The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE
AU CAP VERT, GUINÉE BISSAU, MALI, BURKINA-FASO ET TCHAD

CÉRÉMONIE DE BIENVENUE

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II

Aéroport International de NDjaména (Tchad)
Mardi
30 janvier 1990

 

Monsieur le Président,

1. Dieu soit loué d’avoir conduit mes pas au cœur du continent africain, sur le sol tchadien, où je suis heureux de me trouver aujourd’hui!

Je remercie Votre Excellence de ses aimables paroles de bienvenue, qui témoignent de l’hospitalité ancestrale des fils et des filles du Tchad. A travers votre personne, c’est tout le noble peuple tchadien que je souhaite saluer ici en lui disant ma joie de pouvoir accomplir cette visite.

Je voudrais aussi adresser mes salutations déférentes aux personnalités gouvernementales qui ont tenu à participer à cette cérémonie d’accueil et leur dire que je suis sensible aux sentiments de bienveillance que manifeste leur présence en ce lieu.

Au moment de ce premier contact, je souhaite exprimer à tous les Tchadiens l’estime en laquelle je les tiens et l’affection que je leur port. Je sais leur courageuse résistance dans l’adversité et leur détermination à s’engager sur la voie du développement, de l’unité et de la paix, dans la réconciliation nationale. Grâce au dynamisme de sa population, composée de citadins comme de cultivateurs et d’éleveurs, le Tchad fait partie de ces pays qui conservent intactes leurs chances de se relever et d’aller de l’avant.

2. En venant chez vous, je réponds à l’invitation que vous m’avez faite vous-même, Monsieur le Président, ainsi qu’à celle de mes Frères dans l’épiscopat. Je salue cordialement Monseigneur Charles Vandame, Archevêque de N’Djaména, ainsi que les évêques et les personnalités religieuses qui l’entourent.

Ma visite dans ce pays revêt un caractère pastoral. Comme Evêque de Rome, j’ai reçu la charge de veiller à l’unité de l’Eglise catholique universelle. Aussi, je suis heureux de rencontrer l’Eglise qui est au Tchad pour y exercer mon ministère de successeur de Pierre dans un contact direct avec les baptisés. Je désire affermir mes frères dans la foi reçue des Apôtres, en sorte que, par leur témoignage, la lumière de Jésus-Christ brille toujours mieux au milieu des hommes de ce pays.

L’annonce de l’Evangile au Tchad a été inaugurée par des missionnaires venus d’Europe. Ils sont encore nombreux à poursuivre sur cette terre leur œuvre de témoignage et de service au nom de Jésus-Christ. Ils ont fondé une communauté catholique qui a déjà montré son propre dynamisme et sa générosité, puisque des fils et des filles du Tchad ont répondu à l’appel du Seigneur pour être religieux, religieuses ou prêtres. L’essor des vocations comme aussi le désir, chez beaucoup de fidèles, d’une formation chrétienne plus solide sont des signes de la vitalité du christianisme dans cette région d’Afrique.

3. En entreprenant ce voyage pastoral, je vais aussi à la rencontre de mes frères et sœurs chrétiens qui appartiennent à d’autres communautés ecclésiales, tout comme je vais à la rencontre des représentants de la religion traditionnelle africaine et des fidèles de l’Islam, qui compte au Tchad un si grand nombre de croyants et de pratiquants. Dès maintenant, je les salue et les assure que je viens ici en homme de dialogue et en messager de paix.

Ce dialogue, je sais qu’il existe déjà au Tchad et permet aux diverses communautés de vivre ensemble pacifiquement. Conscients de l’impératif de la paix pour la nation entière, les Tchadiens veulent préserver et consolider leur unité. Cela veut dire qu’ils sont disposés à s’accepter les uns les autres, dans leurs opinions, leurs personnalités, leurs biens et leurs croyances. Puissent les convictions religieuses de chacun donner une impulsion profonde à la marche de tous vers une unité et une fraternité toujours plus grandes, dans le service du bien commun!

4. L’Eglise catholique, pour sa part, souhaite poursuivre sa contribution au bien de la nation, convaincue qu’un authentique service de l’homme est une manière de vivre l’Evangile. Je sais qu’une des caractéristiques des catholiques au Tchad est leur engagement dans le développement du pays. Devant l’ampleur des problèmes à résoudre, l’Eglise a créé dans chaque diocèse un organisme reconnu par votre gouvernement et spécialisé dans les tâches de secours et de développement, qui requièrent toujours plus de compétence, de continuité et de concertation. Grâce à ces organismes, l’Eglise peut ainsi être présente là où on l’appelle.

A propos des relations que l’Eglise catholique entretient avec les Autorités civiles, qu’il me soit permis de dire combien j’apprécie que la République du Tchad, dans la Constitution qu’elle a récemment adoptée, garantisse les libertés d’opinion, d’expression, de conscience et de culte. Je souhaite que, dans ce climat de liberté, les communautés musulmanes et chrétiennes développent une convivialité toujours plus constructive.

5. Monsieur le Président, je forme le vœu que ma visite pastorale soit utile à votre pays, que je sais résolument tourné vers l’avenir et déterminé à tracer sa propre voie vers un meilleur destin, respectueux du choix des autres peuples et partageant avec eux les valeurs et les principes de justice, d’égalité, de liberté et de paix.

Je vous remercie vivement des dispositions que vous avez prises pour faciliter ma visite et, en vous redisant ma gratitude pour vos souhaits de bienvenue, je prie le Très-Haut de bénir ceux que leurs responsabilités ont mis au service de la nation et d’accorder aussi ses bienfaits les meilleurs à tous les Tchadiens.

 

© Copyright 1990 - Libreria Editrice Vaticana

 

top