The Holy See
back up
Search
riga

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II
À UN GROUPE DE MÉDECINS FRANÇAIS RESPONSABLES
DES PÈLERINAGES À LOURDES

Vendredi, 9 novembre 1990

 

Mesdames,
Messieurs,

Votre pèlerinage à Rome me donne l’occasion d’accueillir en vous des fidèles de Notre-Dame de Lourdes. Je suis très heureux de vous souhaiter la bienvenue, en remerciant votre Président pour les paroles qu’il vient de m’adresser au nom de votre Association de médecins responsables des pèlerinages de malades à Lourdes.

Chaque année, vous le savez, je tiens à célébrer la fête de Notre-Dame de Lourdes avec les malades rassemblés à Saint-Pierre, car je ne puis oublier qu’au bord du Gave ils sont les privilégiés de la tendresse maternelle de Marie.

Aussi est-ce tout naturellement que je me sens en sympathie avec les médecins qui accompagnent les malades auprès de la Vierge de Lourdes.

Votre rôle auprès de ceux qui tiennent à venir confier leurs souffrances à la Mère du Sauveur vous situe au cœur du mystère humain, dans ce qu’il a de plus déconcertant, mais vous en êtes témoins, dans ce qu’il a de plus noble aussi. Dans l’épreuve et le dépouillement, il est donné à beaucoup de personnes malades et handicapées d’accéder à une grandeur secrète et à une qualité de vie qui, osons le dire, nous émerveillent, alors même que tout paraît les tourmenter et les affaiblir.

Proches d’hommes et de femmes confrontés à la souffrance, et appelés à une expérience spirituelle singulière, vous êtes placés par vocation de médecins comme à la jonction des deux commandements de l’amour il s’agit de répondre à l’amour de Dieu par un amour qui demeure fidèle malgré la présence obscure du mal, et il s’agit de vivre concrètement l’amour fraternel, à la suite du Christ qui révèle cette fidélité de l’amour du Créateur par le don salvifique de tout son être. Sur ces deux plans, la richesse de votre expérience réside dans un véritable échange: vous apportez aux malades réconfort et soins, ils répondent en vous faisant partager leur recherche de Dieu et la qualité de leur rapport aux autres.

Bien sûr, aucun de nous ne voudrait dire qu’une telle communion est toujours vécue sans ombres. Devant le mystère de la souffrance, on reste souvent désemparé, tenté par la révolte, inquiet de l’insuffisance de ce que peut obtenir l’art médical, arrêté par la difficulté de communier dans l’espérance. Mais alors que l’itinéraire d’une telle vie peut sembler long et obscur, le pèlerinage est lumière. La grâce de Lourdes, c’est la proximité de Marie, c’est la simplicité de son appel à la conversion du cœur, c’est la présence presque sensible de son amour de compassion. Par la méditation maternelle de la Mère du Christ, le mystère de la Rédemption, l’amour transformant manifesté par son Fils, sont rendus plus proches.

Les dons de la grâce, Marie aide à les accueillir: combien d’êtres ne conduit-elle pas à connaître le pardon de Dieu, la réconciliation que Lui seul peut opérer, la paix intérieure?

Parfois, un signe vient attester la guérison de l’être. Vous avez la mission de le reconnaître, de dissiper ce qui peut être illusion, de constater ce qui pourra être reconnu par l’Eglise comme un effet de la puissance miséricordieuse de Dieu. Vos compétences vous préparent à demeurer circonspects, car la prudence s’impose. Mais l’étude médicale scrupuleuse des cas les plus manifestes est indispensable pour permettre le discernement spirituel des Pasteurs. Voici deux ans, j’ai eu l’occasion de m’exprimer à ce sujet lors d’un colloque réunissant auprès de la Congrégation pour les Causes des Saints les membres de la Commission internationale de Lourdes. Aujourd’hui, j’ai le plaisir de saluer parmi vous le nouveau directeur du Bureau des Constatations de Lourdes et de souligner l’utilité de sa mission.

Mesdames et Messieurs, le cadre de cette rencontre ne me permet qu’un bref entretien. Je voudrais simplement conclure en vous encourageant à poursuivre votre réflexion et votre prière communes dans votre Association.

Approfondissez ensemble le sens de l’apostolat spécifique que vous prolongez, au-delà des temps de présence à Lourdes, par des liens spirituels et amicaux durables avec les pèlerins malades.

De tout cœur, je confie votre mission à Notre-Dame de Lourdes. Avec vous, j’invoque son intercession secourable pour vos malades. Et, pour vous soutenir, ainsi que vos confrères et vos proches, au long de vos routes, je vous donne ma Bénédiction Apostolique.

 

© Copyright 1990 - Libreria Editrice Vaticana

 
top