The Holy See
back up
Search
riga

VISITE PASTORALE AUX PAYS-BAS

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX FID
ÈLES DE L'ISLAM

Bruxelles - Dimanche 19 mai 1985

 

Chers Frères et Sœurs fidèles de l’Islam,

Cette occasion de vous rencontrer est une joie pour moi. Comme chef spirituel de l’Eglise catholique, j’ai eu bien d’autres possibilités d’accueillir des Musulmans à Rome ou de leur rendre visite en divers pays au cours de mes voyages.

Chrétiens et musulmans, nous nous rencontrons dans la foi au Dieu unique, notre créateur, notre guide, notre juge juste et miséricordieux. Nous nous efforçons tous de mettre en pratique dans notre vie quotidienne la volonté de Dieu, suivant l’enseignement de nos Livres saints respectifs. Nous croyons que Dieu transcende notre pensée et notre univers et que sa présence d’amour nous accompagne chaque jour. Dans la prière, nous nous mettons en présence de Dieu pour l’adorer et lui rendre grâce, pour demander pardon de nos fautes et obtenir son aide et sa bénédiction.

C’est en Belgique que nous nous rencontrons aujourd’hui, un pays qui a une longue tradition d’hospitalité à l’égard des personnes d’appartenances religieuses différentes, et dont la législation assure la liberté du culte et de l’éducation. Nous savons que cela ne résout pas tous les problèmes, d’ailleurs communs à l’ensemble des immigrants. Cependant, les difficultés elles-mêmes doivent inciter tous les croyants, chrétiens et musulmans, à mieux se connaître, à dialoguer pour trouver la manière pacifique de vivre ensemble et de s’enrichir mutuellement. II est bon de se connaître en acceptant ses différences, de surmonter les préjugés dans le respect mutuel, de travailler pour la réconciliation et le service des plus humbles. C’est là un dialogue fondamental que tous doivent mener dans les quartiers, dans les lieux de travail, à l’école. C’est le dialogue qui convient à des croyants qui vivent ensemble dans une société moderne et pluraliste.

Il ne nous est pas donné de former une communauté unique; c’est là une épreuve qui nous est imposée. Face à cette situation, permettez-moi de reprendre une consigne de l’Apôtre saint Paul: “Que ceux qui ont placé leur foi en Dieu, aient à cœur d’exceller dans la pratique du bien” (Cfr. Tit. 3, 8). C’est ce type d’émulation qui peut bénéficier à toute la société) surtout à ceux qui ressentent le plus vivement le besoin de justice, de consolation, d’espérance, en un mot ceux qui ont besoin de raisons de vivre. Sachons collaborer fraternellement, cela nous rapprochera de la volonté de Dieu.

 

Copyright © Libreria Editrice Vaticana

 

top