The Holy See
back up
Search
riga

VOYAGE APOSTOLIQUE
AU CAP VERT, GUINÉE BISSAU, MALI, BURKINA-FASO ET TCHAD

CÉRÉMONIE DE CONGÉ

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II

Aéroport international d'Ouagadougou (Burkina-Faso)
Mardi
30 janvier 1990

 

Monsieur le Président,
Monsieur le Cardinal, chers Frères dans l’épiscopat,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis Burkinabè,

Au moment de quitter le sol de votre patrie, je tiens à vous dire toute ma gratitude pour votre hospitalité généreuse. Merci, Monsieur le Président, d’avoir montré tant d’égards envers ma personne. J’étends ces remerciements à vos collaborateurs, aux membres des services de sécurité, des services techniques, à tous ceux qui ont contribué au bon déroulement de mes diverses rencontres dans la capitale et à Bobo Dioulasso. Je suis sensible aussi au travail attentif accompli par les représentants des médias qui ont permis au plus grand nombre de vos compatriotes d’être associés à ma visite.

Je salue aussi toutes les personnalités qui ont eu la délicatesse de venir m’accompagner jusqu’à l’aéroport.

Cher Cardinal Zoungrana et chers Frères dans l’épiscopat, avec la communauté catholique dont vous êtes les pasteurs, vous m’avez accueilli dans une ferveur et un enthousiasme qui me remplissent de joie et qui me donnent une grande espérance pour la belle Eglise-Famille de Dieu que vous constituez. J’aurais aimé saluer chacun des fidèles. Vous direz à ceux qui n’ont pu venir participer à nos rassemblements de prière l’affection du Pape, spécialement aux malades et aux handicapés, aux prisonniers, aux plus pauvres, aux plus petits. Je garderai dans la mémoire du cœur l’image de vos communautés fraternelles et le souvenir de votre foi généreuse. Que tous, prêtres, religieux, religieuses et laïcs sachent que je resterai proche d’eux dans la prière!

Amis du Burkina-Faso qui appartenez à d’autres traditions religieuses, je vous salue cordialement et je vous renouvelle mes vœux cordiaux.

A tout le pays, je redis mes souhaits pour un développement qui assure à chacun la dignité de sa vie, les moyens de subvenir aux besoins de sa famille, la possibilité d’être formé et de faire fructifier ses qualités. Je souhaite que vous demeuriez toujours dans la paix et la concorde.

Ces vœux, je les adresse en particulier aux responsables du bien commun afin qu’il leur soit donné de réussir dans leurs initiatives au service de leurs compatriotes.

A vous, Monsieur le Président, je renouvelle mes remerciements et je souhaite un heureux accomplissement de votre haute mission.

Que Dieu bénisse le Burkina-Faso!

 

© Copyright 1990 - Libreria Editrice Vaticana

 

top