The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DU PAPE JEAN-PAUL II
AU PEUPLE D’AFRIQUE

Mercredi 7 août 1985

 

Chers Amis d’Afrique,

Je m’apprête à visiter pour la troisième fois votre continent. Je m’arrêterai dans sept pays, dont les Evêques et les Autorités civiles m’avaient depuis longtemps invité. Pour certains de ces pays, c’est ma première visite: le Togo, le Cameroun, la République Centrafricaine, le Maroc; d’autres célèbrent un événement spécial: l’inauguration de la cathédrale d’Abidjan en Cote d’Ivoire, la première béatification d’une Soeur au Zaïre, la célébration du XLIIIème Congrès eucharistique international au Kenya. Ce Congrès a motivé ma venue en cette période de l’année. Le Christ, présent dans l’Eucharistie, est le centre de la vie des chrétiens; c’est Lui que nous adorons, que nous suivons, que nous cherchons à servir dans la personne de tous nos frères humains.

Je me réjouis de recevoir le témoignage de la vitalité de ces Eglises qui sont florissantes, alors qu’elles se sont développées depuis à peine cent ans. Elles vont maintenant vers leur pleine maturité, authentiquement africaine et authentiquement chrétienne. Je viens confirmer les catholiques dans leur dynamisme missionnaire, et resserrer leurs liens avec leurs frères de toute l’Eglise.

Je rencontrerai volontiers les autres personnes ou les groupes qui sont animés de sentiments religieux ou qui cherchent sincèrement le bien de leur pays, comme les chrétiens s’en font également un devoir. Vos pays entretiennent des relations suivies avec le Saint-Siège, notamment par leurs représentants diplomatiques. Je suis heureux de me rendre moi-même auprès de leurs peuples.

Chacun sait que je viens en responsable religieux, témoin de Jésus Christ et de l’Eglise, serviteur de la paix, désirant la liberté et le respect des personnes, le bien commun des nations l’instauration de l’amour fraternel. Les pays africains aspirent à la paix, au développement de leurs ressources, à la reconnaissance de leur dignité et de leurs valeurs ancestrales. Dans leur sagesse, ils ne veulent pas séparer l’essor culturel, économique et social du progrès moral et spirituel.

Je les remercie déjà de leur bienveillance, de leur confiance, et de l’accueil qu’ils ont préparé au Pasteur de l’Eglise, successeur de Pierre sur le Siège Apostolique. A tous je dis mon estime, mon salut, mes voeux cordiaux, en attendant de leur tendre la main chez eux, et de prier au milieu d’eux.

Que Dieu vous bénisse et vous donne sa paix!

Qu’il bénisse chacun de vos pays!

 

Copyright © Libreria Editrice Vaticana

 

top