The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU SAINT-PÈRE JEAN-PAUL II
À S.E. M. LARS J. T. BERGQUIST, NOUVEL
AMBASSADEUR DE SUÈDE PRÈS LE SAINT-SIÈGE*

Vendredi, 16 décembre 1988

 

Monsieur l’Ambassadeur,

Soyez le bienvenu en cette demeure! Je suis heureux de vous recevoir comme Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Sa Majesté le Roi de Suède Carl Gustaf auprès du Saint-Siège. Je vous saurais gré de présenter à Sa Majesté mes vifs remerciements pour l’attention qu’accorde son pays à l’action persévérante du Saint-Siège en faveur du respect des droits de l’homme et de la paix mondiale.

Quant à vous-même, Excellence, soyez assuré que je vous accueille avec beaucoup de satisfaction et d’espérance. Les dispositions d’esprit et de coeur dans lesquelles vous abordez votre haute mission et dont vous venez de me faire part sont tout à fait dignes de l’idéal qui doit animer les diplomates accrédités auprès du Saint-Siège.

Il s’agit bien de consolider les bonnes relations qui existent déjà entre votre Gouvernement et le Siège Apostolique de Rome. Nous les espérons utiles notamment aux efforts déployés par votre pays pour coopérer au développement du Tiers Monde, tâche immense à laquelle le Saint-Siège apporte une attention et un soutien constants. Ces relations concourent également au bien de l’Eglise catholique, présente sur votre terre de Suède par une minorité qui, je suis heureux d’en prendre acte, a sa place reconnue dans la nation.

Sans attendre, je voudrais exprimer ma gratitude à votre Gouvernement pour avoir décidé d’établir à Rome même la chancellerie de son Ambassade auprès du Saint-Siège. Cette initiative heureuse vous permettra, Monsieur l’Ambassadeur, de vous donner plus aisément à votre noble mission, d’être en contact direct avec vos pairs du Corps diplomatique, de suivre avec un intérêt augmenté par la proximité les efforts et les activités du Saint-Siège. Vous en découvrirez mieux ici même l’esprit, à savoir que le Siège Apostolique a conscience de pouvoir apporter, par les canaux de la diplomatie, des points de vue spécifiques et souvent un soutien moral précieux à la cause toujours sacrée de la défense et de la promotion de toute personne, de tout peuple, comme à la paix entre les nations. Faut-il ajouter que votre résidence à Rome vous donnera l’occasion d’approfondir les sources et l’histoire de l’Europe dont cette ville demeure depuis si longtemps un foyer essentiel? Et la présence du Corps Diplomatique, dans lequel vous entrez aujord’hui, vous permettra des contacts fructueux avec les représentants de peuples de tous les continents. Vous connaîtrez mieux ici l’institution ecclésiale dans son désir de servir les hommes, en rendant témoignage à un mystère qui transcende toutes les générations.

Monsieur l’Ambassadeur, vous avez très aimablement fait allusion au voyage pastoral que j’entreprendrai l’an prochain en votre pays, grâce à l’invitation très appréciée de Sa Majesté le Roi de Suède et de son Gouvernement. Je vous avoue que ma joie est grande à la perspective d’être reçu sur la terre scandinave, si typique et si riche d’histoire. Il est vrai que mon objectif premier est d’ordre sprirituel, en allant rencontrer et encourager la communauté catholique vivant chez vous. Mais il me plaît également de penser aux rencontres que j’aurai avec les dignes représentants des autres communautés chrétiennes et plus largement avec les autorités et le peuple suédois.

Vous avez exprimé, Excellence, votre disponibilité à faire tout ce qui vous sera possible afin que ce premier voyage pontifical dans votre pays se déroule à la satisfaction et pour le bien de tous: soyez-en remercié!

Je forme des voeux chaleureux pour le fécond déroulement de la mission à laquelle vous a appelé le Roi Carl Gustaf. Que l’accomplissement de vos fonctions réponde à l’attente de votre Gouvernement, aux espérances du Saint-Siège et qu’il vous apporte les satisfactions personnelles que vous désirez! Puissiez-vous sentir que le Corps Diplomatique auprès du Siège de l’Apôtre Pierre est une grande famille! Puissiez-vous y percevoir qu’à travers la diversité de ses Ambassadeurs, des continents et des cultures auxquels ils appartiennent, existe vraiment un climat de respect, d’estime mutuelle, de dialogue, d’entraide en vue de contribuer à cette civilisation que mon prédécesseur le Pape Paul VI disait être «la civilisation de l’amour», la seule qui ait un avenir, car elle s’enracine dans un message venu d’en haut et qui a nom «la Bonne Nouvelle», «l’Evangile de Jésus-Christ Sauveur!

C’est dans ces sentiments que j’invoque sur votre personne et sur vos activités diplomatiques la protection et le soutien de Dieu.


*AAS 81 (1989), p. 779-780.

Insegnamenti di Giovanni Paolo II, vol. XI, 4 pp. 1868-1870.

L'Attività della Santa Sede 1988 pp. 1136-1138.

L’Osservatore Romano 17.12.1988 p.4.

L'Osservatore Romano. Edition hebdomadaire en langue française n.52 p.11.

 

© Copyright 1988 - Libreria Editrice Vaticana

 

top