The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
À UN GROUPE DE JEUNES PÈLERINS DU DIOCÈSE DE ROUEN

Sabato, 7 avril 1990

 

Chers amis,

C’est avec plaisir que je vous accueille, jeunes de Rouen, avec votre Archevêque Mgr Joseph Duval, vos animateurs, aumôniers, religieuses et laïcs. Notre rencontre constitue une étape de votre pèlerinage, et elle est proche de la Journée mondiale de la Jeunesse. C’est pourquoi je voudrais vous proposer de brèves réflexions à partir du thème de cette Journée, la parole de Jésus: « Je suis la vigne, vous êtes les sarments »[1]. Il s’agit, au fond, de redécouvrir notre relation vitale avec le Christ qui fait partager la richesse de sa vie de Fils de Dieu aux hommes appelés par lui à former son Eglise.

Vous avez choisi Rome comme but de votre pèlerinage. On peut percevoir ici de multiples aspects du visage de l’Eglise. Pierre et Paul sont venus établir les fondements; des générations successives de martyrs, de saints, et de nombreux autres chrétiens ont continué à bâtir, chacun selon ses capacités et sa vocation, un édifice qui reste plein de vitalité. Et maintenant, c’est des quatre coins du monde que convergent ceux qui trouvent ici le centre de l’unité pour toute l’Eglise vivante. Et vous pouvez renouveler ici votre sens de la solidarité avec vos frères et vos sœurs de l’univers entier.

Mais, tout en prenant la distance du pèlerinage, vous représentez, autour de votre Archevêque, la communauté diocésaine de Rouen. C’est là que vous êtes reliés concrètement au cep qu’est le Christ. C’est là que vous êtes ensemble en communion avec lui. C’est là que vous pouvez nourrir votre foi et votre prière, exprimer vos aspirations et vos questions, creuser le sens de votre existence. C’est là aussi que vous partagez au jour le jour les appels, les inquiétudes et les joies de votre génération et des autres générations. C’est là que vous êtes appelés à témoigner de l’espérance que vous ouvre votre baptême.

Je vous parle au cœur de l’Eglise universelle et je pense à l’Eglise particulière dont vous faites partie. C’est dans cette perspective que je vous dis au nom du Seigneur: « Allez, vous aussi, à la vigne »[2]. Cela signifie que vous avez à mûrir l’orientation que vous allez choisir pour votre avenir. Les chemins qui se présentent à vous sont divers. Mais, en chrétiens, vous savez qu’ils vous conduiront à la vigne du Christ, si vous demeurez dans son amour[3].

Dans votre future vie professionnelle et dans votre future vie de famille, soyez de fidèles témoins des dons que vous recevez dans la communion ecclésiale. Restez des sarments vivants, qui portent du fruit en abondance. Sans doute, comme le dit Jésus, faudra-t-il accepter que le sarment soit taillé pour produire les meilleurs fruits, c’est-à-dire qu’il faudra accepter de passer par l’épreuve ou par certains renoncements. En ces jours saints, est-il nécessaire d’y insister alors que nous nous préparons à suivre le Christ jusqu’à la Croix avant de célébrer sa Résurrection, la source de vie nouvelle pour tous?

Certains d’entre vous, je l’espère, prendront le chemin d’une vie donnée tout entière au service du Seigneur, dans le ministère sacerdotal ou la vie consacrée. L’Eglise a besoin de jeunes généreux qui aillent à la vigne avec une disponibilité sans réserve, ils seront les intendants des mystères de Dieu dans la joie, en se faisant les serviteurs de leurs frères.

Chers amis, à l’approche de Pâque, je vous encourage de tout cœur à marcher à la suite du Rédempteur, à avoir « entre vous les sentiments qui sont dans le Christ Jésus »[4]. Que votre pèlerinage soit pour vous une expérience profonde et un point de repère heureux pour votre vie! Dans la prière et dans l’action, soyez solidaires de tous vos frères et sœurs de l’humanité, dans l’unique amour du Sauveur! J’appelle sur vous le soutien de la grâce de Dieu et je vous bénis de tout cœur.


[1] Io. 15, 5.

[2] Matth. 20, 4.

[3] Cfr. Io. 15, 9.

[4] Phil. 2, 5.

 

 © Copyright 1990 - Libreria Editrice Vaticana

 

top