The Holy See
back up
Search
riga

MESSAGE DU SAINT-PÈRE JEAN-PAUL II
À L'OCCASION DU RASSEMBLEMENT À NOTRE-DAME DE PARI
S

Samedi, 7 avril 1990

 

Chers jeunes de Paris,

Dieu soit béni qui me donne la joie de vous parler ce soir en cette fête des Rameaux!

Je vous salue très cordialement, vous les jeunes de Paris. Vous êtes l’avenir de la Capitale, la relève est assurée. Il est important que vous soyez motivés par un idéal généreux.

Il y a dix ans, j’ai rencontré pour la première fois les jeunes de France au Parc des Princes... J’en ai gardé un vif souvenir! Depuis, je vous ai vus à de nombreuses reprises: à Lourdes, à Lyon, à Strasbourg, ou encore à Compostelle et à Rome...

Tous, nous sommes membres du Christ et membres de l’unique famille humaine. Nous aimons la vie. Aimer la vie, c’est déjà pressentir que nous la recevons de Dieu et que nous ne pouvons pas être heureux sans Lui. Je vous invite, vous, les jeunes de Paris, à ouvrir les yeux sur les richesses insondables de la vie que Dieu nous donne. Si nous écoutons sa Parole, si nous découvrons la grandeur de l’Amour dont Il nous aime, tous, hommes et femmes de tous âges et de toutes races, alors nous saurons que la vie vaut la peine d’être vécue et qu’elle vaut la peine d’être donnée! C’est ce que nous célébrons en ce jour où le Christ entre dans sa Passion.

Attachez-vous à sa personne.... Prenez le temps de réfléchir à son message et de méditer la Bible avec vos pasteurs, vos animateurs, vos éducateurs, dans les groupes paroissiaux, dans vos écoles, dans vos aumôneries, dans les mouvements. Bien formés dans la Foi, avec l’expérience de la prière et des sacrements, vous pourrez entraîner les plus jeunes et devenir vous-mêmes apôtres parmi vos camarades, car vous avez, vous aussi, à porter la Bonne Nouvelle!

Jésus vous aime. Il invite même certains d’entre vous à le suivre d’une façon plus étroite... Parmi vous, certains sont appelés à se mettre à la suite du Christ en devenant prêtres, religieux ou religieuses afin de poursuivre l’annonce de l’Evangile. Pourquoi ne pas demander, ici et maintenant: « Seigneur, que veux-tu que je fasse? ».

Nous voici au seuil de cette Semaine Sainte où nous allons revivre les grandes étapes de la vie du Christ en son chemin de mort et de résurrection. Je voudrais m’adresser à chacun d’entre vous. Toi qui as été baptisé, toi qui as été placé une fois pour toutes sur ce chemin, écoute Celui qui est entré à Jérusalem comme un roi, écoute Celui qui a été crucifié au Golgotha comme un esclave. Ecoute-le parler à ton cœur. Ecoute-le, lui qui te dit: Tu as du prix à mes yeux. C’est pour toi que j’ai donné ma vie. « Je pensais à toi dans mon agonie, j’ai versé telles gouttes de sang pour toi »[1]. Ta vie sera belle si tu la donnes. Tu le fais déjà, tu peux le faire plus encore. Ta vie sera belle si tu réponds à mon appel: «Viens, suis-moi!».

Chers jeunes, je vous invite à la solidarité et à la tolérance dans toutes vos actions. Une œuvre, un chantier, des initiatives réalisés ensemble font naître un climat de confiance qui permet à chacun de s’épanouir. En mettant en commun tout ce que vous êtes, vous construirez de manière solide et utile une communauté vraiment ecclésiale et fraternelle autour de votre Archevêque, mon frère dans l’épiscopat.

Au milieu des rythmes scolaires ou universitaires difficiles qui sont les vôtres, devant les images ou les informations qui vous arrivent, avec les jeunes du monde entier qui vivent tant de situations délicates, ne vous laissez pas agresser et tromper par les marchands d’idéologies ou de bonheurs illusoires... Ayez l’audace de leur résister: vous méritez ce qu’il y a de meilleur pour votre vie!
N’ayez pas peur! Ouvrez vos cœurs!

Soyez dignes de votre vocation d’hommes et de femmes, pour mieux répondre à ce que Dieu attend de vous!

De toutes vos forces, préparez l’avènement d’un monde où Dieu ait la première place, d’un monde où les hommes qu’il aime s’entraident comme des frères!

Jeunes de Paris, que Dieu, source de la Justice et de la Paix, vous accorde la Joie véritable! Quand le Christ vous garde unis car vous êtes les membres de son Corps qui est l’Eglise!

Que Notre-Dame de Paris vous ouvre les chemins de la miséricorde et de l’amour!


[1] B. Pascal, Pensées, 553.

 

 

 © Copyright 1990 - Libreria Editrice Vaticana

 

top