The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE À MADAGASCAR, LA RÉUNION, ZAMBIE ET MALAWI

CÉRÉMONIE DE CONGÉ

DISCOURS DU SAINT-PÈRE JEAN-PAUL II

Aéroport «Ivato» d'Antananarivo (Madagascar)
Lundi, 1er mai 1989

 

Monsieur le Président de la République,

1. Au terme des belles journées de ma visite pastorale à Madagascar, je vous suis reconnaissant d’avoir tenu a venir vous-même me saluer à l’aéroport et je vous remercie des paroles aimables que vous venez de m’adresser.

J’emporte avec moi de précieux souvenirs: ceux de la découverte de votre pays si attachant dans sa diversité et son originalité, ceux de la rencontre d’un peuple dont la dignité et les qualités traditionnelles se laissent vite percevoir. C’est dans la mémoire du cœur que je conserverai ces souvenirs, car, en ces jours, j’ai eu le sentiment d’être accueilli avec une ferveur qui traduisait une vraie communion de foi et de pensée.

Au moment de m’éloigner pour de nouvelles étapes de mon voyage, je tiens à dire à tout le peuple malgache ma joie d’avoir été reçu avec tant de chaleur et de sincérité.

2. Mes remerciements, Monsieur le Président, s’adressent particulièrement à vous-même, aux membres du Gouvernement, aux autorités régionales et locales, pour toutes les dispositions prises afin de faciliter au mieux les étapes et les rencontres qui ont jalonné ce voyage. Je suis sensible à l’attention courtoise et au dévouement, souvent dans la discrétion, des nombreux collaborateurs de vos services qui n’ont pas ménagé leur peine.

J’aimerai dire aussi aux représentants des divers médias que j’apprécie leur souci de bien informer l’ensemble des habitants de cette Grande Ile et de porter au loin l’écho de l’événement vécu ici par l’Eglise catholique auquel beaucoup d’amis malgaches ont voulu s’associer.

3. Je me tourne maintenant vers mes Frères dans l’épiscopat pour les remercier du fond du cœur de m’avoir accueilli avec la générosité de ceux qui savent faire partie de la même famille. Ils m’ont rendu témoin de leur sollicitude dans la conduite du peuple de Dieu sur le chemin du Christ, de leurs préoccupations et de leurs expériences. Les fidèles rassemblés avec les prêtres, les religieux, les religieuses, les responsables laïcs des mouvements et des conseils de communauté, tous ont partagé avec ferveur la prière commune. Des plus jeunes aux plus âgés, ils ont manifesté la profondeur de leur foi et leur désir de vivre fraternellement, en travaillant pour le bien-être et la réussite de tous leurs compatriotes.

C’est d’un cœur confiant que je vous renouvelle mes encouragements. Je n’oublie pas les difficultés auxquelles vous devez faire face dans divers domaines d’ordre moral et matériel. Allez de l’avant, pour reprendre les mots des jeunes, déterminés à affronter les incertitudes de l’avenir! Que chacun de vous donne à la communauté le meilleur de ce qu’il porte dans son âme et de ce qu’il sait produire de ses mains, animé par les vertus héritées de vos ancêtres, et en faisant le meilleur usage des apports de la modernité!

Membres de l’Eglise catholique, développez votre fidélité active et réfléchie à l’enseignement de l’Evangile! Poursuivez avec respect et amitié le dialogue et la collaboration avec vos frères et sœurs des autres confessions chrétiennes et des autres traditions spirituelles!

Au moment de vous quitter, j’aimerais vous dire combien les liens de la charité qui vous unissent à l’Eglise universelle sont une réalité. Ils se sont noués avec l’attachement que vous avez inspiré aux premiers porteurs de la Bonne Nouvelle dans votre peuple et la joie que leur a donnée votre adhésion à la foi. Désormais l’Eglise a mûri chez vous et elle a pris sa place dans la communion ecclésiale que les échanges maintenant possibles rendent toujours plus visible et plus forte.

4. Monsieur le Président, en disant au revoir à Madagascar, je vous offre mes meilleurs vœux ainsi qu’à tous les responsables de la vie publique, aux familles, aux travailleurs, aux jeunes, aux plus pauvres et à ceux qui souffrent. A la nation entière, je souhaite de connaître une prospérité croissante qui permette de répondre à ses besoins et à ses aspirations; je souhaite que lui demeure assurée la concorde entre tous les compatriotes et le bienfait de la paix.

Je confie à l’amour bienveillant de Dieu chacun des Malgaches. Et je donne amicalement à tous ma Bénédiction.

 

© Copyright 1989 - Libreria Editrice Vaticana

 

top