The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE
AU CAP VERT, GUINÉE BISSAU, MALI, BURKINA-FASO ET TCHAD

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
AUX JEUNES DANS LE PALAIS DE LA CULTURE DE BAMAKO

Bamako (Mali)
Dimanche
28 janvier 1990

 

Chers jeunes,

1. Dieu soit béni qui me donne la joie d’être avec vous ce soir!

Je suis sensible à votre accueil chaleureux et je remercie votre porte-parole pour son aimable mot de bienvenue.

Je vous salue tous cordialement: jeunes catholiques, jeunes musulmans et jeunes d’autres confessions religieuses, qui êtes venus à cette rencontre.

Vous représentez, sur le plan humain, une importante fraction de la population de votre pays. Vous êtes les bras valides du Mali, sa relève assurée. Il est important, pour l’avenir de la nation, qui est votre avenir, que vous soyez motivés par un idéal généreux.

Tous, nous sommes membres de l’unique famille humaine. Nous vivons dans le même monde. Nous aimons la vie, surtout vous, les jeunes. Aimer la vie, c’est déjà pressentir que nous la recevons de Dieu et que nous ne pouvons pas être heureux sans Lui. C’est ce que disait saint Augustin, le grand évêque d’Afrique du Nord: « Tu es grand, Seigneur, et infiniment digne de louange... Tu nous as faits pour toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose en toi ».

Je suis venu vous inviter à ouvrir les yeux sur les richesses insondables de la vie que Dieu nous donne. Si nous écoutons sa parole, si nous le suivons, si nous découvrons la grandeur de l’amour dont il aime tous les hommes et toutes les femmes de tous les âges, alors nous saurons que la vie vaut la peine d’être vécue, et aussi d’être donnée!

2. Lorsque la Bible raconte la création du monde et de l’homme, elle nous montre que l’être humain possède une dignité unique et une valeur souveraine: « Dieu dit: " Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance "... Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, il les créa homme et femme » (Gn 1, 26-27).

Il nous faut donc respecter, aimer et aider tout être humain parce qu’il est une créature de Dieu, et qu’il a une relation privilégiée avec Celui qui lui a tout donné. Qu’il en soit, dans un certain sens, l’image fidèle ou le représentant attitré, il est toujours un « signe » qui mène à Dieu. Ses droits sont l’expression de la volonté de Dieu et l’existence de la nature humaine telle que Dieu l’a créée.

Créature de Dieu, l’homme est donc radicalement marqué d’une dépendance. Cette dépendance mortifie peut-être son orgueil, mais s’il la reconnaît et l’accepte librement, elle l’enracine dans une existence pleine de sens, elle le tourne vers un horizon où seront abolies toutes les limites, sans autre angoisse ici-bas que celle de ne pas aimer assez.

Musulmans et chrétiens ont certes des motifs et des moyens différents pour réaliser cet idéal. Pour les uns, l’homme est appelé à être un parfait représentant de Dieu, sur terre, en y témoignant, pour le service de tous, de ce que signifient ces Très Beaux Noms: miséricorde et compréhension, pardon et réconciliation. Pour les autres, l’expression « créé à l’image de Dieu » dévoile un mystère encore plus profond car, pour eux, il existe entre l’homme et Dieu une relation de communion qu’ils osent appeler une relation filiale. L’homme est ainsi invité à devenir vraiment fils de Dieu dans un partage de vie et d’amour. Ce mystère nous est pleinement révélé par Jésus-Christ, lui qui sait « tout ce qu’il y a en l’homme » (Jn 2, 25).

Si telle est la dignité de l’homme, chers amis, il importe que vous, les jeunes, ne vous laissez pas agresser et tromper par les marchands d’idéologies et de bonheurs illusoires. Ayez l’audace de leur résister: vous méritez ce qu’il y a de meilleur pour votre vie! Ouvrez vos cœurs au Dieu de sagesse et de miséricorde qui vous offre la plénitude de la vie, dès ici-bas, et plus tard, dans l’au-delà.

3. La population malienne, dans sa grande majorité, est croyante. C’est là un atout de taille qui devrait aller de pair avec un sens moral élevé et une conception de la vie où l’on ne recherche pas uniquement le bien-être matériel.

Aussi importants, en effet, que soient les problèmes économiques, l’homme ne vit pas seulement de pain: il a besoin d’une vie spirituelle. C’est elle qui donne sens au développement, orienté vers le bien de l’homme, de tout l’homme et de tous les hommes. Vous êtes les héritiers d’une longue tradition de culture. Dans le sillage de vos devanciers, il vous faut vous former, non seulement pour trouver un travail et servir votre pays, mais aussi pour apprendre à connaître le monde que Dieu nous a donné, pour le comprendre, en découvrir le sens, dans le goût et le respect de la vérité, ainsi que de vos traditions religieuses respectives.

Retrouvez aussi les valeurs fondamentales qui caractérisent votre société: la probité, le sens de l’humain, le sens de l’équité, la solidarité, le respect d’autrui, le sens de l’honneur. Efforcez-vous de vous en inspirer au jour le jour.

4. L’année du centenaire de l’évangélisation du Mali a permis aux chrétiens de se ressourcer pour mieux suivre le Christ. Chers jeunes catholiques, continuez à approfondir votre foi. Vous disposez d’un trésor, d’une perle de grand prix: le Christ, qu’on découvre par l’Evangile dans la communauté ecclésiale, Lui qui nous a dit: « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie », (Jn 14, 6) ... Attachez-vous à sa personne. Laissez-vous guider par son Esprit, qui donne lumière et force. Prenez le temps de réfléchir à son message et de méditer la Bible, avec vos pasteurs, dans les groupes paroissiaux, par la prière et la célébration des sacrements. L’Evangile est une grande force spirituelle. C’est un levain et lorsqu’il est mêlé à la pâte, il finit par la faire lever tout entière.

Sachez que vous avez votre place dans l’Eglise, aux côtés de vos aînés. Efforcez-vous d’apporter la contribution qu’on attend de vous dans l’édification de communautés paroissiales vivantes. Je vous exhorte à participer activement aux célébrations liturgiques. Bien formés dans la foi, puissiez-vous entraîner les enfants et devenir vous-mêmes apôtres parmi vos camarades car vous avez, vous aussi, à porter la Bonne Nouvelle à vos frères! Jésus a posé son regard sur vous et il vous aime. Il invite même certains d’entre vous à le suivre d’une façon plus étroite, soit dans la vie sacerdotale, soit dans la vie religieuse. En effet, il en est parmi vous qui sont appelés à se joindre aux prêtres - pas encore assez nombreux dans ce pays immense - afin de poursuivre l’annonce de l’Evangile. D’autres, garçons et filles, sont appelés à vivre leur baptême dans la vie religieuse et à répondre de cette manière radicale à l’appel du Christ à la sainteté.

5. Enfin, chers jeunes, vous êtes tous invités à la solidarité dans le travail. La collaboration fraternelle redouble l’efficacité dans le travail. Un œuvre réalisée en commun fait naître aussi un climat de confiance qui permet à chacun de s’épanouir. Ne vous laissez pas entraîner aux tendances trop répandues de l’égoïsme facile et du chacun pour soi. C’est d’ailleurs à l’opposé des meilleures traditions de vos peuples. Sachez donner au travail professionnel, auquel vous vous préparez ou que vous avez déjà commencé, toute la dimension d’un service utile à la communauté.

On parle beaucoup de développer la communication sociale. Vous y travaillerez positivement si, pour commencer, vous êtes prêts à dialoguer, à comprendre l’autre, à ne pas recevoir passivement les informations ou les images qui vous arrivent. Par l’échange entre vous, vous allez vous entraîner à édifier une civilisation fondée sur l’amour, sans aucune frontière de nation, d’ethnie ou de religion.
Soyez dignes de votre vocation d’hommes et de femmes pour mieux correspondre à ce que Dieu attend de vous, Lui qui vous a créés et veut vous conduire à votre perfection!

De toutes vos forces, préparez l’avènement d’un monde où Dieu ait la première place et où les hommes qu’il aime s’entraident comme des frères!

Que Dieu, auteur de la justice et de la paix, vous accorde la joie véritable, l’amour authentique et la fraternité durable! Qu’il vous comble de ses dons à jamais!

 

© Copyright 1990 - Libreria Editrice Vaticana

 

top