise à leur propre évangélisation. La semence de l’Evangile est tombée dans un bon terrain!

2. Et maintenant, il faut regarder en face cette Eglise en état de croissance. Il semble que le Sud du pays ait connu et connaisse une situation assez privilégiée, pour ce qui est du nombre des baptisés, des prêtres et des religieuses. Or, on l’a dit souvent, les Africains doivent de plus en plus devenir les missionnaires des Africains. Je suis sûr que vous saurez faire comprendre à vos diocésains la nécessité de l’entraide à l’intérieur du Togo, susciter le zèle de ceux qui vont offrir leurs services dans un autre diocèse, et aider les fidèles à accepter des pasteurs d’une autre ethnie. C’est là un des signes de la catholicité de l’Eglise: elle s’est manifestée par une solidarité, un échange et un accueil dès les temps apostoliques et toujours par la suite, comme le montre l’exemple de saint Irénée. Au Togo, beaucoup de ceux qui partagent les religions traditionnelles sont sans doute prêts à accueillir la Bonne Nouvelle, si sa prédication claire est accompagnée du témoignage de vie évangélique. Nous prierons pour eux, et pour que les ouvriers sont plus nombreux dans cette moisson.

3. A vrai dire, pour ce qui est du ministère sacerdotal, beaucoup s’y préparent dans votre pays, dans les petits séminaires, au Séminaire d’aînés de Dapango, au grand Séminaire de Ouidah, au Bénin, et, depuis peu, au grand Séminaire de Lomé, qui pourra rendre un service apprécié, non seulement à cet archidiocèse, mais aux trois autres diocèses.

Tous ensemble, chers confrères, veillez avec soin à la formation de votre clergé, aux études solides des séminaristes, au progrès de leur vie spirituelle, à la formation de leur zèle et de leur discernement pastoral, à leur sens du service désintéressé.

Je suis heureux de savoir que la Congrégation autochtone des Sœurs de Notre-Dame de l’Eglise a connu aussi un bel essor. Vous avez fait l’expérience que le témoignage des religieuses, en ce qui concerne la prière, l’apostolat, la consécration à Dieu dans la gratuité de l’amour, est capital pour l’ensemble de la population, et particulièrement pour aider les femmes togolaises à accomplir leur mission dans la société.

4. Pour ce qui est de l’apostolat des laïcs, quelques associations florissantes se sont implantées chez vous, et il est certain que cet entraînement communautaire est bien nécessaire. Il vous revient de veiller à ce que ces associations permettent une formation profonde de leurs membres à la foi, à la prière, au sens liturgique, et aussi aux services ecclésiaux qui doivent déterminer leur action. Je pense à deux domaines particulièrement importants. L’un concerne la formation catéchétique des adultes mais aussi de tous les enfants et jeunes dans les écoles catholiques et les écoles de l’état; il y va de l’avenir de la foi. Un autre domaine est celui de la pastorale familiale; dimanche dernier, pour le Jubilé des familles à Rome, nous avons eu de beaux témoignages de la façon dont le mariage chrétien peut être vécu en Afrique. Avec les autres Conférences épiscopales de votre région, où se posent les mêmes problèmes, et en union avec le Saint-Siège, vous continuerez à chercher comment aider les chrétiens à se préparer à ce sacrement et à le vivre.

5. Chers confrères, je n’ai pu qu’effleurer ces soucis pastoraux qui sont quotidiennement les vôtres. Pour mieux y faire face, aidez vos diocésains, spécialement en ce temps fort du Carême de l’Année sainte, à se tourner vers le Rédempteur pour recevoir de sa grâce la purification de leurs consciences et un renouveau de vie conforme à l’Evangile. Aidez-les à vivre dans la fraternité! Cette fraternité est spécialement éloquente et importante pour votre presbyterium, qu’il s’agisse de prêtres togolais ou de ceux venus généreusement d’autres pays, diocésains ou religieux. En définitive, c’est sur l’esprit collégial des évêques, sur leur effective solidarité, sur leur commune responsabilité, que s’appuiera cet amour fraternel qui doit briller comme le signe par excellence des chrétiens.

Que le Seigneur vous donne sa lumière et sa force! Que la très sainte Vierge Marie y dispose les âmes! Portez mon salut affectueux à vos communautés chrétiennes, et mes encouragements à tous ceux qui œuvrent à l’évangélisation. De grand cœur, avec vous, je les bénis.

 

© Copyright 1984 - Libreria Editrice Vaticana

 

top