The Holy See
back up
Search
riga

APOSTOLIC VISIT TO CANADA

FAREWELL CEREMONY

ADDRESS OF POPE JOHN PAUL II

Uplands Military Airport (Ottawa)
Thursday, 20 September 1984

 

Mesdames, Messieurs,
Chers Frères et Sœurs
,

1. Voici venu pour moi le moment de quitter cette terre canadienne et de prendre congé de vous. Ce n’est pas sans regret, après qu’il m’ait été donné de visiter tant d’hommes et de femmes dans votre immense pays en tant de lieux divers et attachants. C’est cependant la joie qui m’habite à présent, car j’ai le sentiment d’avoir vécu avec vous des moments de grâce.

Parmi vous, je salue amicalement mes Frères dans l’épiscopat, qui m’avaient invité, qui ont préparé avec grand soin ce pèlerinage, qui m’ont accueilli en votre nom à tous et m’ont accompagné; je leur renouvelle à tous ma vive reconnaissance. A travers vous qui représentez ici toute la communauté canadienne, je remercie les prêtres, les religieux et les religieuses, les laïcs, pour l’amabilité et le sérieux de leur accueil, le témoignage de leur foi et de leur esprit de service dans l’Eglise. Et je voudrais saluer tout particulièrement les autres communautés chrétiennes avec qui je suis heureux d’avoir pu prendre plusieurs contacts, dont j’ai pu mieux reconnaître l’ardeur à avancer vers l’unité.

Je me tourne aussi vers les Autorités civiles qui ont pris une si large part à l’organisation de mon voyage et ont témoigné d’une si vive attention au sens pastoral de ma démarche. Je les remercie d’avoir eu la délicatesse de venir jusqu’ici prendre congé de moi. Je garde un vif souvenir de nos rencontres, notamment à mon arrivée à Québec et tout dernièrement à Ottawa même. J’exprime toute ma gratitude à Madame le Gouverneur Général, à Monsieur le Premier Ministre du Canada, aux Hauts Magistrats des institutions judiciaires, à Messieurs les présidents et aux membres des deux Chambres du Parlement, à Messieurs les Premiers Ministres des Provinces, ainsi qu’aux membres du Corps Diplomatique qui ont tenu à se joindre ici aux dignitaires et aux responsables de la société civile canadienne. Avec tous ces responsables, je remercie tous ceux qui, formant de nombreux groupes de travail, leur ont apporté depuis de longs mois leur collaboration efficace, courtoise, et souvent dans la discrétion, participant aux multiples services d’organisation, de sécurité, de déplacements, que requérait ce long voyage.

2. Le périple que je viens d’accomplir me permet de mieux connaître la beauté et la diversité de votre pays, les qualités d’accueil de votre peuple. Sachez que j’ai apprécié l’expérience de nos rencontres, grâce à la franchise et à l’ardeur qui vous caractérisent. Je ne puis évoquer maintenant tout ce que je garderai dans mon coeur, souvent cela dépasse en intensité ce que quelques paroles peuvent exprimer.

Permettez-moi de dire seulement qu’au fil des étapes, j’ai été frappé par la richesse et la vivacité présente de tout ce que vous ont transmis vos devanciers, les Amérindiens et les Inuit et les métis, les Français et les Anglais, les émigrés de beaucoup d’autres Pays de l’Europe, de l’Ouest et de l’Est sans oublier tout ceux qui sont venus de nombreuses régions d’Amérique latine, d’Orient ou d’Extrême-Orient.

Il me semble que l’heureuse association de tant d’éléments de votre héritage dans un peuple libre et entreprenant le dispose particulièrement à rester ouvert à tous les appels du monde, à favoriser la paix, à vivre activement une solidarité généreuse à l’égard des plus démunis de nos frères et de ceux sur qui pèsent de dures contraintes.

3. At this moment of my departure, I wish for the Canadian people a happy future, the development of all their qualities, a life lived in harmony and in respect for their cultural and spiritual differences. This is facilitated, I am aware, by the institutions of this country. You have before you many challenging tasks, both in order to face the internal difficulties which remain, notably the economic crisis, and in order to develop your positive contribution to international life. May the awareness of these duties lead you to fulfil them with the courage, the nobility and the unselfishness of those who find their joy in the service of their brothers and sisters!

4. To you, the members of the People of God in this country, I entrust one of my best remembrances of the different stages of this pilgrimage: together we have been able to live a striking experience of the faith that unites us. I am well aware that the sympathy that you have manifested in my regard expresses, beyond my person, your real bonds with the universal Church, with the Church rooted in the faith of the Apostles ever since the Resurrection of the Lord and the beginning of the missionary era of Pentecost.

In my coming to your communities, I have discovered with joy that you are continuing what the great founders whom you so greatly honour began. They brought the Gospel here, sometimes at the price of their lives; they built an edifice which continues to be full of life despite the difficulties and changes of our times. Be faithful to the inspiration of the known and unknown saints who have sown in this land the seed that was destined to bear fruit.

We have celebrated together, we have prayed to the Lord, we have been in communion with him, we have listened to his word. Your fervour is the sign that the message of the Successor of Peter, who has come to bear witness to Jesus Christ, has found men and women ready to work for a new world. It is the sign that the Christians of this country have the Holy Spirit living within them – the Holy Spirit who infuses into our hearts the love of God, who strengthens us in hope and gives fullness to our faith.

May my pilgrimage to the shrines of God’s people mark a positive step for all of you on the long road that leads humanity to renewal through the gift of God, and to the fullness of fraternal solidarity on the road of holiness!

I reiterate at this time my keen disappointment at not being able to visit the Indians, Inuit and Metis people at Fort Simpson. From the very beginning of the preparations of my pastoral visit to Canada, I attributed great importance to this encounter, and I now renew to all of them the expression of fraternal love and esteem that I communicated through my message to them. I truly hope that God’s Providence will give me another occasion to meet with them (And excuse me... for thus inviting myself a second time to Canada).

I shall continue to pray for you and with you. Today I ask the Father of all love, the Son who dwells among us, and the Spirit of power and light, to fill you with every blessing.

With joy I assure you all once again of my gratitude, and I renew from the bottom of my heart my good wishes for all the people of Canada.

 

Copyright © Libreria Editrice Vaticana

 

top