The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU SAINT-PÈRE JEAN-PAUL II
AUX CAPITULAIRES DES CLERCS DE SAINT-VIATEUR

Lundi, 11 juillet 1988

 

Monsieur le Vicaire général,
Chers Clercs de Saint-Viateur,

1. Permettez-moi d’abord d’avoir une pensée et de formuler des vœux pour votre ancien Supérieur général, récemment nommé Evêque auxiliaire de Saint-Jean Longueuil au Canada. Quant à vous, je vous remercie pour votre visite profondément inspirée, je le sais, par votre attachement infrangible au Successeur de Pierre.

2. Depuis les débuts de sa fondation, le 3 novembre 1831, par le Père Louis Querbes, prêtre du diocèse de Lyon, et mise sous la protection de saint Viateur, clerc et lecteur exemplaire de l’Evêque saint Just, à la fin du IVe siècle, votre Congrégation religieuse apostolique s’est répandue en treize pays. On peut vraiment parler de la petite graine qui est devenue un grand arbre. Ensemble, rendons grâce au «Maître de l’impossible» pour tout le bon travail d’évangélisation déjà accompli depuis un siècle et demi, et toujours en expansion en Europe, en Afrique, en Amérique du Nord et du Sud, en Extrême-Orient.

3. Alors que vous achevez le vingt-cinquième chapitre général de votre histoire, je suis profondément heureux de vous confirmer dans votre vocation spécifique, comme je le fais pour tant d’autres Instituts. Aux lendemains de la révolution française, le Père Louis Querbes définissait ainsi le but de sa fondation: “L’enseignement de la doctrine chrétienne et le service des saints autels”.

Je vous félicite d’avoir, au cours de ce chapitre, approfondi et sagement formulé pour notre temps, ce que l’humble et ardent desservant de la paroisse de Vourles, au sud de Lyon, avait médité et proposé à ses disciples. Le souffle puissant et brûlant qui animait votre admirable fondateur était ignatien. Louis Querbes, à l’école de saint Ignace, fut et demeure pour vous un passionné de Jésus-Christ et de son Règne. C’est le secret de sa sensibilité extrême aux besoins de son temps. Toutes les époques de l’histoire connaissent des remous et des misères, et elles attendent des apôtres au cœur de feu. C’est bien ce contact personnel et communautaire avec le cœur du Christ qui donnera à votre mission de Clercs de Saint-Viateur son dynamisme, son esprit surnaturel, son efficacité.

4. Votre vocation spécifique, sereinement méditée et mise à jour pendant ce chapitre, est tout à fait d’actualité. Quoi de plus urgent que la présentation aux jeunes, à leurs familles, aux adultes des paroisses que vous avez en charge, d’un enseignement doctrinal solide, complet, exigeant, et véritablement montré comme la «Bonne Nouvelle» capable d’éclairer la vie de l’homme? Oui, soyez des catéchistes ardents, compétents et fidèles! Vous le savez, gémir sur les mutations de notre temps, n’est pas une solution. Il faut agir avec foi, audace et persévérance: tant de jeunes, d’adultes et de personnes âgées ne savent rien ou si peu du Christ et de l’Evangile! Beaucoup se contentent des nourritures terrestres, véhiculées abondamment par les moyens médiatiques, dont le contenu est trop souvent insignifiant, lorsqu’il n’est pas néfaste.

5. J’apprécie et j’encourage vos efforts incessants et compétents pour rejoindre le monde des jeunes, grâce aux écoles que vous tenez et aux paroisses que bien des Evêques vous ont confiées. J’admire également votre pastorale paroissiale: par tous ces jeunes regroupés pour l’enseignement doctrinal, vous tentez avec succès une approche des parents, heureux de refaire eux-mêmes un chemin de formation ou d’approfondissement religieux qu’ils n’avaient jamais pu faire. J’encourage tout autant vos préoccupations croissantes à l’égard des enfants défavorisés. Ils sont, hélas, nombreux dans le tiers-monde et même en Europe. Vous savez les accueillir dans vos écoles, dans vos centres d’hébergement, dans vos paroisses.

6. Enfin, votre Fondateur a transmis à ses fils son charisme pastoral et son amour de la foi célébrée avec le maximum de dignité et de ferveur. Vous accomplissez une œuvre d’Eglise dont l’importance et le rayonnement ne sont pas à démontrer. Aimez lire, et méditer, et faire goûter à beaucoup la constitution «Sacrosanctum Concilium». Votre manière de célébrer peut et doit être une excellente catéchèse, à condition de bien harmoniser le respect des rites, la dignité des comportements, la participation bien préparée du peuple des baptisés. J’encourage votre zèle à instruire les jeunes sur la valeur irremplaçable du culte divin, sur ses richesses, sa beauté; à les faire coopérer aussi, à leur place, au déploiement de la célébration des mystères du Salut. La constitution et le développement de communautés de foi, parfaitement instruites et unanimement célébrantes, est un témoignage irremplaçable. Les chrétiens abandonnent les paroisses léthargiques, ils remplissent les églises dont le culte est d’une grande qualité et dignité.

7. Il est un point de vos réflexions en chapitre que je veux encore souligner. Déjà votre Fondateur avait eu le projet d’associer des laïcs à votre mission catéchétique et liturgique. A cette époque, la chose ne put se réaliser. La Congrégation pour les Religieux et les Instituts séculiers a approuvé cette orientation dans vos statuts de 1978. Dans la clarté et la sagesse qui doivent présider à l’expansion de ce projet, je souhaite que de nombreux laïcs chrétiens, s’imprégnant de l’esprit de la famille des Clercs de Saint-Viateur, se lèvent pour coopérer à votre vie apostolique.

8. En somme, votre vingtcinquième chapitre a été un excellent ressourcement à l’esprit du Père Louis Querbes. Avec vous j’espère et je souhaite qu’il donne un élan certain à l’évangélisation que vous accomplissez, pour votre part, dans le champ immense du Royaume de Dieu. Le Christ et l’Eglise vous disent à vous aussi: «N’ayez pas peur!». Avancez et entraînez de nouveaux compagnons d’apostolat, clercs et laïcs, sur les vastes chemins de la catéchèse, de la constitution de communautés de foi, scolaires et paroissiales, de la promotion d’une liturgie vraiment digne de Dieu et vraiment bénéfique aux baptisés, de l’approche accentuée des jeunes en général, des plus défavorisés en particulier.

Avec vous, chers Clercs de Saint-Viateur, je continuerai de porter ces objectifs de travail évangélique et ecclésial. Je vous demeure également uni dans la prière, spécialement avec l’espoir fondé de nouvelles et solides vocations.

Je vous bénis affectueusement, au nom du Seigneur, et cette bénédiction va vers tous les membres de la Congrégation et toutes les œuvres qu’elle s’efforce de maintenir, d’animer ou de fonder. Que la sainte Mère du Christ, Reine des apôtres, vous accompagne Le Père Louis Querbes vous a montré à aimer Marie: lorsqu’il envoyait en mission de nouveaux Clercs, il les accompagnait toujours à Notre-Dame de Fourvière pour qu’ils remettent leur apostolat dans le cœur maternel de la Mère du Christ. Continuez cette belle et bienfaisante tradition!

 

© Copyright 1988 - Libreria Editrice Vaticana

 

top