The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX PARTICIPANTS AU CHAPITRE GÉNÉRAL
DES FRÈRES MARISTES DES ÉCOLES

Samedi, 26 octobre 1985

 

Chers Frères,

1. En ce jour qui se situe à la période finale de votre Chapitre général, je suis particulièrement heureux de rencontrer les représentants qualifiés au cœur même de la chrétienté pour étudier les questions relatives à leur Institut et mettre définitivement au point leurs constitutions rénovées à la demande du Concile.

Je tiens tout d’abord à saluer le Frère Charles Howard, votre nouveau Supérieur général, et à lui présenter mes vœux pour un fécond apostolat durant le mandat qu’il a accepté en esprit de foi et de service. Je veux également, au nom de l’Eglise, remercier le Frère Basile Rueda qui a œuvré durant toute cette période postconciliaire au milieu des difficultés, s’efforçant toujours d’aider à leur magnifique vocation de consacrés et d’apôtres.

Vous constituez ici en quelque sorte une réelle représentation du monde puisque vous êtes présents dans plus de soixante-dix pays où vous vous dévouez selon la volonté du bienheureux Marcelin Champagnat à l’éducation de la jeunesse, surtout dans les écoles, ainsi qu’à la formation des catéchistes.

2. Depuis le Concile, vous avez voulu approfondir et revivifier votre vocation de religieux laïcs dans l’Eglise en vous inspirant toujours davantage de la spiritualité de votre bienheureux fondateur. Il me plaît de rappeler ici quelques-uns des éléments de cette spiritualité: un grand amour de Dieu et un engagement total pour l’extension de son Règne. “Aimer Dieu, avait-il coutume de dire, et travailler à le faire aimer, telle doit être la vie du Frère Mariste”.

Cet amour de Dieu était accompagné et soutenu chez lui par une confiance d’enfant envers la Vierge Marie dont il voulut faire la patronne spéciale de son Institut.

Demeurez donc toujours fidèles à ces bases fondamentales de votre vie religieuse et employez-vous constamment à les soutenir par une prière dont vous savez la nécessité absolue: que toute votre vie se transforme en prière pour réaliser l’union entre la contemplation, l’apostolat et la vie communautaire.

3. Fils d’un même Père, possesseurs d’un même héritage, portant le beau nom de Frères, employez-vous à réaliser une vie communautaire animée par la charité du Christ. Qu’on puisse dire de vous comme des premiers chrétiens: “Voyez comme ils s’aiment!”. Cette vie communautaire, élément indissociable de la vie religieuse, est pour chacun de vous une grande richesse, grâce au bienfait de la complémentarité des dons; elle sera pour les jeunes auxquels vous vous adressez une marque et une annonce du monde à venir. Les hommes de notre temps, et surtout les jeunes, ont grand besoin de la visibilité et de la transparence spirituelle des communautés religieuses.

4. En fondant un Institut destiné à l’éducation des jeunes et à leur formation chrétienne, Marcelin Champagnat a eu une véritable intuition prophétique: la multiplication de vos écoles, non seulement en Europe mais dans le monde entier, a permis une action formatrice de grande importance parmi les jeunes, spécialement ceux des régions défavorisées. Vous avez aussi, en notre époque de chômage endémique, la vive préoccupation d’aider les jeunes que vous avez formés à trouver un emploi.

Cette œuvre d’éducation est plus que jamais d’actualité. Les jeunes sont de plus en plus dépaysés dans un monde souvent sans âme; ils sont en quête d’un absolu que bon nombre d’adultes sont incapables de leur révéler. Votre mission à leur égard est donc indispensable: ils attendent que vous les prépariez à une vie qui vaille la peine d’être vécue et que vous leur révéliez le Christ et son Evangile.

La moisson est abondante, et les ouvriers insuffisants. Grâce à Dieu, vous savez collaborer avec les laïcs, professeurs, parents d’élèves, anciens élèves, formant la grande famille mariste qui cherche à vivre toujours mieux sa vocation humaine et chrétienne.

5. Les constitutions que vous préparez vous aideront dans la réalisation de votre vocation: votre don au Christ, aimé par-dessus tout, votre détachement des biens de ce monde, à la suite du Christ, et votre obéissance, vous permettront de mieux comprendre les pauvres et de vous mettre à leur service pour les guider vers une promotion authentique.

Je sais que, fidèles aussi sur ce point aux enseignements de votre fondateur, vous êtes profondément attachés à l’Eglise catholique et à son Magistère; demeurez toujours résolument dans ces dispositions, collaborant loyalement, partout où vous vous trouvez, avec l’Eglise locale et ses Pasteurs.

En terminant, je demande à la Vierge Marie, l’éducatrice de Nazareth, d’être pour vous le modèle éloquent et efficace de votre action auprès des jeunes. Qu’elle obtienne de son Fils, pour votre Institut, des vocations nombreuses et généreuses afin que vous poursuiviez votre œuvre d’évangélisation! De tout cœur je vous bénis.

 

© Copyright 1985 - Libreria Editrice Vaticana

 

top