The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX ÉVÊQUES ET AUX
LAÏCS DE
L’APOSTOLAT MILITAIRE INTERNATIONAL

Samedi 21 juin 1986

Chers Frères dans l’épiscopat,
chers amis laïcs de l’Apostolat militaire international,

Votre présence simultanée à Rome fait que je vous reçois ensemble. Et si vos responsabilités et vos moyens d’actions sont différents, ils visent le même but: l’assistance spirituelle des militaires.

1. Permettez-moi d’abord de saluer et d’encourager les laïcs de l’Apostolat militaire international qui tiennent une conférence de leur mouvement à Rome.

Officiers, sous-officiers, soldats, attachés à la foi chrétienne, vous voulez approfondir cette foi, éclairer à sa lumière les questions difficiles auxquelles vous êtes affrontés, la mettre en œuvre dans tout ce qui constitue votre vie et en témoigner dans votre milieu militaire. C’est le propre de l’apostolat des laïcs qui est fondé sur la grâce et la responsabilité du baptême, et que le Concile Vatican II a particulièrement encouragé, aussi bien l’apostolat personnel que l’apostolat des groupes constitués de manière à mieux soutenir leurs membres et à donner un témoignage commun. C’est précisément après le Concile que vous avez formé votre association, et je suis heureux qu’elle ait été reconnue comme Organisation internationale catholique, remplissant les critères d’un apostolat d’Eglise en union avec le Saint-Siège. La toute récente constitution apostolique Spirituali militum curae, du 21 avril, réorganisant les Ordinariats militaires, précise justement: “Puisque tous les fidèles doivent collaborer à la construction du Corps du Christ, l’Ordinaire (militaire) et son clergé feront en sorte que les fidèles laïcs de l’Ordinariat, aussi bien au niveau individuel qu’en tant que groupe, jouent un orle de ferment apostolique mais aussi missionnaire parmi les militaires avec lesquels ils vivent” .

2. Ceux qui assurent le service de leurs pays dans les forces armées ont en effet des conditions de vie particulières, qui appellent un apostolat adapté, accompli précisément par leurs compagnons croyants.

Cela vaut pour les militaires de carrière, dont le genre de vie, les obligations, et les responsabilités spéciales en matière de défense, requièrent une compréhension et un accompagnement pastoral spécifiques. Ils remplissent un engagement qui comporte des risques et qui a besoin d’une réflexion approfondie sur les questions éthiques inhérentes à leur profession et sur lesquelles je ne peux m’étendre aujourd’hui. Oui, les responsables militaires chrétiens auront à cœur de se former la conscience sur les grands problèmes du service de la paix et de la sécurité, avec lucidité et courage, de façon à faire les bons choix qui dépendent d’eux et à contribuer à éclairer sur ce point les convictions des plus jeunes et de l’opinion publique.

Je pense également à tous les autres militaires du contingent, qui accomplissent pour un temps leur service national: celui-ci est pour eux comme un grand creuset, qui peut être une épreuve fatale pour leur foi ou leur pratique religieuse, étant donné leur déracinement, mais aussi une chance de vivre avec de vrais croyants.

3. Les uns et les autres doivent être aidés à découvrir le vrai visage du Christ et de son Eglise, et là votre témoignage est capital. Ils doivent trouver des possibilités de ressourcement spirituel: prière, messe, moments de réflexion sur la foi et sur tout ce qui constitue leur devoir d’état militaire, pèlerinages, etc., et c’est votre rôle aussi de les organiser avec eux et pour eux, en liaison avec les aumôniers militaires. Enfin l’apôtre chrétien se soucie également du climat fraternel à entretenir, de l’entraide attentive pour tous ceux qui connaissent des difficultés matérielles et morales. Oui, tout ce qui touche à l’organisation plus humaine et plus juste de la vie militaire, ou même celle des loisirs, intéresse l’apostolat comme une forme concrète de charité chrétienne.

4. Cela suppose que vous-mêmes vous vous formiez à cet apostolat en vous familiarisant toujours davantage avec l’Evangile et avec toute la doctrine de l’Eglise, et en vivant plus unis au Christ dans la prière et les sacrements, sans séparer cette union au Christ de tout ce qui fait votre vie  (cf. Apostolicam Actuositatem, 4)

En vous donnant ainsi mes vifs encouragements, je veux surtout vous assurer que vous avez votre place dans l’Eglise, que vous êtes aimés de Dieu, dans la mesure où vous remplissez votre devoir d’état avec conscience et pour assurer finalement une plus grande paix. Jean-Baptiste accueillait les soldats romains, au bord du Jourdain, sans leur demander d’abandonner leur métier, mais en les invitant à l’accomplir honnêtement et sans traitements injustes. Jésus lui-même était bienveillant pour le centurion qui venait à lui avec confiance. Saint François de Sales soulignait que vous étiez capables d’une vie chrétienne adaptée à votre métier: “C’est une erreur – et même une hérésie – de vouloir bannir la vie dévote de la compagnie des soldats..., du ménage des gens mariés”; par “vie dévote” il entendait l’union à Dieu en réponse à son amour et l’inspiration chrétienne de toute la vie.

Bref l’Eglise compte beaucoup sur votre apostolat: soyez lumière, sel, levain évangéliques au milieu de vos frères!

5. Je me tourne maintenant un instant vers vos Pasteurs. La Constitution qui entrera en vigueur le 21 juillet les appelle Ordinaires militaires, avec une juridiction épiscopale ordinaire et personnelle très étendue. Je vous salue donc avec joie, chers Frères membres du Conseil du Bureau central de coordination pastorale des Ordinaires militaires, venues de l’Italie, de la France, de l’Espagne, des Etats-Unis, du Chili, de la République Dominicaine. Le document que vous étudiez ensemble pour aider vos Frères des différentes Eglises à bien le mettre en pratique souligne l’importance que l’Eglise accorde à votre charge. Vos fidèles, dispersés à travers le monde, sont très nombreux et ont besoin d’une pastorale adaptée, qui les atteigne vraiment au cœur de leur vie et leur permette un contact salutaire avec l’Eglise. En tout cela, je vous souhaite de vous appuyer sur des aumôniers militaires zélés et sur des laïcs généreux, dont je viens de souligner le rôle indispensable.

A tous, je donne de grand cœur ma Bénédiction Apostolique.

 

© Copyright 1986 - Libreria Editrice Vaticana

 

top