The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
À LA DÉLÉGATION DU PATRIARCAT OECUMÉNIQUE

Fête des saints Apôtres Pierre et Paul - Lundi 29 juin 1987

 

Eminence et Frères très aimés dans le Christ,
Soyez les bienvenus parmi nous!

La visite annuelle à Rome d’une délégation du Patriarcat œcuménique, envoyée par Sa Sainteté Dimitrios Ier pour la fête des saints Apôtres Pierre et Paul, est toujours une nouvelle joie pour moi et pour toute l’Eglise de Rome. Cette visite suscite des souvenirs et ravive des espérances, et tout cela provient de l’expérience croissante de fraternité entre nos Eglises qui se rattachent aux saints frères Apôtres Pierre et André, leurs célestes protecteurs.

Je vous remercie de tout cœur pour cette nouvelle rencontre et je remercie en particulier le Patriarche Dimitrios Ier et le Saint Synode qui vous ont envoyés en fraternelle délégation de charité, de communion et de prière.

Ce soir, tandis que nous célébrerons ensemble le mémorial de la mort et de la résurrection du Christ Jésus, notre unique et commun Seigneur, ce sera, dans la prière, le moment de notre véritable rencontre. Plus les contacts entre nos Eglises s’intensifient et plus se fait pressant le besoin de participer ensemble à la prière, aussi bien pour rendre gloire au Père qui nous a sauvés par le sang de Jésus-Christ que pour implorer ensemble le don de l’unité dans la pleine fidélité à son Evangile et attendre avec espérance le jour béni où nous pourrons communier ensemble au même calice. La rencontre dans la prière nous remet en mémoire la vie de la première communauté chrétienne décrite par les Actes des Apôtres: “ Ils étaient assidus à l’enseignement des apôtres, et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières ” (Act. 2, 42).

Cette image parfaite de la communauté est la perspective vers laquelle tend notre regard. Les relations de fraternité entre nos Eglises et le dialogue théologique en cours ont justement pour but d’aider à réaliser à nouveau, pour notre temps et dans les conditions d’aujourd’hui, cette pleine communion de foi, de célébration et de vie dont a témoigné la communauté chrétienne primitive.

Nous avons tous appris avec grande joie les progrès que réalise la commission mixte pour le dialogue théologique entre l’Eglise catholique et les Eglises orthodoxes.

La discussion fraternelle, loyale et précise est indispensable pour pouvoir clarifier les malentendus, résoudre les divergences et finalement proclamer ensemble la foi commune.

Cette démarche délicate, inspirée par un sens profond de la responsabilité personnelle et collective, mérite l’attention de tous. Elle a besoin d’un soutien sympathique et d’une constante prière afin que l’Esprit Saint illumine, fortifie et dirige cette sincère recherche de la pleine communion.

Les inévitables difficultés objectives ou provenant du contexte culturel, social ou psychologique, ne doivent pas détourner d’une œuvre qui se veut expression d’obéissance à la volonté de Dieu.

Dans les rôles diversifiés, mais dans le même esprit, tous doivent s’engager pour cette œuvre: non seulement les pasteurs et les théologiens, mais aussi tout le peuple de Dieu qui désire vivre dans la charité et dans la paix.

Nous nous réjouissons déjà de la visite que fera à Rome Sa Sainteté Dimitrios Ier au cours du prochain mois de décembre. Cette rencontre montrera à tous la volonté commune de rétablir la pleine communion et de rechercher ensemble les voies et les moyens les plus adaptés pour cela. Je me rappelle toujours avec émotion la visite que j’ai faite au Patriarche Dimitrios Ier, au Saint Synode et au Patriarcat œcuménique en 1979 pour la fête de saint André, et le noble et fraternel accueil qui m’a été réservé à cette occasion. Je suis sûr que l’Eglise de Rome recevra avec beaucoup de respect et d’amour le Patriarche oecuménique. Ce sera pour tous une grande joie.

Frères très aimés, je vous ai exprimé les pensées que suscite en moi votre présence en cette fête des saint Apôtres Pierre et Paul, patrons de l’Eglise de Rome.

Aujourd’hui je vous reçois personnellement et avec toute l’Eglise de Rome comme des frères dans la foi avec lesquels nous voulons annoncer ensemble à tous les hommes que le Royaume de Dieu est déjà parmi nous (Luc. 17, 21), ferment de paix et de réconciliation entre tous. Les Apôtres Pierre et Paul et André, frère de Pierre, nous aideront par leur intercession.

 

© Copyright 1987 -  Libreria Editrice Vaticana 

 

top